Elena Crasmari : Comment une femme moldave en situation de handicap, se battant pour ses droits, a fini par remporter une élection

Date : mardi 17 mars 2020

Elena Crasmari, qui est en situation de handicap, s’est présentée aux élections et a remporté un siège de conseillère municipale de son village natal, dans la campagne moldave. Son histoire fait partie d’une nouvelle série Internet, « 25 femmes », produite par les bureaux d’ONU Femmes pour l’Europe et l’Asie centrale dans le cadre de la campagne Génération Égalité, qui marque le 25e anniversaire de la Déclaration et du Programme d’action de Beijing.

Elena Crasmari, who stands in her village’s medical centre, ran for local counselor as an independent candidate
Elena Crasmari, qui pose ici dans le centre médical de son village, s’est présentée aux élections des conseillers municipaux en tant que candidate indépendante. Photo : ONU Femmes/Tara Milutis

Elena Crasmari, 35 ans, en avait marre de ne pas pouvoir accéder au centre médical de son village, Dolna, où vit une population rurale de 1 155 personnes et qui est situé à environ 53 km de Chisinau, la capitale de la République de Moldavie.

Son handicap l’empêchant de monter les escaliers, elle était quasiment obligée de les gravir à quatre pattes pour entrer dans le bâtiment.

Elena se souvient : « Je me suis rendue à la mairie pour demander qu’ils fassent quelque chose au sujet des escaliers du centre médical. Eh bien, le maire m’a donné un sac de ciment et du sable en me disant que je n’avais qu’à faire les travaux moi-même. Suite à cela, j’ai décidé de me présenter aux élections pour lui montrer que ce n’était pas acceptable et que, tout comme lui, j’étais une personne jouissant de tous ses droits. »

Elena in front of the village medical centre with a staff member who has treated her since she was a child.
Elena devant le centre médical du village, en compagnie d’une membre du personnel médical qui lui a apporté des soins depuis l’enfance. ONU Femmes/Tara Milutis

Elle a alors pris les choses en main en s’inscrivant comme candidate indépendante aux élections des conseillers municipaux. « Je voulais franchir la première étape en prouvant que les personnes en situation de handicap ont l’opportunité d’aider ceux qui passent la majeure partie de leur vie enfermés chez eux, entre quatre murs », explique Elena. « Les gens doivent comprendre que nous avons les mêmes droits, pas seulement en théorie, mais aussi en pratique. »

 Les gens doivent comprendre que nous avons les mêmes droits, pas seulement en théorie, mais aussi en pratique. »

— Elena Crasmari

 

Des femmes aidant les femmes

En Moldavie, les femmes sont sous-représentées dans les cercles politiques et de prise de décisions : elles ne représentent que 25 pour cent des députés, 22 pour cent des maires et 27 pour cent des conseillers de district – des taux qui ne correspondent pas les références fixées par la communauté internationale, ni les engagements nationaux ou internationaux du pays.

De nombreuses études sur la participation politique des femmes en Moldavie ont montré qu’il existait suffisamment de femmes compétentes, expérimentées et volontaires pour prendre part aux prises de décisions politiques, mais que les politiques des partis et les stéréotypes sociétaux persistants les empêchaient de réussir.

Quant aux femmes en situation de handicap, elles sont encore plus sous-représentées dans la sphère politique moldave.

Avec l’aide d’une formation sur la participation politique et l’engagement civique des femmes mise en place par ONU Femmes et ses partenaires, Elena a pu acquérir la confiance et les compétences dont elle avait besoin pour se présenter aux élections. Elle a lancé sa campagne de terrain pour se présenter aux élections des conseillers municipaux ; mais avant tout, en tant que candidate indépendante, elle devait collecter les signatures d’au moins 5 pour cent des électeurs enregistrés dans la commune. Il ne lui a fallu que deux jours pour réunir les signatures nécessaires.

collage moldova
En haut à gauche : Elena a effectué la plupart de ses recherches et de ses actions de campagne sur un vieil ordinateur, chez elle, dans le village de Dolna. En bas à gauche : une icône orthodoxe de Jésus trône sur son bureau. À droite : Elena et sa mère, soutien infaillible de ses rêves. Photo : ONU Femmes/Tara Milutis

« Les habitants de mon village voulaient tellement m’aider, je n’en revenais pas d’être parvenue à collecter soixante signatures aussi rapidement, se remémore Elena. Et encore, je ne pouvais m’y consacrer que l’après-midi ou le soir, puisque le matin, je suivais ma formation. »

Elena s’est trouvé des alliées au sein des organisations de défense des droits des femmes et des mentors qui l’ont aidée dans son parcours. « Je suis très reconnaissante envers les femmes qui aident d’autres femmes à se développer. Parfois, il suffit de prendre une femme par la main et de l’aider à faire le premier pas de sa carrière. »

Parfois, il suffit de prendre une femme par la main et de l’aider à faire le premier pas de sa carrière. »

Elena Crasmari

Elena a plus d’une raison d’être fière. « Pour ma campagne, j’ai fait un discours lors d’une réunion publique, rapporte-t-elle. Les citoyens de mon village ne s’intéressaient pas à ce que j’avais étudié à l’université, ni à ce que j’avais fait par le passé.Ce qui leur importait, c’est ce que je j’avais l’intention de réaliser à l’avenir.Et à la fin de mon discours, ils se sont levés pour m’applaudir !Je ne m’y attendais pas ! »

Le goût de la victoire

La campagne d’Elena n’a pas été exempte de difficultés. Elle a même fait face à la discrimination lors du processus électoral, notamment à l’idée fausse selon laquelle les personnes ayant des besoins spécifiques ne peuvent pas être utiles à la société. « Mais j’ai décidé de remettre cette idée en question, avec le soutien de plusieurs personnes merveilleuses de mon entourage, déclare fièrement Elena. J’ai agi pacifiquement, j’ai ignoré la négativité et je me suis concentrée sur mon objectif. »

Le soir de l’élection, Elena n’a pas pu fermer l’œil. Le lendemain matin, lorsqu’elle a découvert qu’elle avait gagné, elle s’était rarement sentie aussi fière de toute sa vie. Elle avait entamé son aventure en se battant pour un droit humain fondamental, l’accès au centre médical local, pour finir conseillère municipale – de surcroît la seule femme d’une équipe de neuf personnes.

Un programme ambitieux

Nous avons demandé à Elena quels étaient ses plans pour l’avenir. Avant tout, elle veut s’attaquer à l’indispensable rénovation du centre médical du village, qui a été le catalyseur de sa campagne. Elle a l’intention d’y installer une pharmacie bien équipée qui puisse répondre aux besoins de tous les membres de sa communauté.

« J’espère aussi pouvoir rendre toutes les institutions publiques – y compris notre musée, l’école maternelle et la mairie – accessibles aux personnes en situation de handicap, explique Elena, mais aussi aux mères avec des enfants en bas âge et aux personnes âgées qui viennent toucher leur retraite. »

Página compostas com o editor de HTML online grátis. Por favor, assine uma licença para remover essas mensagens dos documentos editados.

 
  • <p>Elena is eager to begin the badly-needed renovation of the village medical centre. Photo: UN Women/ Tara Milutis</p>
  • <p>The ancient gynecological chair in the medical clinic, which Elena says is not suitable for women with disabilities. UN Women/ Tara Milutis</p>
  • <p>The medical centre only has an outdoor latrine, so Elena wants to create a sewage system and aqueduct. Photo: UN Women/ Tara Milutis </p>
  • <p>The back of the medical center shows the disarray that Elena is committed to cleaning up. Photo: UN Women/ Tara Milutis </p>
  • <p>Elena Crasmari has huge plans as a local counselor. Photo: UN Women/ Tara Milutis </p>

Elena rêve également de choses très simples, que nous pourrions considérer comme allant de soi : une conduite d’eau, pour avoir tous les jours à table un verre d’eau propre à boire, des routes praticables, un réseau d’égouts, un recyclage des déchets, et davantage d’opportunités d’emploi.

« Je veux donner une raison de revenir à tous ceux qui ont quitté le village à cause des conditions de vie difficiles et du manque d’opportunités. » 

Confrontée à la réalité du temps restreint que représente un mandat de quatre ans, Elena se demande si elle pourra réaliser les projets ambitieux dont elle rêve pour le village de Dolna : « Les difficultés que nous rencontrons ne peuvent pas être résolues d’un coup de baguette magique, mais nous ferons de notre mieux. J’adore ma communauté et je m’engage à apporter les changements nécessaires pour l’aider à se développer. »

Chères toutes, soyez fortes ! Entreprenez tout ce que vous pouvez durant cette courte vie qui est la nôtre. Soyez actives, soyez unies. Ensemble, nous pouvons amener un changement ! »

Elena Crasmari
Elena

Elena conclut par un message adressé aux filles et femmes en situation de handicap de Moldavie et du monde entier.