Les États membres conviennent de mettre pleinement en œuvre la Déclaration de Beijing pour l’égalité des sexes afin de combler les lacunes qui freinent l’avancement des femmes

La déclaration politique adoptée aujourd’hui fait état des conclusions de la 64e session de la Commission de la condition de la femme, qui dresse le bilan des droits des femmes à l’occasion du 25e anniversaire de la Déclaration et du Programme d’action de Beijing

Date : lundi 9 mars 2020

Contact médias : media.team[arobase]unwomen.org

9 mars 2020, New York — Dans une déclaration politique adoptée aujourd’hui par les États membres commémorant le 25e anniversaire de la Quatrième Conférence mondiale sur les femmes tenue à Beijing en 1995, les dirigeants se sont engagés à intensifier leurs efforts pour mettre pleinement en œuvre la Déclaration et le Programme d’action de Beijing, toujours considérés comme le modèle le plus visionnaire en matière de droits des femmes.

Cette déclaration politique constitue le principal résultat de la 64e session de la Commission de la condition de la femme, la plus grande réunion annuelle de l’ONU sur l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes. Cette année, la Commission a décidé de réduire la session à une réunion procédurale d’une journée avec des délégations et des représentants de la société civile basés à New York, compte tenu de la situation engendrée par le virus COVID-19. 

La session de cette année a porté entièrement sur l’examen et l’évaluation de la mise en œuvre de la Déclaration et du Programme d’action de Beijing. L’examen a fait le point sur la situation des femmes et comprenait notamment une évaluation approfondie des défis actuels qui affectent la mise en œuvre du Programme d’action, la réalisation de l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes.

Phumzile Mlambo-Ngcuka, Directrice exécutive d’ONU Femmes, a déclaré : « Vingt-cinq ans après Beijing, nous reconnaissons tous que les progrès en matière de droits des femmes ne sont pas allés assez loin, et sont trop lents. En 2020, aucun pays n’a encore atteint l’égalité entre les sexes, et les femmes continuent d’être comprimées dans à peine un quart de l’espace des tables du pouvoir. Les États membres ont aujourd’hui réaffirmé leur engagement envers le Programme d’action de Beijing et ont pris acte de ses progrès et lacunes. Les femmes et les filles les tiendront responsables dans notre cheminement vers l’avènement d’une égalité authentique et durable, ainsi que d’une pleine jouissance de nos droits de la personne. »

Dans la déclaration politique, les États membres se sont félicités des progrès accomplis vers la mise en œuvre intégrale, efficace et accélérée de la Déclaration et du Programme d’action de Beijing, bien qu’ils se soient également déclarés préoccupés par le fait que, dans l’ensemble, les progrès n’ont été ni assez rapides, ni assez profonds. Dans certains domaines, les progrès ont été inégaux et les obstacles structurels, les pratiques discriminatoires et la féminisation de la pauvreté persistent.

Alors que les dirigeants réaffirment leur volonté politique d’agir, ils reconnaissent également l’apparition de nouveaux défis exigeant des efforts concertés et intensifiés, notamment pour ce qui est de :

  • Garantir le droit à l’éducation pour toutes les femmes et les filles, en portant une attention particulière aux domaines tels que les STIM, dans lesquels elles sont sous-représentées ;
  • Garantir une participation, une représentation et un leadership complets, égaux et significatifs des femmes à tous les niveaux et dans toutes les sphères de la société ;
  • Garantir l’autonomisation économique des femmes, telle qu’à travers l’accès à un travail décent, à un salaire égal, à la sécurité sociale et au financement ;
  • La lutte contre la part disproportionnée du travail de soins et du travail domestique non rémunérés effectués par les femmes et les filles ;
  • La lutte contre les effets disproportionnés des changements climatiques et des catastrophes naturelles sur les femmes et les filles ; 
  • Mettre fin à toutes les formes de violence et de pratiques préjudiciables à l’égard de toutes les femmes et filles ;
  • Protéger les femmes et les filles dans les conflits armés, et garantir la participation des femmes aux processus de paix et de médiation ;
  • Réaliser le droit à la santé des femmes et des filles, en mettant l’accent sur la couverture universelle des soins de santé ; et 
  • Lutter contre la faim et la malnutrition chez les femmes et les filles.

Les dirigeants ont également identifié des moyens précis permettant de combler ces lacunes et à relever ces défis. Parmi ceux-ci, l’on peut mentionner l’élimination de toutes les lois discriminatoires ; l’élimination des obstacles structurels, des normes sociales discriminatoires et des stéréotypes sexistes, notamment dans les médias ; l’adéquation des engagements à l’égard de l’égalité des sexes avec un financement adéquat ; le renforcement des institutions permettant de promouvoir l’égalité des sexes ; l’exploitation du potentiel de la technologie et de l’innovation pour améliorer la vie des femmes et des filles ; la collecte, l’analyse et l’utilisation régulières de statistiques ventilées par sexe ; et le renforcement de la coopération internationale visant à mettre en œuvre les engagements en matière d’égalité des sexes.

La déclaration réaffirme également que l’égalité des sexes et l’autonomisation de toutes les femmes et filles constitueront une contribution cruciale à la réalisation de tous les objectifs de développement durable, alors que nous entamons la Décennie d’action des Nations Unies.

Pour la 64e session, le Secrétaire général des Nations Unies a présenté un rapport complet (E/CN.6/2020/3) basé sur un vaste exercice participatif d’inventaire des droits des femmes, associé à des données et analyses mondiales. 171 gouvernements ont soumis des rapports nationaux, et des centaines d’activistes de la société civile ont contribué aux examens nationaux et régionaux. S’appuyant sur le rapport du Secrétaire général des Nations Unies, ONU Femmes a publié le rapport sur l’ « Examen des droits des femmes 25 ans après Beijing », qui examine les progrès et les obstacles en matière de droits des femmes depuis l’adoption de la Déclaration et du Programme d’action de Beijing en 1995.

Liens connexes :

Communiqué de presse sur la Journée internationale des femmes

Rapport sur « L’examen des droits des femmes 25 ans après Beijing »

Rapport du Secrétaire général de l’ONU

Conteúdo composto com o editor de código HTML com visualização ao vivo. Obtenha uma assinatura para remover mensagens promocionais ou navegue em nosso diretório para obter as melhores ferramentas on-line gratuitas.