Je suis de la Génération Égalité : Nidhi Mayurika, une jeune innovatrice passionnée par l’espace

Chaque jour, des milliards de personnes dans le monde font avancer l’histoire dans le bon sens. Elles s’expriment, prennent position, mobilisent, et accomplissent des actions, grandes ou petites, pour faire progresser les droits des femmes. C’est la Génération Égalité.

Date : vendredi 8 octobre 2021

Je suis la Generation Egalite
Nidhi Mayurik. Photo: AKNR Chandra Sekhar
Nidhi Mayurik. Photo: AKNR Chandra Sekhar

Trois choses que vous pouvez faire pour promouvoir l’égalité des sexes :

  • Faites de la place pour des conversations intergénérationnelles ouvertes et honnêtes sur la façon de créer un avenir égal.
  • Apprenez à identifier et à remettre en question les normes sociales et de genre régressives.
  • Icon- a girl raises her arm
  • Aidez les filles et les jeunes femmes à en apprendre davantage sur les sciences spatiales. En savoir plus sur notre dernier projet avec SSERD

Je suis de la Génération Égalité parce que...

« Je suis persuadée que la création d’un avenir équitable revient éduquer les générations – les anciennes et les nouvelles – pour qu’elles puissent évaluer et remettre en question les normes sociales [qui perpétuent les inégalités].

Les yeux dans les étoiles : tout a commencé quand...

J’ai commencé à étudier l’astrobiologie à l’âge de 11 ans. J’étais fascinée par l’immensité de l’univers et je voulais savoir si la vie pouvait exister partout.

J’ai commencé à participer au concours Ames Space Settlement Contest de la NASA en 2016. Ma première proposition s’appelait Saikatam, c’est-à-dire « d’un foyer à l’autre » en sanskrit, une colonie spatiale en trois strates conçue pour une installation humaine. Les années suivantes, j’ai présenté deux nouveaux projets au concours : Soham (signifiant « le fait de s’identifier à l’univers » en sanskrit), une colonie spatiale conçue pour envoyer des satellites, puis Swastikam (« un endroit pour créer » en sanskrit), un projet visant à ce que des organismes vivants de synthèse s’adaptent et évoluent dans un nouvel écosystème.

Ces trois propositions ont toutes remporté le premier prix, ce qui a encore accentué mon intérêt pour les sciences.

J’ai toujours admiré les scientifiques comme A.P.J. Abdul Kalam, Bhaskar Rao et Stephen Hawking, dont la vie et le travail sont pour moi une source d’inspiration. Mais surtout, ma famille, m’a encouragée, maintenue sur la bonne voie, m’a soutenue et a créé un espace pour moi, afin que j’entretienne ma curiosité et mon ambition dans ce domaine.

J’encourage davantage de filles à étudier dans le domaine des STIM...

C’est formidable que les femmes et les filles soient encouragées à intégrer le domaine des sciences, technologies, ingénierie et mathématiques (STIM), mais les programmes scolaires doivent changer pour que l’on puisse enseigner aux jeunes à raisonner de façon scientifique.

SDG color stripe

« Je suis optimiste, nous allons dans la bonne direction, le changement arrive. »


SDG color stripe

Si l’on présente aux enfants, notamment aux filles, divers sujets tels que la robotique, la programmation informatique et les technologies, et ce dès leur jeune âge, cela contribuera à susciter leur intérêt pour une carrière dans les sciences.

Il faut aussi que nous changions la façon dont les petites filles voient les femmes, que nous détournions les conversations des normes idéales de beauté et de mariage, pour que les petites filles grandissent en sachant qu’elles ont une valeur en dehors de leurs attributs physiques.

Il nous faut des publicités sensibles aux questions de genre, des œuvres littéraires où figurent des personnages féminins forts, ainsi que des émissions télé et des scénarios montrant des femmes qui remplissent des rôles divers.

Je suis optimiste, nous allons dans la bonne direction, le changement arrive. »



Nidhi Mayurika est une lycéenne de 17 ans de Bangalore (Inde) qui a remporté à trois reprises un concours de la NASA, l’Ames Space Settlement Contest. Elle se passionne pour l’étude croisée de l’économie et de l’astronomie, mais aussi pour la littérature. ONU Femmes l’a interviewée à l’occasion de la Journée internationale de la fille (11 octobre) afin de faire entendre diverses voix de notre génération numérique – des filles qui aspirent à être de futures leaders dans le domaine des sciences, des technologies et de l’innovation.