Je suis de la Génération Égalité : Nevena Pandza, nutritionniste

Chaque jour, partout dans le monde, des milliards de personnes choisissent le bon côté de l’histoire. Elles s’expriment ouvertement, font valoir leurs points de vue, se mobilisent et prennent des mesures, quelle que soit leur importance, pour faire avancer les droits des femmes. Elles appartiennent à la Génération Égalité.

Date : lundi 9 août 2021

Je suis la Generation Egalite
Neven Pandza. Photo: Marko Jovancic
Nevena Pandza. Photo: Marko Jovancic

Je suis de la Génération Égalité parce que...

Vous pouvez réduire le gaspillage de trois façons :

  • Utilisez la nourriture que vous avez chez vous avant d’en acheter davantage
  • Utilisez uniquement des bouteilles d’eau réutilisables
  • Icon- a girl raises her arm
  • Réduisez l’utilisation des sacs en plastique en apportant vos propres sacs au marché

Mon intérêt pour l’alimentation a commencé très tôt : mon père était un gourmet qui m’a motivée à essayer de nouveaux aliments, tandis que ma mère aimait cuisiner et m’a incluse dans le processus de préparation des repas. Nous avons toujours apprécié la qualité de la nourriture, préféré cuisiner à la maison, et partagé la nourriture au lieu de la jeter. Ces principes sont devenus élémentaires dans mon travail.

Il y a six ans, j’ai fondé la plateforme « Nutricioniziraj se » (« Nutritionnez-vous »), dans le but d’éduquer la communauté sur la nutrition saine. Je travaille avec les jeunes et la communauté pour leur montrer comment apprécier ce qu’on mange, cuisiner et pratiquer une activité physique. Avec la psychologue Vedina Ajanovic, j’ai cofondé le Centre pour les habitudes saines qui combine une approche multidisciplinaire de la psychologie et de la nutrition, en renforçant la santé mentale et corporelle dans la vie quotidienne, sans tabous ni stigmatisation. Nous collaborons avec succès avec des jardins d’enfants, des écoles primaires et secondaires, des associations et des entreprises.

De meilleures habitudes pour une meilleure santé

Une grande partie de mon travail consiste à améliorer les habitudes nutritionnelles des enfants et des jeunes, car je crois que cela devrait être la tâche de la communauté et de tous ceux qui contribuent à leur croissance et à leur développement. Travailler avec les jeunes est une source d’inspiration pour moi : j’aime leurs questions, leurs réponses et leurs commentaires honnêtes. Mes présentations comprennent toujours une partie interactive au cours de laquelle nous parlons des ingrédients locaux et saisonniers, créons des repas équilibrés selon le principe de « l’assiette saine », discutons de la quantité d’eau que nous avons besoin de boire chaque jour… Nous préparons également des collations rapides à prendre à l’école ou à l’université, et je les conseille également sur ce qu’il faut manger avant et après avoir fait de l’exercice, pour avoir plus d’énergie.

Il est important d’éviter de différencier les aliments comme étant bons ou mauvais ou bien permis ou interdits. J’enseigne aux jeunes à manger en faisant attention à ce qu’ils consomment, afin qu’ils puissent apprendre la différence entre la faim corporelle et émotionnelle, et je leur enseigne également quels sont les signes de la faim, de la satiété ou de la soif. En entretenant une relation saine avec les aliments et le corps, nous renforçons leur confiance et améliorons leurs pratiques nutritionnelles.

Toutefois, le manque d’intérêt des jeunes relatif au changement de leur nutrition me préoccupe. Par conséquent, je leur enseigne que les habitudes alimentaires doivent être changées pour des raisons de santé, et non pas pour des questions de nombre de kilos affiché sur la balance.

Réduire le gaspillage et penser localement

SDG color stripe

« Travailler avec les jeunes est une source d’inspiration pour moi. »


SDG color stripe

Pour beaucoup d’entre nous, la nourriture devient très accessible. Je veux leur rappeler à quel point nous sommes privilégiés d’avoir de l’eau potable, je veux les encourager à respecter le travail des petits agriculteurs et à manger des fruits et des légumes de saison tous les jours, ou à planter de la laitue ou des tomates cerise. Je veux également les inciter à prendre un repas préparé à la maison au lieu de commander un plat à emporter, et je veux aussi qu’ils apprennent à réduire le gaspillage des aliments.

Les données de l’EUFIC, le Conseil européen de l’information sur l’alimentation, montrent que 88 millions de tonnes de denrées alimentaires sont jetées chaque année dans l’Union européenne. Nous pouvons toutes et tous faire quelque chose pour réduire le gaspillage de nourriture, d’argent et de ressources. Avant d’aller faire des courses, vérifiez ce que vous avez chez vous afin de pouvoir utiliser la nourriture que vous avez déjà. Réduisez le gaspillage alimentaire en partageant les restes de nourriture et utilisez des ingrédients biologiques pour votre jardin. Apprenez à lire les descriptions de produits. Essayez d’avoir avec vous votre propre bouteille d’eau. Portez toujours un petit sac fourre-tout à utiliser sur le marché au lieu de sacs en plastique.

La nourriture est le carburant permettant d’optimiser l’organisme humain. Pour tout ce que nous faisons, nous avons besoin de nourriture et d’eau. En même temps, nous devons être prudents et lutter ensemble contre l’irréalisme des images corporelles, des défis et des tâches que nous imposent les médias sociaux. La voie à suivre pour améliorer la nutrition doit être simple et durable.



Nevena Pandža, âgée de 31 ans, est une nutritionniste de Mostar, en Bosnie-Herzégovine, où elle travaille comme nutritionniste clinique à l’Hôpital clinique universitaire de Mostar.