Suite aux conflits civils au nord du Nigeria, les réseaux de paix menés par les femmes prennent des mesures

Date : mercredi 6 septembre 2017

Membre du réseau de paix d’Angwan Rogo avec Hadiza Adam (au centre).  Photo : ONU Femmes/Ladi Eguche
Membre du réseau de paix d’Angwan Rogo avec Hadiza Adam (au centre). Photo : ONU Femmes/Ladi Eguche

« Nous voulons retrouver la paix. Nous sommes fatiguées des conflits. Trop de personnes innocentes sont mortes. Il nous faut mettre un terme à la violence. C’est pourquoi je contribue au maintien de la paix », a déclaré, Hadiza Adam, une femme de 38 ans de la communauté Angwan Rogo au nord de Jos, située dans l’État du Plateau, au nord du Nigeria.

Au moins 4 000 personnes ont été tuées à cause de la violence récurrente dans l’État du Plateau depuis 2001. La communauté principalement musulmane d’Angwan Rogo, à 2,1 km de la capitale de l’État, Jos a été l’une des zones les plus touchées. La crise ethno-religieuse a été précipitée par les rivalités politiques et économiques, et les disputes parmi les groupes autochtones et non autochtones. Les tensions continuent à s’intensifier notamment par rapport aux droits fonciers, à l’allocation des ressources de l’État, aux différences politiques et religieuses.

Lisez le récit complet en anglais ►