Où je me tiens : « Ils m’ont forcée à tomber enceinte »

Aung Ja avait 18 ans quand une femme de Myitkina, dans le nord du Myanmar, l’a convaincue d’accepter un emploi dans une usine en Chine.

Date : mardi 8 janvier 2019

Photo: ONU Femmes/Stuart Mannion
Quote

Cette femme a convaincu ma tante que je pourrais obtenir un emploi en Chine. Elle m'a montré la photo d'une usine. J'y suis allée parce que j'avais besoin d'un travail, mais à mon arrivée en Chine en mai 2017, les choses se sont avérées être différentes.

Ils m'ont forcée à tomber enceinte. Ils m'ont donné des comprimés pendant 10 jours pour préparer l'utérus, ils m'ont emmenée à l'hôpital pour un examen médical et y ont injecté du sperme, au total, trois fois.

Si la grossesse échouait un certain nombre de fois, on vous relâchait, mais seulement si vous en payiez le prix. Les chefs de village, la police et Htoi ont conseillé à ma tante de payer l'argent demandé pour me récupérer.

À mon retour, j'ai eu honte parce que tout le monde savait que j'avais été victime de la traite. Mais après avoir reçu un soutien juridique et une formation de sensibilisation à la lutte contre la traite de la part de Htoi, je me sens enfin mieux ».

Lire l’article complet en anglais.