Journée internationale de la jeunesse

Déclaration de la Directrice exécutive d’ONU Femmes, Mme Phumzile Mlambo-Ngcuka, à l’occasion de la Journée internationale de la jeunesse de 2019 : Transformer l’éducation pour favoriser l’émergence d’une nouvelle génération de leaders

Date : lundi 12 août 2019

Jakomba Jabbie, jeune fille gambienne de seize ans, veut devenir ingénieure en aérospatiale. Ardente défenseuse de l’éducation des filles, elle a créé un club de robotique à l’école pour montrer que les filles peuvent également s’investir dans le domaine de la technologie, et « en faire un espace commun à toutes ». Elle sait combien l’éducation est importante, en particulier pour une fille. Elle nous a dit : « l’éducation permet de développer la confiance en soi, de mettre en valeur ses talents et de s’exprimer en faveur de ses propres droits ». Elle souligne également le rôle déterminant que jouent les enseignants, dont le soutien peut permettre aux filles de suivre des cours de sciences et de mathématiques, même si elles craignent que leur famille désapprouve leur choix. « Les filles doivent s’entendre dire qu’elles sont capables de réaliser leurs rêves, quels qu’ils soient », nous a-t-elle dit au mois de mars dernier.

Chez ONU Femmes, nous percevons l’éducation des filles comme une opportunité qui offre de nombreux avantages potentiels sans inconvénients. Pourtant, partout dans le monde, l’éducation des filles continue d’être sacrifiée au profit des tâches ménagères qui leur incombent comme le devoir de s’occuper de leurs frères et sœurs pendant que leur mère travaille, voire d’assumer la responsabilité de leur propre foyer en devenant épouses-enfants. Les barrières culturelles comme les préjugés des éducateurs à l’égard des filles ou les obstacles physiques ‑ comme l’insuffisance et la médiocrité des installations sanitaires ‑ peuvent avoir de sérieuses conséquences sur leurs chances d’accéder aux salles de classe ou sur leur sécurité pendant la journée scolaire. Ces implications peuvent être aggravées dans le cas des jeunes femmes et des jeunes filles en situation de handicap ou dans les communautés autochtones, les camps de réfugiés ou en situation de vulnérabilité. Dans un contexte de conflit, les filles ont deux fois moins de chances d’être scolarisées que leurs homologues vivant dans des pays non conflictuels, avec pour résultat plusieurs générations de potentiels et opportunités perdus.

Comme le sait Jakomba, une éducation de qualité peut permettre notamment aux jeunes femmes et aux filles de faire valoir leurs droits, de se mobiliser contre toute forme de discrimination et de violence et de développer les compétences requises pour atteindre une autonomie financière. Il est également essentiel qu’elles reçoivent une éducation sexuelle complète pour être en mesure de comprendre leur corps et de prendre des décisions au sujet de leur santé, y compris sexuelle et reproductive. Selon un récent rapport de la Banque mondiale, un enseignement secondaire universel éliminerait la quasi-totalité des mariages d’enfants et réduirait de trois quarts la prévalence des grossesses précoces.

En fait, pour vraiment transformer l’éducation, il est indispensable de mettre l’apprentissage à la portée de tous les jeunes, indépendamment de leur possibilité d’accès à une salle de classe, et de faciliter une meilleure intégration de la technologie dans l’éducation, y compris par l’utilisation d’appareils mobiles, afin de permettre aux filles d’accéder au matériel pédagogique quel que soit l’endroit où elles se trouvent.

Nous devons également briser les stéréotypes et renverser les normes sociales profondément enracinés qui considèrent les filles comme des êtres moins dignes d’être éduquées, ou qui les empêchent d’acquérir les compétences clés en sciences, technologie, ingénierie et mathématiques, et en technologies de l’information et des communications, pour exceller dans les emplois du monde futur.

L’éducation aide les jeunes femmes et les jeunes filles à devenir des citoyennes pleinement engagées. Nous en avons plus que jamais besoin. Nous comptons sur les jeunes pour bouleverser le statu quo et faire pression pour aboutir à des politiques transformatrices qui façonnent l’avenir tel qu’ils envisagent, en tant que jeunes leaders, alliés et défenseurs de l’égalité entre les sexes. En éduquant et en travaillant aux côtés de la prochaine génération, nous pouvons soutenir et ouvrir la voie à un avenir plus inclusif, plus durable et plus équitable pour toutes et tous.