Forum Génération Égalité : L’inspiration féministe

Date : jeudi 24 juin 2021

collage of portraits of feminist activists

Le Forum Génération Égalité qui se tiendra à Paris, du 30 juin au 2 juillet, rassemblera des membres de gouvernements, des leaders féministes, des jeunes et des acteurs du changement issus du monde entier et de tous les secteurs. Ce moment historique aura pour effet de catalyser le changement, de stimuler les investissements et l’action en faveur de l’égalité des sexes et de renforcer les mouvements mondiaux de défense des droits des femmes.

Le Forum représente un moment critique pour inverser les inégalités croissantes exacerbées par la Covid-19 et favoriser une accélération rapide de l’égalité des sexes, du leadership et des chances pour les femmes et les filles à travers le monde. Puisant son inspiration dans les mouvements féministes qui ont façonné la Déclaration et le Programme d’action de Beijing il y a 26 ans de cela, le Forum vise à redynamiser et à mener à bien ce programme.

Convoqué par ONU Femmes et conjointement organisé entre les gouvernements du Mexique et de la France, en partenariat avec les jeunes et la société civile, le Forum marquera également le début d’un plan d’action de cinq ans dirigé par six Coalitions d’action et un Pacte sur les femmes, la paix, la sécurité et l’action humanitaire.

En perspective de ce moment décisif pour les droits des femmes, ONU Femmes s’est adressée à des activistes de premier plan issu(e)s de tous horizons sur ce que nous pouvons attendre du Forum Génération Égalité, sur la raison de leur participation et sur la suite à mener.

S’appuyer sur le Programme d’action de Beijing

Eugenia Lopez Uribe, Mexique

Championne des droits sexuels et reproductifs des femmes et des jeunes dans des zones rurales et urbaines marginalisées

Eugenia Lopez Uribe. Photo: Jessica Salas Martínez
Eugenia Lopez Uribe. Photo: Jessica Salas Martínez

« Toute la puissance de l’organisation collective qui découle d’une approche intersectionnelle et intergénérationnelle tient à sa reconnaissance du fait que, à l’instar d’un cercle, nous avons toutes/tous notre place et notre espace à occuper dans l’édification d’un monde nouveau dans lequel l’égalité des sexes est une réalité et le patriarcat est révolu.

Le Forum Génération Égalité doit être l’occasion de démanteler le système patriarcal qui a empêché de faire progresser le Programme d’action de Beijing. C’en est fini des bonnes paroles, le moment est venu de nous mettre à financer. Nous devons amener les femmes dans toute leur diversité d’horizons et de vécu au cœur de la conversation, non pas comme un symbole de luttes individuelles, mais comme un engagement à respecter le cadre international des droits humains.

Nous ne pouvons pas nous permettre d’attendre 25 autres années pour changer le système qui épuise les ressources de la planète et n’inscrit pas la vie des femmes au centre des priorités de nos sociétés. »

Charlotte Bunch, États-Unis

Activiste, écrivaine, enseignante et organisatrice de mouvements féministes en faveur de la justice sociale et des droits humains

Charlotte Bunch. Photo: Maker
Charlotte Bunch. Photo: Maker

« La Conférence de Beijing était l’aboutissement d’une multitude d’efforts visant à établir les droits des femmes comme un jalon déterminant pour avancer sur la voie du développement et de la paix et à définir les priorités d’action mondiales à privilégier d’après la perspective des femmes. Le Programme d’action de Beijing a été un point culminant de l’engagement du gouvernement en faveur des droits des femmes, de l’égalité des sexes et de l’autonomisation des femmes. Il contient aussi en soi des clés pour comprendre toute l’importance que revêtent ces questions aujourd’hui dans les efforts de relèvement de la Covid-19. 

Des progrès ont été réalisés dans certains domaines, tels que l’attention portée à la violence basée sur le genre. Des groupes variés, de femmes autochtones, de femmes d’organisations locales et de femmes noires, de lesbiennes et de militant(e)s des droits des personnes handicapées, se font davantage entendre et remarquer dans les débats mondiaux. Pourtant, même si les conditions de vie de nombreuses femmes se sont améliorées depuis Beijing, l’écart entre celles qui en ont bénéficié et celles laissées pour compte s’est creusé.

Les 26 dernières années qui se sont écoulées depuis Beijing ont révélé l’enlisement et la complexité des problèmes qui y étaient décrits. Pour moi, le succès du Forum Génération Égalité serait la nette accélération de l’engagement de tous les secteurs envers l’égalité par le biais des Coalitions d’action et d’autres initiatives lancées dans le cadre de ce processus. »

L’urgence de l’action en faveur de l’égalité mondiale

Laxman Belbase (Népal) et Joni van de Sand (Pays-Bas)

Codirecteurs de l’alliance mondiale MenEngage

Laxman Belbase. Photo: MenEngage Alliance
Laxman Belbase. Photo: MenEngage Alliance
Joni van de Sand. MenEngage Alliance
Joni van de Sand. MenEngage Alliance

« La pandémie de Covid-19 a certes fait ressortir les failles béantes de nos sociétés et de nos institutions mais, même avant elle et au-delà, nous assistons à une vague mondiale de gouvernements répressifs et autoritaires et de mouvements réactionnaires qui ont intensifié leurs attaques contre l’égalité des sexes, les droits des femmes et les droits des personnes LGBTQI, en particulier les plus marginalisées.

Pour profiter de l’occasion politique que présente le Forum Génération Égalité, il est indispensable de commencer par désigner par leur nom les obstacles structurels à la réalisation de la justice de genre et des droits humains des femmes.

[La pandémie de Covid-19 a intensifié la] montée du nationalisme xénophobe, la répression de la dissidence politique et la décrédibilisation des institutions multilatérales. On assiste à une concentration toujours plus forte du pouvoir entre les mains des élites nanties et des entreprises les plus riches du monde. Dans les foyers, la pandémie a mis à nu et a exacerbé la dynamique patriarcale, attestée par l’augmentation des cas de violence des hommes à l’égard des femmes et des enfants et par la charge accrue des activités d’assistance et de soins assumée par les femmes et les filles. »

Jhesmin L. Solis Peña, Bolivie

Activiste en faveur des droits sexuels et reproductifs, des droits des peuples autochtones, des droits des femmes et des droits de la nature*

Jhesmin L. Solis Peña. Photo: Alvaro Jhonny Herrera Condori
Jhesmin L. Solis Peña. Photo: Alvaro Jhonny Herrera Condori

« En tant que jeune femme noire et bisexuelle, je me bats pour une série de droits. L’un des principaux facteurs à me maintenir sur cette voie est ma croyance dans un présent meilleur, dans un avenir meilleur, et ma conviction que le changement est non seulement possible, mais inévitable.

En perspective du Forum, depuis mes tranchées, j’ai rejoint les efforts régionaux et mondiaux visant à mettre en contact de jeunes activistes et à leur fournir des outils de plaidoyer politique et social. L’urgence de cette action date de longtemps, mais depuis la Covid-19, l’importance du Forum est encore plus aiguë, non seulement pour les humains, mais pour tous les êtres qui composent le monde et dont dépend notre existence. 

Une chose est sûre : nous ne pouvons pas retourner à nos vies d’avant. Forts de ce constat, il nous appartient dorénavant de trouver de nouveaux [modes de vie] qui ne concernent pas seulement l’égalité structurelle des chances, des devoirs et des obligations professionnelles, mais qui induisent également des changements plus profonds... de nos modes de travailler, de consommer, de produire. »

Chamathya Fernando, Sri Lanka

Activiste de la jeunesse et de la lutte contre la violence basée sur le genre

Chamathya Fernando. Photo: Meghana Belavadi
Chamathya Fernando. Photo: Meghana Belavadi

« Nous sommes convaincus d’appartenir à la génération qui va mettre un terme définitif à ces inégalités. Nous voulons que le changement ait lieu aujourd’hui, pas demain, et certainement pas dans 100 ans.

Les femmes et les filles sont touchées de manière disproportionnée par la Covid-19 et nous sommes en passe de perdre des années de progrès réalisés en matière d’égalité des sexes. Le Forum Génération Égalité se produit donc à un moment qui est crucial pour nous tous. Le temps est venu de nous unir et de demander aux décideurs de répondre à nos préoccupations et de fournir des solutions axées sur l’action. Le Forum est notre chance de plaider en faveur de l’égalité des sexes et d’accélérer les progrès que nous souhaitons voir d’ici à cinq ans.

Nous devons toutes/tous nous tenir mutuellement responsables d’agir dans ce sens et de veiller au suivi et à l’évaluation des progrès accomplis. C’est ensemble que nous grandissons. »

La jeunesse au cœur du changement

Hawa Yoke, Sierra Leone

Activiste dans les domaines de l’écologie, du changement climatique et des STIM

Hawa Yoke. Photo courtesy of Hawa Yoke
Hawa Yoke. Photo gracieuseté de Hawa Yoke

« Pour préparer les jeunes de Sierra Leone à rivaliser avec leurs homologues du monde entier, il est impératif d’aborder les grands enjeux qui ne sont pas évoqués sur le plan national. Les disparités entre les femmes et les hommes y sont marquées et le sujet reste tabou. Près des deux tiers de salariés dans les domaines des STIM sont des hommes et le pays accuse de gros retards dans les technologies. Pendant ce temps, la crise climatique a de profonds impacts sur la population, qui pour sa survie dépend dans sa grande majorité de l’agriculture.

Le Forum Génération Égalité est très important, en particulier pour la Sierra Leone mais aussi pour l’Afrique tout entière, étant donné l’ampleur des inégalités qui y règnent. Ce que j’attends du Forum Génération Égalité, c’est qu’il permette aux jeunes de décider eux-mêmes des enjeux qui les concernent. Nous devons non seulement souligner les difficultés qui existent, mais proposer aussi des solutions, et nous devons aussi demander des comptes à nos dirigeants. »

Satoko Yamaguchi

Championne des mouvements féministes dirigés par des jeunes femmes

Satoko Yamaguchi. Photo courtesy of Satoko Yamaguchi
Satoko Yamaguchi. Photo gracieuseté de Satoko Yamaguchi

« Il existe de profondes différences du vécu de la pandémie entre les privilégiés et les marginalisés et les disparités entre les hommes et les femmes sont une réalité : tant de femmes ont perdu leur emploi, les étudiants n’ont pas pu poursuivre leurs études ou rencontrer leurs amis et les travailleurs du sexe ont été privés de l’accès aux prestations de protection sociale. Alors même que le taux de suicide au Japon était élevé avant la pandémie, il n’a fait qu’augmenter, les femmes et les jeunes étant les plus touchés. Il est temps de cesser de dépendre de systèmes sexistes néolibéraux et néocolonialistes. Le Forum Génération Égalité présente le potentiel d’insuffler l’élan requis pour transformer radicalement le système en place, d’où son importance unique.

Le coleadership intergénérationnel est le seul moyen d’accélérer l’élan vers l’égalité des sexes. Que cet élan provienne de mouvements féministes ou de femmes ou d’organes publics, si la démarche entreprise ignore les jeunes et les adolescents, elle cesse d’être inclusive et son objectif d’égalité des sexes pour toutes/tous sera voué à l’échec. »

Ishanvi Malayanil, Inde et États-Unis

Activiste en faveur de la participation des femmes en politique et à des rôles de leadership et d’une législation sensible au genre

Ishanvi Malayanil. Photo courtesy of Ishanvi Malayanil
Ishanvi Malayanil. Photo gracieuseté de Ishanvi Malayanil

« Les Coalitions d’action occupent une position unique grâce au vaste soutien et aux abondantes ressources dont elles bénéficient pour faire pression en faveur de progrès véritables. Les partenariats et l’action collective sont les meilleurs moyens de parvenir à une mobilisation à grande échelle et de faire progresser les droits des femmes.

Les parties prenantes et les législateurs plus âgés sont nombreux à penser que notre voix compte moins du fait de notre jeunesse. [À tous les autres dirigeants et aux activistes, je leur dis], servez-vous de votre voix. Votre voix est la chose la plus puissante que vous possédez. Le Forum Génération Égalité est ouvert au public pour de bonnes raisons, mais ce n’est que si vous parvenez à optimiser votre voix pour réaliser vos objectifs que cette tribune sera efficace.

Pour autant, ne monopolisez pas l’espace par vos simples revendications, sachez aussi vous mettre à l’écoute. À l’écoute des besoins, des objectifs et des passions des autres. Au Forum de Paris, faites preuve d’empathie et découvrez les autres causes. User de votre voix ne sert à rien si vous ne prenez pas le temps d’écouter ceux qui vous entourent et d’apprendre d’eux. » 

L’action collective pour le bien commun

Houry Geudelekian, Liban et États-Unis

Présidente du Comité des ONG sur la condition de la femme et activiste pour mettre fin au mariage précoce et forcé

Houry Geudelekian. Photo: Russ Rowland
Houry Geudelekian. Photo: Russ Rowland

« Il est essentiel que nous travaillions dans un esprit de collaboration, de transparence et de leadership partagé : pour moi, c’est ainsi que se définit l’action collective, qui est aussi antipatriarcale ! Il est temps de nous débarrasser du patriarcat et de repenser la dynamique du pouvoir de ce monde dans ses méthodes capitalistes et colonialistes.

C’est par un dialogue intergénérationnel et intersectionnel que nous pourrons faire en sorte que toutes les parties de la société progressent ensemble. Nous ne pouvons pas prétendre à la victoire ou à des progrès au sein de la société si nous ne parvenons pas à rallier tout le monde à notre cause. Comme l’a affirmé Fannie Lou Hamer : « Personne n’est libre tant que nous ne sommes pas toutes/tous libres. »

Les Coalitions d’action nous donnent une chance de réfléchir, d’agir et de nous tenir mutuellement responsables par des moyens inédits et prometteurs. Le Forum et la campagne Génération Égalité accéléreront les réalisations pour remédier au problème des promesses faites et non exécutées depuis le Programme d’action de Beijing.

Ce que peuvent accomplir le Forum Génération Égalité et sa campagne, et par conséquent les Coalitions d’action, c’est unique tant en matière de format que d’ambition. »

Selin Ozunaldim, Turquie

Activiste de la jeunesse pour l’égalité des sexes et championne HeForShe

Selin Ozunaldim. Photo courtesy of Selin Ozunaldim
Selin Ozunaldim. Photo gracieuseté de Selin Ozunaldim

« Les partenariats et l’action collective peuvent modifier le cours des choses en étant les principaux moteurs et des accélérateurs en faveur de la réalisation de l’égalité des sexes et de la justice intersectionnelle dans le monde entier. Ils servent d’inspiration à de futurs processus multilatéraux, multiacteurs et multigénérationnels, en donnant l’exemple d’un espace audacieux et transformateur axé autour du coleadership, de la copropriété et de la cocréation. Ils nous montrent comment puiser dans le pouvoir transformateur de la jeunesse en nous laissant codiriger et façonner chaque partie du processus.

Le dialogue intergénérationnel explore les voies vers l’égalité des sexes. Malheureusement, de nombreux sujets dont on débat depuis plus de 10 ans restent tout aussi urgents aujourd’hui. De surcroît, notre appartenance à différentes générations nous permet d’explorer différentes façons de penser, différentes compétences, différents vécus et différentes expériences, ce qui est tout aussi rafraîchissant que productif. »

* La Bolivie est le seul pays au monde à accorder à la nature les mêmes droits que ceux accordés aux êtres humains par la loi sur les droits de la Terre-Mère.