Dans les propos de Spartak Kosta : « Les médias doivent sensibiliser le public à la question de la traite des femmes et des filles »

Date : mercredi 22 août 2018

Xhoana Vranici, Spartak Kosta and Kleodora Elmasllari (left to right) are among the first group of journalism students in Albania to have followed a specific course on how to report trafficking of women and girls  Photo: UN Women Albania/Yllka Parllaku

Spartak Kosta est étudiant en troisième année de journalisme à l'Université d'histoire et de philologie de Tirana, en Albanie. Il faisait partie du premier groupe d'étudiants à suivre un nouveau cours universitaire sur le signalement de la traite des femmes et des filles. Le cours de formation a été élaboré sur la recommandation d'un rapport de suivi d'ONU Femmes. L’étude montre que les journalistes écrivent souvent des histoires superficielles sur la traite des êtres humains qui manquent d’analyse approfondie et utilisent un langage contraire à l’éthique concernant les victimes.

Grâce au financement de base, le cours a été soutenu par ONU Femmes et organisé en coopération avec le Département du journalisme, le Ministère de l'Intérieur, des universitaires, des étudiants et des journalistes. Au cours des quatre dernières années, ONU Femmes, avec le soutien de l'Union européenne, a collaboré avec les médias albanais pour améliorer les rapports sur les cas de traite et mieux informer le public sur la question.

Il a déclaré : « Le cours sur la manière de signaler la traite des femmes et des filles était révélateur. Souvent, les médias en Albanie couvrent les récits de traite de manière sexiste, en se concentrant sur l’histoire de la victime plutôt que sur le problème lui-même ou son auteur. Avant de suivre ce cours, j'avais une perception sexiste de la traite des femmes et des filles. Je ne connaissais pas la différence entre une travailleuse du sexe et une victime de la traite. Il y a un manque généralisé d'informations sur la question.

À mon avis, le cours devrait être enseigné à tous les étudiants en journalisme. »

Lire l’article complet en anglais>