Je suis de la Génération Égalité : Teodora Mileska, défenseuse des droits en matière de santé reproductive et sexuelle

Tous les jours, des milliards de personnes à travers le monde se tiennent du bon côté de l’histoire. Elles font entendre leur voix, prennent position et se mobilisent et agissent en faveur des droits des femmes au travers d’actions de petite ou grande envergure. C’est ce qui caractérise la Génération Égalité.

Date : mardi 19 novembre 2019

Je suis la Generation Egalite
Teodora Mileska poses for a photo. Photo: UN Women/Mirjana Nedeva
Teodora Mileska. Photo: ONU Femmes/Mirjana Nedeva

J’appartiens à la Génération Égalité parce que...

J’avais sept ans quand j’ai remarqué que les filles étaient traitées différemment des garçons. Je crois profondément que toutes les filles et les femmes doivent avoir les mêmes chances dans la vie et le courage de réaliser leurs rêves.

Trois choses à faire pour intégrer la Génération Égalité

  • Soyez curieux(se), avide de découvertes et posez des questions. Tout commence avec vous.
  • Faites-vous entendre, communiquez et partagez. N’ayez pas peur de remettre en question votre société et de briser les tabous.
  • Icon- a girl raises her arm
  • Partagez des histoires comme celles-ci avec le hashtag #GénérationÉgalité et rejoignez la campagne.

Je ne veux pas que les jeunes filles ne se sentent pas assez bonnes pour affronter le monde, parce que nous en sommes toutes tout à fait capables.

L’inégalité des sexes vous touche, même sans le savoir.

L’égalité des sexes ne concerne pas seulement les femmes : elle touche tout le monde. Chaque nouvelle personne qui rejoint le mouvement en faveur des droits des femmes permet de le renforcer et de l’améliorer.

Mettre fin au harcèlement sexuel et à la violence en faisant cesser les comportements nocifs

Le harcèlement sexuel et la violence figurent parmi les problèmes les plus urgents à résoudre [selon moi]. Pendant des années, les filles ont appris à ne pas sortir tard le soir et à toujours être accompagnées. On leur a dit comment s’habiller et comment se comporter.

Nous devons éduquer et élever les garçons et les filles de manière égale. Il est temps de commencer à parler de consentement. « Non » signifie non. Cela ne veut pas dire « convaincs-moi ».

De plus en plus de femmes et de filles parlent et partagent leurs expériences. Cela est important pour que nous puissions montrer au grand public que cette question est problématique.

SDG color stripe

“Nous devons pouvoir reconnaître un comportement nocif et réagir.”

SDG color stripe

Nous devons pouvoir reconnaître un comportement nocif et réagir. Nombreux sont ceux qui choisissent simplement de détourner le regard lorsqu’ils sont témoins d’un harcèlement sexuel parce que c’est plus facile. [De par leur comportement], ces personnes deviennent de par leur silence partisanes du harcèlement sexuel et de la violence.

Promouvoir un programme complet d’éducation sexuelle propice à l’autonomisation

C’est à l’âge de 16 ans que j’ai pu bénéficier d’un programme complet d’éducation sexuelle pour la première fois, au cours duquel les questions des infections sexuellement transmissibles, de la contraception, des droits de l’homme, du genre et de la violence sexuelle étaient abordées. J’ai voulu devenir éducatrice pour les pairs dans le domaine de l’éducation sexuelle générale à partir de ce moment-là. Je voulais informer les jeunes, et enseigner aux filles en particulier, ce dont nous ne parlons pas dans nos écoles. Je voulais briser le tabou selon lequel l’éducation sexuelle ne porte que sur le sexe.

L’éducation sexuelle générale vise à autonomiser et informer les jeunes en leur donnant les moyens d’être acteurs de leur vie sexuelle et reproductive. Il s’agit d’étudier les perspectives de genre et de remettre en question les normes et les rôles liés au genre. Vous apprenez à connaître votre corps, vos droits et votre vie. Ce sont ces connaissances et ces compétences, requises pour affronter la vie, qui font souvent défaut dans nos systèmes d’éducation traditionnels.



Teodora Mileska est étudiante en études internationales et interculturelles en Macédoine et elle aspire à exercer éventuellement en tant que diplomate en se consacrant à la résolution pacifique des conflits. Elle travaille comme éducatrice principale en matière d’éducation sexuelle générale et comme rédactrice pour l’émission de radio de Seksi Maalo qui milite pour les droits en matière de santé sexuelle et reproductive.