Il est bon pour les affaires d’avoir plus de femmes, mais des changements plus rapides sont nécessaires

Date : mercredi 9 mars 2011

Plus de 160 PDG appuient les Principes d'autonomisation des femmes des Nations Unies

Affirmant que l'égalité des sexes dans le secteur privé est « bonne pour les affaires », 167 Présidents-Directeurs généraux de toute la planète ont signé les Principes d'autonomisation des femmes — L'égalité est une bonne affaire. ONU Femmes et le Pacte mondial des Nations Unies, porte-drapeaux de l'initiative, ont publié aujourd'hui la liste de ces chefs d'entreprises au cours de la conférence« L'égalité est une bonne affaire : mettre les principes en pratique ». Cette dernière a marqué le premier anniversaire du lancement des Principes.

Ouvrant la conférence de deux jours, le Secrétaire général Ban Ki-moon a salué les PDG ayant signé les Principes, mais également mis au défi les chefs d'entreprises de faire davantage. « En adoptant ces principes, vous rejoignez un grand mouvement de rassemblement visant à libérer le pouvoir des femmes et à changer le monde. C'est une action décisive » a déclaré le Secrétaire général.

Michelle Bachelet, ancienne Présidente du Chili et première Directrice exécutive d'ONU Femmes, a estimé : « L'égalité des sexes n'est pas seulement un droit de l'homme de base : comme en conviennent désormais les experts en affaires, économie et développement, le fait d'autonomiser les femmes renforce les économies et le progrès social. Les Principes d'autonomisation des femmes offrent un outil pour nouer un partenariat basé sur les résultats avec la communauté des affaires ».

« Le secteur privé identifie de plus en plus l'investissement dans les femmes comme une stratégie d'affaires primordiale, essentielle à l'innovation, à une gestion solide et à l'accroissement des profits » souligne Georg Kell, Directeur exécutif du Pacte mondial des Nations Unies. « En transformant les principes en pratique, les sociétés créent un projet pour l'égalité qui renforce les initiatives existantes, se focalise sur la mise en œuvre et contribue à créer une valeur durable. »

Les arguments plaidant en faveur de la diversité et de l'égalité sexuelles ont rapidement pris de l'essor. Parmi les 500 sociétés citées par Fortune, celles qui se trouvent dans la fourchette supérieure au niveau de la représentation des femmes au sein de leurs conseils d'administration sont plus performantes que celles qui se trouvent dans la fourchette basse d'au moins 53% en terme de rendement des capitaux propres.

Beaucoup de cadres reconnaissent qu'il est toutefois difficile de changer les cultures d'entreprises afin de pleinement intégrer l'égalité des sexes. Si 72% des cadres sondés en 2010 par McKinsey & Co. conviennent qu'il existe une corrélation entre la diversité sexuelle et le succès des affaires, seuls 28% indiquent que cela figure dans les 10 premières priorités de la direction.

Depuis que les Principes d'autonomisation des femmes ont été lancés il y a un juste un an, les entreprises déclarent que l'engagement du PDG a stimulé les activités visant à promouvoir l'égalité des sexes. Une entreprise a changé ses politiques de recrutement pour chercher à avoir un pourcentage plus élevé de candidates pour tous les postes. Une autre a modifié ses pratiques d'achats en vue d'inclure davantage de fournisseurs femmes.

Les entreprises ont fait remarquer que le manque de données ventilées par sexe sape les efforts déployés pour mesurer les progrès, et ont appelé ONU Femmes et le Pacte mondial des Nations Unies à travailler avec elles sur un cadre d'établissement de rapport aligné sur les Principes d'autonomisation de la femme.

Contacts médias

  • Matthias Stausberg, porte-parole du Pacte mondial des Nations Unies, stausberg[at]un.org +1 917 367-3423
  • Gretchen Luchsinger, Spécialiste des médias chez ONU Femmes, gretchen.luchsinger[at]unwomen.org +1 212 906-6506

Liens connexes