Les Objectifs de développement durable, un outil pour l’autonomisation des femmes rurales

UN Trust Fund/Phil Borges
Photo: UN Trust Fund/Phil Borges

Messages | Actualités et activités | Témoignages | Rejoignez la conversation

En octobre, l’ONU célèbre trois journées qui reflètent le rôle capital joué par les femmes dans le développement, tout d’abord la Journée internationale de la femme rurale le 15 octobre, suivie de la Journée mondiale de l’alimentation le 16 octobre, et enfin la Journée internationale pour l’élimination de la pauvreté le 17 octobre.

Ces questions indissociables sont plus pertinentes que jamais avec l’adoption récente d’une nouvelle feuille de route à l’échelle mondiale, le Programme de développement durable à l’horizon 2030. L’égalité des sexes ainsi que les droits et l’autonomisation des femmes sont des thèmes transversaux du Programme 2030. Celui-ci comprend 17 Objectifs de développement durable (ODD) et 169 cibles. Pour les atteindre, la participation des femmes rurales est essentielle – c’est donc une occasion sans précédent de les associer à la mise en œuvre de ce programme et de les en faire bénéficier, en particulier en ce qui concerne l’objectif d’éliminer la pauvreté sous toutes ses formes et partout dans le monde, celui d’éliminer la faim, d’assurer la sécurité alimentaire, d’améliorer la nutrition et de promouvoir l’agriculture durable, et celui de parvenir à l’égalité des sexes et à l’autonomisation de toutes les femmes.

Les femmes rurales sont les piliers de la réalisation des profonds changements économiques, environnementaux et sociaux nécessaires au développement durable. Mais l’accès limité au crédit, aux soins de santé et à l’éducation est un des nombreux défis auxquels elles sont confrontées, encore aggravé par les crises économique et alimentaire mondiales et par les changements climatiques. Les femmes étant largement représentées dans la main-d’œuvre agricole dans le monde entier, leur autonomisation est essentielle non seulement au bien-être de personnes, de familles et de communautés rurales, mais également à la productivité économique générale.

Quelques chiffres

  • Les femmes rurales consacrent plus de temps aux tâches domestiques que les femmes et les hommes vivant en milieu urbain. Une étude de l’incidence de la pauvreté en eau sur l’emploi du temps menée dans 25 pays d’Afrique subsaharienne estime que les femmes passent plus de 16 millions d’heures par jour à aller chercher de l’eau potable, les hommes 6 millions d’heures, et les enfants 4 millions d’heures [1].
  • Les femmes exploitantes agricoles contrôlent moins de terres que les hommes, et ont également un accès plus limité aux intrants, semences, crédits et services de vulgarisation. Moins de 20 pour cent des propriétaires fonciers sont des femmes. Les disparités de genre dans l’accès à la terre et au crédit affectent la capacité relative des femmes exploitantes agricoles ou entrepreneuses à investir, à opérer à plus grande échelle, et à bénéficier des nouvelles opportunités économiques par rapport aux hommes [2].
  • Les décès maternels touchent les femmes rurales de manière disproportionnée. Dans les pays les moins avancés, la probabilité qu’une femme rurale donne naissance à un enfant avec l’assistance d’un professionnel de santé formé est inférieure de 38 pour cent à celle d’une femme vivant en milieu urbain [3]
  • Une importante étude d’ONU Femmes, de la Banque mondiale et de l’Initiative pauvreté-environnement à paraître prochainement indique que les disparités de genre dans la productivité agricole varient de 4 à 40 pour cent en fonction du pays et du type de culture ou d’aliment, et pourraient coûter jusqu’à 100 millions de dollars au Malawi, 65 millions de dollars en Ouganda, et 106 millions de dollars en République-Unie de Tanzanie.

Notre action

ONU Femmes soutient le leadership et la participation des femmes rurales à l’élaboration de lois, de stratégies, de politiques et de programmes concernant toutes les questions qui affectent leur existence, y compris l’amélioration de la sécurité alimentaire et nutritionnelle et des moyens de subsistance en milieu rural. La formation les dote de compétences qui changeront leur vie et leur permettront d’adapter la technologie à leurs besoins. ONU Femmes lutte pour éliminer la pauvreté au moyen de programmes dispensant des formations, un accès au crédit et des compétences pratiques qui permettent d’autonomiser financièrement les femmes rurales pauvres, de leur donner une voix, de renforcer les services sociaux et de sensibiliser aux droits des femmes. L’organisation s’engage également à améliorer l’accès des femmes aux services sociaux de base, au contrôle des terres et autres formes de propriété, à l’héritage, aux ressources naturelles, aux nouvelles technologies et aux services financiers.

Messages

Dans son message à l’occasion de la Journée internationale de la femme rurale, le 15 octobre 2015, la Directrice exécutive d’ONU Femmes, Mme Phumzile Mlambo-Ngcuka, dit : « L’opportunité qui s’offre à nous et le niveau d’engagement sont sans précédents pour éliminer la pauvreté et la faim, atteindre la sécurité alimentaire et de la nutrition, et garantir les moyens de subsistance en investissant dans les femmes rurales et dans une agriculture résiliente aux changements climatiques. » Lire sa déclaration complète ici »

Activités

Le 15 octobre 2015, pour marquer la Journée internationale de la femme rurale, ONU Femmes organise une activité intitulée « les Objectifs de développement durable, un outil pour l’autonomisation des femmes rurales » qui se déroulera au siège des Nations Unies, de 13 h 15 à 14 h 30 dans la salle de conférence 7. [ Voir le descriptif détaillé, en anglais]

Reportages

The Carpet Weaver of Jdeidet El Fekha, Lebanon

Quote

Nous avons appris. Nous savons quoi faire…. Cela me procure joie et motivation pour continuer à travailler »

–Cira Huancahuari, cultivatrice de pommes de terre et présidente d’une entreprise locale de produits laitiers dans la ville rurale de Patachana, au Pérou.

En savoir plus »
Regarder la vidéo »


Quote

C’est notre passion pour les plantes qui nous a encouragées à poursuivre notre installation en ce lieu qui nous est cher »

– Atiqa Jorfi, cultivatrice d’herbes aromatiques et médicinales dans la communauté rurale de Ghriss Essoufli, au Maroc.

En savoir plus »
Regarder la vidéo »


Quote

Lorsque nous ne sommes pas au travail, nous nous rendons visite et nous nous épaulons en cas de problèmes ; cela n’existait pas avant »

– Samaké Kadiatou Traoré, bénéficiaire de l’initiative d’ONU Femmes pour l’énergie renouvelable dans la région de Koulikoro au Mali.

En savoir plus »
Regarder la vidéo »


Quote

Je suis heureuse maintenant, car j’ai eu la chance de reconstruire ma vie en recevant l’aide nécessaire au bon moment, et en apprenant à rebondir et à être plus forte »

– Rajena Boiragi, pêcheuse du sud-ouest du Bangladesh touchée par le cyclone Aila en 2009.

En savoir plus »
Regarder la vidéo »


Quote

Dès que j’ai commencé à cultiver des champignons, j’ai pu subvenir aux besoins de ma famille »

– Theresia Msacky, une agricultrice de la Grenade ayant participé à un projet d’ONU Femmes visant à renforcer le rôle des productrices agricoles dans le développement durable aux Caraïbes.

En savoir plus »
Regarder la vidéo »


Quote

À chaque catastrophe, ce sont les femmes qui souffrent le plus, mais ce sont elles qui sont le plus à même de contribuer au relèvement »

– Lily Thapa, fondatrice de Women for Human Rights, une organisation qui lutte en faveur des droits sociaux, culturels, politiques et économiques des femmes seules au Népal.

En savoir plus »
Regarder la vidéo »


Quote

Nous savions que nos vies allaient changer. Nous voyons déjà comment accroître notre production de manière plus efficace et commercialiser des produits de meilleure qualité »

– Mame Binta Demba, Secrétaire exécutive de l’Union des Femmes transformatrices de poissons au Sénégal, qui a reçu d’ONU Femmes et du PAM de nouveaux moyens technologiques pour la transformation du poisson.

En savoir plus »


Quote

J’encourage les femmes à envisager de lancer leur propre entreprise, pour ne plus être dépendantes financièrement de leurs familles et de leur mari »

– Elvanë Qorri, apicultrice à Gjakova, une ville de l’ouest du Kosovo (résolution 1244 du Conseil de sécurité de l’ONU).

En savoir plus »


Quote

Se constituer en tant que groupe a permis à ces femmes de s’entraider pour accéder aux marchés. Individuellement, ça n’aurait pas été possible »

– Majlinda Hoxha, co-fondatrice d’une initiative soutenue par ONU Femmes qui aide les femmes rurales d’Albanie à développer leurs compétences en affaires.

En savoir plus »

 

Rejoignez la conversation

Rejoignez le débat autour de la Journée internationale de la femme rurale en utilisant le hashtag #femmesrurales. Les messages et les images destinés à être partagés sur les réseaux sociaux sont disponibles en anglais, en espagnol et en français ici.

Notes

[1] PNUD, 2012. Rapport 2012 sur les objectifs du Millénaire pour le développement, p. 56 ; Organisation mondiale de la Santé et Fonds des Nations Unies pour l’enfance, 2012. Progress on Drinking Water and Sanitation : 2012 Update, cité à partir du Rapport du Secrétaire général sur l’Amélioration de la condition de la femme en milieu rural (A/70/204).

[2] Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture, 2011. La situation mondiale de l’alimentation et de l’agriculture 2010-2011 : Le rôle des femmes dans l’agriculture, combler le fossé entre les hommes et les femmes pour soutenir le développement. Bien que les données disponibles à l’échelle mondiale soient limitées, des preuves viennent étayer cette thèse.

[3] ONU Femmes. Progress of the World’s Women 2015-2016: Transforming economics, realizing rights (New York, 2015).

Liens

Vidéo
Vidéo
Fabriquant le pain en Deir Kanoun, Liban

L'association Amel, bénéficiaire du Fonds pour l'égalité des sexes d'ONU Femmes, aide les femmes libanaises à atteindre l'indépendance financière en renforçant leur capacité de produire et commercialiser des produits sur les marchés nationaux et internationaux. A Beyrouth, un magasin a été ouvert récemment pour vendre des produits faits à la main par ces femmes. Cette initiative atteint également des femmes réfugiées et migrantes d’Egypte, l'Irak, le Soudan, la Palestine et la Syrie.

Featured Publication