ONU Femmes - Entité des Nations Unies pour l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes

Suivi des investissements

Le suivi des investissements en faveur de l'égalité des sexes et de l'autonomisation des femmes est une des manières les plus efficaces d'évaluer la responsabilisation en matière de respect des engagements sur l'égalité des sexes. Les pays et les institutions multilatérales participent de plus en plus à l'élaboration de méthodes et d'instruments à cet effet, ce qui entraîne dans de nombreux cas une augmentation des ressources financières pour l'égalité des sexes.

Nos solutions

ONU Femmes plaide en faveur d'actions de suivi du financement de l'égalité des sexes tant sur le plan national qu'international et leur apporte son soutien au niveau technique. Ces dernières années, une série de débats internationaux d'importance ont été consacrés à l'efficacité de l'aide au développement internationale. Depuis l'adoption de la Déclaration de Paris sur l'efficacité de l'aide au développement en 2005, les défenseurs de l'égalité des sexes, soutenus par ONU Femmes, appellent les pays à intégrer des perspectives de genre dans leurs pratiques en matière d'aide au développement, de coordination entre les donateurs et de mécanismes de responsabilisation.

La participation dynamique d'ONU Femmes et d'autres défenseurs de l'égalité des sexes au quatrième Forum de haut niveau sur l'efficacité de l'aide qui s'est tenu à Busan en 2011 a convaincu les gouvernements de prendre un engagement fort envers l'égalité des sexes dans l'accord définitif adopté. Ce dernier appelle à la réalisation d'efforts plus importants pour utiliser des données ventilées par sexe afin d'orienter les décisions politiques et de guider les investissements en matière de développement, en veillant à ce que les dépenses publiques soient ciblées de manière appropriée afin de profiter à la fois aux femmes et aux hommes. En outre, un indicateur de l'égalité des sexes a été inséré dans un cadre de surveillance internationale sur la coopération au développement. Celui-ci cerne les pays en voie de développement qui disposent d'un système de suivi et de publication des montants affectés à l'égalité des sexes et à l'autonomisation des femmes. ONU Femmes appuie maintenant la mise en œuvre de ce cadre de surveillance au sein de chaque pays.

Parmi les mesures significatives qui ont été adoptées, en Équateur, un classement budgétaire élaboré par le ministère des Finances en collaboration avec le ministère de la Femme et ONU Femmes effectue le suivi de toutes les affectations de fonds publics par rapport au plan national d'égalité des chances. Il évalue la contribution des fonds à des dimensions telles que la participation des femmes à la vie politique, l'absence de violence et l'égalité des chances face à l'emploi. Les données obtenues facilitent la comparaison d'une année à l'autre et permettent de comparer les affectations budgétaires avec les dépenses réelles. Les affectations de l'Équateur à des politiques publiques sensibles au genre atteignent actuellement 1,3 milliard de dollars, soit 4,5 pour cent du budget national. Ces fonds contribuent à mettre fin à la violence envers les femmes, à promouvoir l'égalité d'accès à l'emploi et aux ressources financières, ainsi qu'à faire respecter les droits en matière de procréation et de sexualité.

En 2007, dans le cadre de la réforme budgétaire, le ministère des Finances du Népal a introduit dans tous les ministères la budgétisation tenant compte de la question du genre. ONU Femmes a contribué à l'élaboration de critères et d'indicateurs visant à évaluer les affectations sectorielles à l'égalité des sexes. Depuis lors, la proportion de fonds considérée comme « tenant directement compte » de l’égalité des sexes est passée de 11 pour cent en 2007/2008 à 19 pour cent en 2011/2012. Ceux-ci comprennent les investissements essentiels pour la santé, l'éducation et les moyens de subsistance des femmes. Le budget alloué à l'organisation nationale des femmes a, quant à lui, augmenté de 11 pour cent.