Amérique latine et Caraïbes

Les pays d'Amérique latine et des Caraïbes ont pris des engagements importants envers les droits des femmes. Tous ont ratifié la Convention sur l'élimination de toutes les formes de discrimination à l'égard des femmes. 14 d'entre eux ont ratifié le Protocole facultatif de la convention. Le système interaméricain des droits humains comprend un puissant instrument régional de lutte contre la violence envers les femmes : la Convention de Belém do Pará. Dans la lignée des accords internationaux et du Programme d'action de Beijing et grâce à des années de lobbying par les mouvements des femmes, un certain nombre de pays ont agi pour faire progresser l'égalité des sexes en modifiant leur constitution, en créant des ministères ou des instituts pour la condition féminine, en réformant leur code civil, en pénalisant la violence basée sur le genre et en établissant des quotas de femmes pour leurs bureaux politiques.

Même si presque tous les pays de cette région ont des revenus moyens, il subsiste d'importantes inégalités et exclusions sociales, particulièrement vis-à-vis des femmes, des populations autochtones ou de souche africaine, et des jeunes. D'après le Rapport latino-américain sur le développement humain de 2010, la région compte 10 des 15 pays les plus inégalitaires au monde. La sécurité publique y est un problème croissant. De nouvelles formes de violence envers les femmes sont apparues et les meurtres de femmes sont en augmentation.

Nos solutions

ONU Femmes opère en Amérique latine et aux Caraïbes au départ de notre bureau régional à Panama City, qui soutient les bureaux de pays et multi-pays répartis à travers la région ainsi que les pays où ONU-Femmes a une présence programmatique plus limitée. Dans les pays où nous n'avons pas une présence sur le terrain, nous soutenons le système des Nations Unies, les gouvernements et la société civile à travers l'assistance technique et des partenariats.

Nos initiatives se concentrent sur trois domaines prioritaires d'intervention que nous considerons comme stratégiques pour relever les défis communs dans des pays d'Amérique latine et des Caraïbes: la participation politique et le leadership des femmes, leur autonomisation économique, et mettre fin à la violences à l'égard des femmes et des filles. 

Nous contribuons à renforcer le leadership des femmes, notamment celui des femmes politiques et des militantes de partis politiques. Afin de renforcer l'autonomisation économique des femmes, et en particulier celle des groupes les plus exclus, nous préconisons des politiques et des solutions leur donnant accès aux ressources, à l'emploi et aux services. Pour ce faire, nous faisons valoir des éléments de preuve et des études sérieuses pour étayer notre thèse. L'une de nos priorités consiste à faire reconnaître la contribution des femmes au travail, qu'il soit rémunéré ou non ; une autre est d'aboutir à un accès équitable à un travail décent.

Une série d'initiatives visent à mettre fin à la violence envers les femmes et les filles par l'augmentation de la prévention et de l'accès aux services destinés aux victimes. Nous collaborons avec les pays pour renforcer les lois et les institutions qui protègent les femmes, et nous faisons des hommes des partenaires pour éradiquer la violence. Des mesures destinées à renforcer la réactivité de la police et des instances judiciaires participent au double objectif de faciliter l'accès à la justice et de mettre fin à l'impunité. ONU Femmes joue également un rôle de premier plan dans la campagne du Secrétaire général de l’ONU Tous UNiS pour mettre fin à la violence à l’égard des femmes, qui exerce ses activités dans 33 pays de la région, en soulignant comment mettre fin aux violences est la responsabilité de chacun.

En ce qui concerne l'ensemble de tous ces domaines prioritaires, et d'autres, ONU Femmes aide aux réformes judiciaires en cours et l'intégration des mesures d'égalité des sexes dans tous les programmes, plans et budgets.