Gouvernance et planification nationale : quelques faits et chiffres

Finances publiques domestiques :

  • En 2013, ONU Femmes a aidé 65 pays à renforcer les priorités de leurs plans et budgets de développement nationaux, locaux et sectoriels en rapport avec l’égalité des sexes. Dans 24 pays, les documents de planification nationale ont incorporé des priorités et des budgets relatifs à l’égalité des sexes et à l’autonomisation des femmes [1].
  • À l’échelle nationale, les ressources affectées à la défense de l’égalité des sexes sont systématiquement maigres. En 2013, 13 pays interrogés ont répondu que moins de 0,4 pour cent de leur budget total était affecté à des ministères ou des organismes qui défendaient l’autonomisation des femmes [2].
  • Les budgets et politiques agricoles de sept gouvernements africains (Burundi, Ghana, Kenya, Nigéria, Rwanda, Ouganda et Zambie) ont laissé voir que d’une manière générale, les priorités des femmes étaient à peine prises en compte, et que les engagements en faveur de l’égalité des sexes pris dans ce secteur n’étaient pratiquement jamais tenus [3].
  • Pour chaque dollar des États-Unis dépensé dans 74 pays fortement concernés, la société gagnerait près de neuf dollars sous la forme de bénéfices économiques et sociaux engendrés par une baisse de la morbidité et de la mortalité d’ici 2035. Pas moins de 147 millions de décès infantiles, 32 millions de mortinaissances et cinq millions de décès maternels peuvent être évités en une seule génération [4].
  • Le gouvernement du Népal a fait passer son enveloppe budgétaire sensible au genre de 1,13 milliard de dollars US pour l’exercice fiscal 2013-2014 à 1,36 milliard de dollars US en 2014-2015, pour atteindre le 21,93 pour cent de son budget total. Ce pays a créé, mis en œuvre et peaufiné un système de suivi afin d’obtenir des informations essentielles sur les investissements sensibles au genre [5].

Finances publiques internationales :

  • Le volume total des engagements des membres du Comité d’aide au développement (CAD) ciblant l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes a plus que triplé; passant de 8 milliards de dollars US en 2002 à 28 milliards de dollars US en 2013. Ces engagements portaient essentiellement sur l’éducation et la santé, conformément aux Objectifs Millénaires pour le Développement (OMD). [6].
  • Malgré le financement assez élevé du secteur de la santé en général, le financement de la planification des naissances a fortement diminué, passant de 71 pour cent en 1995 à 31 pour cent en 2013 [7].
  • En 2013, seuls 2 pour cent de l’aide bilatérale destinée à l’autonomisation économique des femmes avaient pour objectif principal l’égalité des sexes. Les engagements dans ce domaine exprimés en pourcentage de l’aide bilatérale totale apportée aux secteurs économiques et productifs n’ont pas évolué depuis 2007-2008 [8].
  • D’après des données de 2011-2012, environ 15 pour cent seulement de l’aide analysée a contribué à l’égalité des sexes et aux droits des femmes, « sans s’approcher de ses engagements politiques » [9].

Le financement des organisations de femmes et le financement privé :

  • La plupart des organisations de femmes ne disposent que d’un budget minime. Une étude internationale de 2011 portant sur 1119 organisations de femmes de 140 pays différents a montré qu’en 2010, les revenus cumulés de 740 organisations de femmes s’élevaient à 106 millions de dollars US seulement, et que leur revenu médian était de 20 000 dollars US. Un tel montant ne représente qu’une fraction du budget individuel de nombreuses grandes ONG internationales [10].
  • Le pourcentage des organisations de femmes qui bénéficient d’un financement pluriannuel a diminué pour passer de 42 pour cent en 2008 à 21 pour cent en 2010. On constate une tendance inquiétante : de plus en plus d’organisations dépendent de fonds ponctuels, et leur financement futur n’est ni prévisible ni assuré [11].
  • L’étude de 170 initiatives du secteur des entreprises montre que des engagements pour un total de 14,6 milliards de dollars US concernaient les priorités des femmes et des filles. Plus du tiers de ces initiatives valaient plus de 5 millions de dollars US [12].
  • D’après une étude de 2013, 23 pour cent (276,5 millions de dollars US sur 1,2 milliard de dollars US) du financement des droits de la personne octroyé en 2010 par des fondations étaient destinés aux priorités des femmes et des filles. Une analyse de la répartition de ces fonds entre les secteurs montre que plus du tiers de ces fonds (37 pour cent) défendent les droits des femmes et des filles en matière de sexualité et de procréation [13].
Notes

[1] ONU Femmes, 2014, Rapport de la Secrétaire générale adjointe et Directrice exécutive concernant les progrès réalisés dans la mise en œuvre du plan stratégique 2011-2013 pour l’année 2013, p. 29.

[2] Government Spending Watch, 2013, GSW Report 2013, p. 31.

[3] Action Aid, 2013, Walking the talk: Why and how African governments should transform their agriculture spending, p. 39.

[4] Partenariat pour la santé de la mère, du nouveau-né et de l’enfant ; Organisation mondiale de la santé (OMS) et Université de Washington, 2013, Advancing social and economic development by investing in women’s and children’s health: a new global investment framework, p. 5.

[5] ONU Femmes, 2014, Rapport de la Secrétaire générale adjointe et Directrice exécutive concernant les progrès réalisés dans la mise en œuvre du plan stratégique 2011-2013 pour l’année 2013, p. 29.

[6] Organisation de coopération et de développement économiques, Comité d’aide au développement (OCDE-CAD), 2014, From commitment to action: Financing gender equality and women’s rights in the implementation of the Sustainable Development Goals, p. 2.

[7] Organisation de coopération et de développement économiques, Comité d’aide au développement (OCDE-CAD), 2014, ibidem, p. 3.

[8] Organisation de coopération et de développement économiques, Comité d’aide au développement (OCDE-CAD), 2014, ibidem, p. 2.

[9] Research and Communication on Foreign Aid, 2014, Position Paper: Aid and Gender Equality, p. 14.

[10] Association for Women’s Rights in Development (AWID), 2013, Watering the leaves, starving the roots, p. 16-17.

[11] Association for Women’s Rights in Development (AWID), 2013, ibidem, p. 123.

[12] Association for Women’s Rights in Development (AWID), 2013, New Actors, New Money, New Conversations, pp. 14 & 17.

[13] Foundation Center and the International Human Rights Funders Group, 2013, Advancing Human Rights: the state of Global Foundation Grant making, pp. 17 & 114.

[Dernière mise à jour de la page : avril 2015]