Mettre fin à la violence à l’égard des femmes

La violence à l’égard des femmes et des filles constitue une atteinte grave aux droits fondamentaux. Ses conséquences sur la santé physique, sexuelle et mentale des femmes et des filles sont multiples ; elles peuvent être immédiates ou de long terme, et incluent la mort. La violence a des effets négatifs sur le bien-être général des femmes et les empêche de participer pleinement à la vie sociale. Les conséquences néfastes de la violence n’affectent pas seulement les femmes, mais également leurs familles, leur communauté et leur pays. En outre, les coûts de la violence sont très élevés, se traduisant aussi bien par des dépenses supérieures en matière de soins de santé et de frais juridiques que par une perte de productivité. Ceci a un impact sur les budgets nationaux, et plus globalement, sur le développement.

Des dizaines d'années de mobilisation de la société civile et des mouvements des femmes ont placé l'élimination de la violence basée sur le genre en haut de la liste des priorités nationales et internationales. Un nombre de pays sans précédent dispose de lois contre la violence domestique, les agressions sexuelles et les autres formes de violence. Toutefois, il reste bien des défis à relever pour faire appliquer ces lois afin que les femmes et les filles puissent jouir de la sécurité et de la justice. Les initiatives de prévention sont insuffisantes, et les actes de violence restent bien souvent impunis.

Nos solutions

Le droit des femmes à vivre à l'abri de la violence est défendu par des accords internationaux tels que la Convention sur l'élimination de toutes les formes de discrimination à l'égard des femmes (CEDEF), tout particulièrement par le biais des Recommandations générales 12 et 19, et par la Déclaration des Nations Unies sur l’élimination de la violence contre les femmes de 1993. À l'échelle mondiale, ONU Femmes apporte son soutien aux processus intergouvernementaux, tels que ceux de l'Assemblée générale et la Commission de la condition de la femme, afin de faire progresser le cadre normatif international. Au niveau national, ONU Femmes aide les États à adopter et à appliquer des réformes juridiques alignées sur les normes internationales.

Nous travaillons en partenariat avec les gouvernements, les organismes des Nations Unies, les organisations de la société civile et d'autres institutions pour mettre fin à la violence, sensibiliser l’opinion sur les causes et les conséquences de la violence et renforcer les capacités de nos partenaires en matière de prévention et de réponses à la violence. Nous encourageons également une évolution des modèles comportementaux des hommes et des garçons, et plaidons pour l'égalité des sexes et pour les droits des femmes. ONU Femmes prône également un accès plus large, pour celles qui ont survécu à la violence, à des réponses multisectorielles de qualité dans les domaines de la sécurité, de l'hébergement, de la santé, de la justice et dans d'autres services essentiels. L'orientation politique qu’ONU Femmes propose contribue à l'accroissement des investissements en matière de prévention, le moyen le plus rentable à long terme de mettre fin à la violence.

Nous aidons les gouvernements à élaborer des plans d'action nationaux destinés à prévenir et à combattre la violence contre les femmes et à renforcer la coordination entre les différents acteurs afin de mener des actions significatives et durables. ONU Femmes plaide également en faveur de l'intégration de la violence dans les instruments internationaux, régionaux et nationaux, tels que le programme de développement pour l'après-2015.