ONU Femmes - Entité des Nations Unies pour l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes

Politiques macro-économiques et protection sociale

Les politiques macro-économiques et sociales sont des instruments capitaux pour orienter la réalisation de l'autonomisation des femmes et de l'égalité des sexes. Les politiques macro-économiques ne touchent pas nécessairement les hommes et les femmes de la même manière. Par exemple, des politiques indifférentes aux questions de genre peuvent perpétuer les limites posées à la capacité des femmes à obtenir un emploi décent. Étant donné les divergences importantes entre les femmes et les hommes en matière d'accès à l'emploi et aux autres actifs économiques, des politiques délibérément conçues pour gommer ces inégalités ont bien plus de chances d'améliorer la vie des femmes et de faire progresser l'égalité des sexes. Les politiques en matière de protection sociale jouent un rôle important dans l'amélioration de l'accès des femmes au marché du travail, dans la réponse aux risques économiques auxquels sont confrontées les familles qui travaillent, et dans l'assistance apportée aux foyers démunis afin de répondre à leurs besoins élémentaires.

Nos solutions

ONU Femmes collabore avec des partenaires gouvernementaux afin que soient conçues et mises en œuvre des politiques macro-économiques qui puissent produire des résultats pour les femmes, en abordant des questions telles que les liens entre le travail rémunéré des femmes et la croissance inclusive, les impacts de la crise économique ou le rôle du genre en agriculture et dans la politique commerciale. Nous leur fournissons des analyses et des données afin d'orienter leurs politiques pour les rendre plus sensibles au genre, et nous aidons les fonctionnaires et les défenseurs de l'égalité des sexes à acquérir des compétences utiles pour les concevoir et les mettre en œuvre. En rassemblant des décideurs, des féministes et des économistes progressistes, nous favorisons le partage de la connaissance et des idées nouvelles.

En Albanie, les allocations familiales allouées par l'État étaient autrefois généralement versées aux hommes, car ceux-ci étaient automatiquement considérés comme chefs de famille. ONU Femmes a aidé le Gouvernement albanais à revoir sa loi relative à l'aide économique et aux services sociaux afin de reconnaître les femmes vulnérables sur le plan économique. De nouveaux groupes peuvent bénéficier de ces subventions : les femmes victimes de la traite, les victimes de violence domestique et les femmes en instance de divorce.

ONU Femmes s'est jointe à l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture en Côte d'Ivoire pour y recommander que le tout dernier Plan d'investissement agricole national mette l'accent sur les priorités des femmes. Parmi les initiatives visant à mettre en œuvre ce plan, il y en a maintenant une dans la région de l'Indénié-Djuablin au sein de laquelle les femmes représentent la moitié des membres du comité de direction du programme et se sont vu spécialement attribuer des terres en vertu de celui-ci.

Au Rwanda, ONU Femmes a aidé des groupes de la société civile à analyser la prise en compte de la dimension de genre dans les dépenses consacrées à l'agriculture, un secteur dans lequel de nombreuses femmes gagnent leur vie. La prise en compte des données qu'ils ont collectées a encouragé une hausse de 26,3 pour cent du budget agricole du Rwanda entre 2009 et 2011. ONU Femmes continue à collaborer avec ces groupes pour suivre les dépenses liées au genre des nouveaux fonds.

En Bolivie, ONU Femmes a appuyé une alliance de 12 organisations de femmes cherchant à obtenir l'intégration de dispositions relatives aux droits des femmes dans les lois et règlements. Suite à leur plaidoyer, le budget national reconnaît maintenant de manière formelle le service de soins non rémunéré, ce qui ouvre la voie à l'élaboration de politiques spécifiques et à l'affectation de ressources destinées aux femmes qui luttent pour assumer des rôles multiples.

À l'échelle mondiale, nous soutenons l'initiative du Socle de protection sociale des Nations Unies, qui défend l'accès universel aux services de base et aux transferts sociaux de biens et de liquidités afin de garantir les revenus et la sécurité alimentaire. En 2011, la Banque mondiale a accepté de financer des filets de sécurité sociale plus solides à la Grenade par le biais d'un système de transferts de liquidités destinées aux foyers démunis, notamment ceux qui sont dirigés par des femmes. L'accord portant sur ce programme, financé par un prêt sans intérêts, s’inspire directement des recherches entreprises par ONU Femmes en partenariat avec l'UNICEF et la Banque mondiale.

Grâce à l'initiative EDGE (« Evidence and Data for Gender Equality », soit « Éléments factuels et autres données destinés à favoriser l'égalité entre les sexes »), ONU Femmes participe à un nouveau projet collaboratif visant à générer des indicateurs comparables sur le plan international et ventilés par genre concernant la santé, l'éducation, l'emploi, l'entrepreneuriat et les actifs. Ces données fourniront des informations essentielles à la mesure de l'inégalité entre les sexes et nous permettront d'agir d'autant plus efficacement et de manière plus ciblée pour l'autonomisation des femmes.

Dans le cadre de l'Initiative pour le genre et la gestion des politiques économiques, nous collaborons avec le PNUD pour organiser de brèves formations sur le genre et l'économie. Celles-ci sont destinées aux décideurs et nous apportons notre soutien à une maîtrise en économie sensible au genre.