Des lacunes persistantes dans les progrès en faveur des femmes et des filles mettent le développement en danger

La Commission de la condition de la femme doit faire le point sur les progrès accomplis par le biais des objectifs du Millénaire pour le développement.

Date : 06 March 2014

New York

L’échéance des objectifs du Millénaire pour le développement (OMD) convenus au niveau mondial se rapprochant, la Commission de la condition de la femme – rassemblement annuel des pays pour aborder les questions critiques liées à l’égalité des sexes et aux droits des femmes – fera le point sur les réalisations dans la vie des femmes et des filles à travers le monde depuis 2000 et sur les lacunes qui subsistent.

La 58e session de la Commission de la condition de la femme (CSW58), qui se tiendra du 10 au 21 mars autour du thème prioritaire « Les défis et les réalisations dans la mise en œuvre des OMD en faveur des femmes et des filles », s’ouvrira au moment crucial où les États membres des Nations Unies sont en train de définir le futur programme de développement mondial dans le débat en cours sur l’après-2015. Beaucoup d’espoirs sont placés sur cette Commission CSW58 : il est attendu qu’elle ouvre la voie à un plan de développement tourné vers l’avenir qui souligne l’importance cruciale de garantir les droits des femmes, leur autonomisation et l’égalité des sexes.

« Cette Commission est l’occasion d’attirer l’attention du monde entier sur le fait que la réalisation des droits des femmes et des filles est loin d’être atteinte et nécessite une attention et des mesures accrues pour que les OMD puissent y parvenir. Un engagement politique envers un objectif autonome mettant l’accent sur ​​les femmes et les filles dans le programme de développement d’après-2015 se manifeste de plus en plus fortement. Nous espérons le faire progresser davantage lors de cette session de la CSW », a déclaré Phumzile Mlambo-Ngcuka, Directrice exécutive d’ONU Femmes.

Le bilan des objectifs du Millénaire pour le développement (OMD) montre qu’ils ont abouti à des progrès inégaux pour les femmes et les filles à travers le monde. Ils ont joué un rôle important dans la mobilisation des ressources et de l’attention sur l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes. Des progrès importants ont été réalisés, par exemple dans l’accès des filles à l’enseignement primaire, mais l’avancement global des femmes et des filles a été mitigé et se situe en deçà des attentes. Cet avancement varie également considérablement d’un pays à l’autre, ainsi qu’entre les groupes les plus marginalisés. 

Les progrès inégaux ont un impact profond sur la vie des femmes : le manque d’accès à l’eau potable continue d’exacerber le fardeau de la collecte de l’eau pour de nombreuses femmes et filles ; les femmes sont largement sous-représentées dans les parlements nationaux ; et près de 800 femmes meurent encore chaque jour en accouchant, alors que l’objectif consistant à réduire le taux de mortalité maternelle reste encore à atteindre. En outre, les OMD n’ont accordé que peu d’attention à la situation d’ensemble qui affecte la vie des femmes, telle que les crises économiques et les politiques macro-économiques, les conflits persistants et les changements environnementaux. 

Il est attendu que la Commission de la condition de la femme réaffirme qu’une mise en œuvre efficace des OMD en faveur des femmes et les filles nécessite des efforts renouvelés pour faire avancer l’égalité des sexes. Ils doivent inclure une forte volonté politique assurant la prise de mesures concrètes en faveur d’institutions qui tiennent compte des questions de genre, de systèmes de gouvernance et de responsabilisation solides et du respect des obligations et des engagements en conformité avec la CEDEF et le Programme d’action de Beijing.

Plus de 6000 représentants et représentantes de 860 organisations de la société civile se sont inscrits à cette réunion de haut niveau. Parallèlement aux réunions officielles de la Commission, les agences des Nations Unies ont organisé plus de 135 manifestations au siège des Nations Unies à New York, et la communauté des ONG a préparé plus de 300 événements parallèles à proximité du siège de l’ONU.

Les journalistes souhaitant assister à la CSW58 doivent se munir d’une accréditation de l’ONU. De plus amples informations sont disponibles à : http://www.un.org/fr/media/accreditation/ 

Liens concernant la session :

Opportunités d’interviews pour les médias :
Des défenseurs et experts des droits des femmes seront disponibles pour répondre aux interviews des journalistes :
http://www.unwomen.org/fr/news/stories/2014/3/csw58-media-advisory