Conférence de presse commune avec la Haut-Commissaire présidentielle pour l’égalité des femmes

Date: 12 Sep 2012

Déclaration de presse commune de Michelle Bachelet aux côtés de la Haut-Commissaire présidentielle pour l'égalité des sexes. Mercredi 12 septembre 2012. Bogota, Colombie

Bon après-midi à tous.

Je souhaiterais commencer en vous remerciant chaleureusement d'assister à la conférence de presse de cet après-midi, et pour avoir continué à accorder une telle couverture de presse globale et impartiale à des événements qui, directement ou indirectement, ont trait aux droits fondamentaux des femmes.

Je voudrais également remercier le Président Santos pour son aimable invitation à venir en Colombie, et pour le vif intérêt qu'il a manifesté en participant au lancement des Directives pour la politique publique nationale en faveur de l'égalité des sexes pour les femmes, un document qui est d'importance cruciale pour tous les Colombiens, quel que soit leur sexe.

Ce déplacement en Colombie marque ma toute première visite dans ce pays en ma qualité de Directrice exécutive d'ONU Femmes, l'Entité des Nations Unies pour l'égalité des sexes et l'autonomisation des femmes, qui a vu le jour en janvier 2011.

Il ne fait aucun doute que cette visite intervient à un moment opportun, compte tenu du fait que la Colombie est en train de faire de grandes avancées vers la consolidation d'un climat de paix, rendant ainsi cette nation plus juste et équitable pour tous ses citoyens, femmes comme hommes. « L'Accord général pour mettre fin au conflit » passé entre la guérilla des FARC et le gouvernement colombien, signé par le Président Santos le 4 septembre, est une étape-clé sur la voie de la sécurité des citoyens.

Pour le système des Nations Unies en général, et pour ONU Femmes en particulier, cet important accord passé entre les signataires susmentionnés constitue sans nul doute un pas dans la bonne direction. Il garantit au peuple colombien la restauration de ses droits légitimes, ce qui lui permettra de vivre son existence quotidienne dans un climat de paix.

Pour assurer cette paix, le dialogue est nécessaire, mais il est également impératif que des solutions structurelles soient trouvées pour le pays. Les femmes doivent être impliquées dans les deux étapes de la conception et de l'application de ces solutions.

Il est essentiel que, en Colombie, davantage de femmes participent aux processus de paix et de sécurité, tandis qu'on continue de travailler à renforcer la participation et le leadership des femmes dans le domaine politique, à éradiquer la violence à l'égard des femmes, à améliorer leur autonomisation économique, et à promouvoir la planification et la budgétisation tenant compte des questions de genre.

Cet après-midi, j'ai eu l'occasion de tenir une conversation de haut niveau avec le Président Santos et un certain nombre de membres de son équipe gouvernementale au sujet des initiatives que la Colombie est en train de mener à bien dans ce domaine. Et permettez-moi de mentionner une fois encore à cet égard les Directives pour la Politique publique nationale en faveur de l'égalité des sexes pour les femmes.

Cette initiative intègre des actions et des politiques stratégiques afin de garantir les droits des femmes. Elle s'appuie sur les contributions cruciales d'un nombre considérable de femmes colombiennes, suite à un processus régional et sectoriel de consultation mené entre le gouvernement colombien et un groupe d'organisations de femmes, avec l'appui du Secrétariat technique d'ONU Femmes qui a apporté son expertise à cet égard.

Je souhaite également attirer ici l'attention sur les progrès qui ont été réalisés par la Colombie grce à la récente introduction d'une Loi sur les quotas, qui garantit une participation minimale de 30 pour cent de femmes dans les listes de candidats à des postes électifs aux niveaux national et régional du gouvernement. Mais ne cédons pas à l'autosatisfaction.

En dépit de cette exceptionnelle réalisation, j'ai mentionné au Président Santos le besoin impérieux de continuer à promouvoir la participation politique des femmes en vue de réaliser une éventuelle parité en termes de représentation.

Dans le même temps, nous considérons à ONU Femmes qu'il est de la plus grande importance - et c'est particulièrement le cas lorsque nous discutons des processus effectifs en vue d'assurer la paix - de poursuivre le travail en faveur de l'intégration d'une perspective de genre dans les processus de Vérité, justice et réparation qui sont en train d'être menés à bien dans le cadre de la Loi sur les victimes et la restitution des terres.

ONU Femmes se félicite de l'appui accordé le 7 septembre par le gouvernement colombien à la campagne Tous UNiS pour mettre fin à la violence à l'égard des femmes du Secrétaire général des Nations Unies Ban Ki-moon. Un tel soutien met en évidence les avancées cruciales qui ont été faites pour garantir le droit des femmes colombiennes à vivre une existence exempte de violence.

Nous savons que cette tche est capitale, et sommes convaincus que les efforts ainsi déployés auront des conséquences importantes au niveau du développement de la Colombie, compte tenu du fait que jusqu'à présent, ce n'est pas seulement les femmes qui ont dû payer le prix de la discrimination sexiste mais bien l'ensemble de la société civile colombienne, cette dernière n'ayant pas pu exploiter le talent et le potentiel de la moitié de la population.

Cette exclusion a sapé la vitalité et la qualité des démocraties, la force des économies, le bien-être des sociétés et la durabilité de la paix dans de nombreux pays à travers le monde. Et j'ai peur de devoir dire que la Colombie - dans une mesure plus ou moins large - n'a pas, à cet égard, échappé à un tel affaiblissement de ses institutions.

En conséquence de quoi, je veux aujourd'hui conclure mon propos en reconnaissant les initiatives historiques déployées par la Colombie pour garantir pleinement les droits fondamentaux de toutes les femmes. Et, à cet égard, nous souhaitons féliciter toutes les femmes qui, qu'elles travaillent au sein des organisations sociales, des entreprises privées, des médias, du gouvernement régional et central, sont les véritables protagonistes de ces avancées, compte tenu de leur engagement, de leur dévouement, de leur expertise et de leur talent.

Nous sommes bien entendu conscients que, comme c'est le cas dans tous les pays du monde, la réalisation de l'égalité des sexes continue de se heurter à toute une série de défis et d'obstacles. Mais nous sommes convaincus que la Colombie est en train de progresser à un rythme soutenu, et qu'elle est indubitablement en voie de réaliser l'égalité des sexes et l'autonomisation des femmes.

Merci mille fois de votre attention.