Les femmes montrent la voie : Remarques de Mme Bachelet lors du Forum économique mondial

Date : 27 January 2012

Le vendredi 27 janvier a marqué le coup d'envoi des activités organisées dans le cadre du Forum économique mondial de Davos, avec une série de réunions bilatérales tenues en compagnie de représentants gouvernementaux et de groupes d'affaires. La Directrice exécutive d'ONU Femmes, Michelle Bachelet, a participé au panel « Les femmes montrent la voie », la première réunion publique de Davos consacrée au leadership des femmes, et présidée par Nick Kristof, chroniqueur à The New York Times. Figuraient parmi les panélistes Sheryl Sandberg, Directrice générale de Facebook; Yingluck Shinawatra, Premier ministre de Thaïlande; et Desmond M. Tutu, Prix Nobel de la Paix, militant de la paix d'Afrique du Sud, et Président de The Elders, une organisation non gouvernementale consacrée à la paix et aux droits de l'homme. (Crédit photo : WEF). Plus d'informations sur le dernier voyage de Mme Bachelet en Europe »

Remarques de Michelle Bachelet, Directrice exécutive d'ONU Femmes

Nous savons que le fait d'investir dans l'éducation des filles, dans le primaire et le secondaire, mène à une chute importante des grossesses précoces, ce qui conduit à une réduction de la mortalité maternelle. Cela est important, car, dans les pays en développement, une part importante des décès maternels frappe les filles gées de 15 à 19 ans.

Je souhaite souligner également que des niveaux éducatifs supérieurs permettent de réduire la fréquence des mariages précoces, en particulier des mariages précoces forcés, ce qui est également essentiel pour réduire l'infection des filles et des femmes par le VIH.

Nous savons par ailleurs que les filles dotées d'une éducation primaire peuvent bénéficier d'augmentations de salaires de 10 à 20%, et que chaque année d'école secondaire menée à son terme conduit à un accroissement des salaires de 25%.

L'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture a d'autre part montré que le fait d'accorder aux agricultrices le même accès aux terres, au crédit et autres intrants qu'aux hommes permettrait d'augmenter les rendements agricoles nationaux jusqu'à 4% et de réduire le nombre de personnes souffrant de la faim de 100 à 150 millions dans le monde.

Investir dans les filles et les femmes n'est pas seulement la chose juste à faire, c'est également une démarche avisée.

Il nous faut travailler davantage encore avec la communauté des affaires et les différents pays en vue d'offrir plus d'opportunités aux femmes.

En juin, nous aurons l'occasion de promouvoir le développement durable. En perspective du Sommet Rio+20, ONU Femmes œuvre à réunir de nombreux Chefs d'Etat pour placer les femmes au cœur du développement durable.

Nous avons besoin d'hommes et de femmes qui travaillent de concert pour promouvoir l'autonomisation des femmes et l'égalité entre les sexes.

Les femmes et les hommes doivent diriger ensemble.

Une socialisation précoce est importante pour instaurer l'égalité. Au Chili, nous avons mis en œuvre deux mesures à cet égard. Premièrement, nous avons mis en place l'éducation préscolaire afin que les garçons et les filles puissent grandir avec les mêmes valeurs et les mêmes chances. Deuxièmement, ayant constaté que les manuels scolaires, les films et les émissions de télévision véhiculaient toujours les mêmes stéréotypes d'hommes docteurs ou professionnels accomplis et de femmes très sexy en jupe courte, nous avons lancé des réformes en vue de faire en sorte que l'image des femmes et les hommes soient équitablement représentée.

Je suis convaincue que si les femmes et les hommes bénéficiaient des mêmes opportunités et participaient sur un pied d'égalité à la prise de décisions, les problèmes de la faim et de la pauvreté s'en trouveraient réduits, et le monde serait plus pacifique, plus équitable et plus équilibré.