Les femmes égyptiennes votent et se rassemblent pour l’avenir de leur pays

Date : 24 May 2012

« Même si je ne pense pas vivre encore longtemps, je vote pour l'avenir de mes petits-enfants ». Les paroles de cette femme gée patientant devant un bureau de vote du Caire expriment l'espoir et la résolution de toute une nation prenant le chemin des urnes.

Plus de 50 millions d'électeurs, dont 23 millions de femmes, sont appelés à aller voter lors de l'élection présidentielle égyptienne de 2012, la première depuis la révolution traversée par le pays. Les récentes analyses effectuées par ONU Femmes ont montré que 90,3pourcent des femmes ayant répondu à l'enquête désirent participer à la prochaine élection présidentielle.

Présentes aux côtés des hommes sur la Place Tharir, de nombreuses femmes se rendant en masse dans les bureaux de vote sont plus conscientes que jamais du rôle crucial qui est le leur pour déterminer l'avenir du pays, ainsi que des questions qui sont en jeu. « Nous mettons beaucoup d'espoir dans le futur Président » indique une électrice. « La période présidentielle ne sera pas facile, mais nous ne serons plus des spectatrices passives. Nous allons faire entendre notre voix, affirmer nos désaccords et faire nos commentaires afin de garantir une meilleure qualité de vie ». Une femme, jeune maman, confie à ONU Femmes : « Je dois aller voter pour pouvoir voir une Egypte en meilleur état ».

Une jeune femme vérifiant son nom sur la liste électorale, dans un des bureaux de vote du Caire, en Egypte. Crédit photo : ONU Femmes / Fatma El Zahraa Yassin

Depuis le soulèvement de masse de janvier 2011 qui a renversé l'ex-Président égyptien Hosni Moubarak, de nombreuses femmes sont retournées dans l'ombre et ont été marginalisées. Cela est en particulier la conséquence de leur implication dans les affaires publiques et politiques du pays. On ne compte actuellement que onze femmes au sein du Parlement égyptien, après que le quota précédent qui réservait 64 sièges à des femmes ait été éliminé.

Dans la dernière ligne droite avant les élections, ONU Femmes a travaillé à soutenir les priorités des femmes égyptiennes pour l'avenir du pays. Beaucoup de celles-ci ont été identifiées par le biais d'ateliers de travail et de discussions avec les groupes de femmes, qui ont visé à donner aux femmes candidates potentielles les moyens de participer aux élections législatives et aux conseils locaux, et ont eu pour objectif de contribuer à donner le ton des activités de plaidoyer devant être menées à tous les niveaux pendant la période électorale.

ONU Femmes a récemment produit, en partenariat avec le Conseil national des femmes (National Council for Women - NCW) d'Egypte, un court documentaire qui a été diffusé sur plusieurs chaînes de télévision égyptiennes. Dans What Egyptian Women Want from the Next President (« Ce que les femmes attendent du prochain Président »), beaucoup de femmes se sont inquiétées de possibles reculs significatifs, malgré l'élan impulsé par le Printemps arabe. Figure au premier plan de leurs préoccupations l'avenir des lois relatives au statut personnel en Egypte, qui régissent la plupart des questions liées à la famille, et le regain d'appui en faveur de la tradition des mutilations génitales féminines.

Des recommandations ont été adoptées par les forums de femmes organisés l'an dernier. Figurent parmi celles-ci la nécessité pour le nouveau Président de l'Egypte de renforcer son engagement en faveur des droits des femmes, en honorant les accords internationaux tels que la Convention sur l'élimination de toutes les formes de discrimination à l'égard des femmes (CEDAW) ratifiée par l'Egypte. Figure également la nécessité d'assurer une représentation minimale de 30 pourcent de femmes à tous les niveaux, ce qui leur ouvrirait la voie aux postes de prise de décisions, tels que les postes politiques de Vice-Président et de Premier ministre.

Les recommandations adoptées promeuvent également l'égalité des sexes sur le plan des opportunités d'emplois et de l'éducation, l'inclusion sur un pied d'égalité des femmes au sein des organes législatifs et de l'Assemblée constituante, et la nécessité de mettre un accent plus important sur les priorités des femmes pauvres.

Dans le même temps, en analysant les enquêtes et les sondages d'opinion d'un point de vue du genre avec le Centre égyptien de recherches sur l'opinion publique, ONU Femmes porte à la connaissance des décideurs les chiffres clés sur les attitudes et les pratiques liées au genre.

Au moment où les électeurs s'apprêtent à exprimer leurs attentes dans les semaines à venir, les femmes du pays continueront de s'unir et de s'attacher à se ménager une place dans ce qu'elles espèrent être un régime démocratique et juste pour tous les Egyptiens.