Une approche positive pour faire face à la violence: interview de Baby Rivona, militante indonésienne pour la prévention du VIH

Date: 18 Jul 2012

Baby Rivona se mobilise en faveur des femmes vivant avec le VIH/sida en Indonésie depuis 2005. Ayant elle-même contracté la maladie en se droguant, elle a été choquée par la stigmatisation et le manque de soutien qu'elle a rencontrés, tant de la part de son gouvernement que de la société en général.

Incitée à se mobiliser en constatant la situation difficile des femmes séropositives vivant dans les zones de la Province d'Aceh touchées par le tsunami, elle a cofondé le Réseau des femmes séropositives indonésiennes. Ce réseau agit pour éliminer la discrimination sexiste et garantir les droits des femmes vivant avec le VIH/sida. En tant que jeune mère d'un enfant séronégatif, elle œuvre également à renforcer la compréhension en matière de transmission parents-enfants et à en diminuer les risques.

Baby Rivona a accordé un entretien à ONU Femmes avant de prendre part à la Conférence internationale sur le sida, qui sera organisée à Washington D.C. du 22 au 27 juillet. Dans son interview, elle souligne la corrélation entre le VIH/sida et la violence, notamment liée à la stérilisation forcée en Indonésie. Elle met en avant la nécessité d'une meilleure prise en charge de ces deux problématiques par les services de soutien dirigés par l'État, plutôt que de les traiter séparément.

Visionnez l'intégralité de l'interview, ci-dessous :