Capacitación de expertas y expertos para investigar casos de violencia sexual y de género como delitos internacionales

Date: 29 Jan 2013

 Training for experts

De gauche à droite: Geoff White, Haut commissaire du Canada par intérim et Chargé d’ Affaires en Afrique du Sud; H.E. Gaston Barban, Haut commissaire du Canada en South Africa; Nomcebo Manzini, Directeur régional et Représentant pays pour ONU Femmes Afrique du Sud et pour les Îles de l’océan Indien; Andras Vamos-Goldman, Directeur exécutif de Justice Rapid Response; Nahla Valji, Specialiste en Etat de droit et en justice transitionnelle à ONU Femmes; E. Lulu Xingwana Ministre pour les femmes, les enfants et les personnes handicapées, Afrique du Sud; John Ralston, Directeur executif de l’Institute for International Criminal Investigations(IICI); Yanine Poc, Représentant régional, Bureau régional pour l’Afrique australe, Bureau du Haut Commissariat aux droits de l’homme; H.E. Andries Nel, Deputy Ministre de la Justice et du Développement constitutionnel, Afrique du Sud. Photo: Niamh Hayes

En vue de développer le réservoir d’experts pouvant être rapidement déployés pour participer aux enquêtes sur les crimes sexistes en périodes de conflits, ONU Femmes, l’Initiative d’intervention rapide au service de la justice (JRR) et l’Institute for International Criminal Investigations (IICI), ont élaboré conjointement un cours de formation spécialisé à l’intention des juges et des autres experts.

Actuellement organisé à Pretoria, en Afrique du Sud, du 27 janvier au 1er février 2013, le cours « Enquêter sur les affaires de violences sexuelles et sexistes en tant que crimes internationaux » a été officiellement ouvert par S.E. Lulu Xingwana, ministre des Femmes, des Enfants et des Personnes Handicapées d’Afrique du Sud. La session d’une semaine est la deuxième d’une série de cours, dont la première a été organisée à La Hague, aux Pays-Bas, en septembre 2012.

Les experts formés dans le cadre de ces cours viennent de toutes les régions du monde. Ceux qui vont au bout de la formation feront partie d’une liste commune JRR-ONU Femmes spéciale, se rendant disponibles pour un déploiement rapide à la demande des gouvernements, ainsi que des Nations Unies, de la Cour pénale internationale et d’autres institutions internationales ayant l’autorité requise pour mener à bien de telles enquêtes.

Lien connexe

We’re training experts to investigate cases of #sexual & #gender-based #violence as international crimes!owl.li/hjvBK

— UN Women (@UN_Women) February 1, 2013