Communiqué de presse : « Nous devons inciter les gens à franchir le pas », déclare le Premier ministre canadien lors d’une rencontre d’ONU Femmes

Au cours d’une manifestation de haut niveau organisée par ONU Femmes, le Premier ministre canadien Justin Trudeau et la Directrice exécutive d’ONU Femmes, Phumzile Mlambo-Ngcuka, ont invité les leaders du monde à contribuer davantage à l’égalité des sexes.

Date : jeudi 17 mars 2016


Canadian Prime Minister Justin Trudeau and UN Women Executive Director Phumzile Mlambo-Ngcuka take part in a discussion on gender equality, moderated by Sade Baderinwa, Emmy Award-winning journalist of WABC Channel 7. Photo: UN Women/Ryan Brown
Photo: ONU Femmes/Ryan Brown

Contacts médias :

Oisika Chakrabarti, Tél. : +1 646 781-4522 ; E-mail : oisika.chakrabarti[at]unwomen.org
Sharon Grobeisen, Tél. : +1 646 781-4753 ; E-mail : sharon.grobeisen[at]unwomen.org
Zina Alam, Tél. : +1 646 781-4783 ; E.mail : zina.alam[at]unwomen.org

(Le 16 mars 2016, New York) Au cours d’un entretien public tenu aujourd’hui au siège des Nations Unies, le Premier ministre canadien Justin Trudeau et la Directrice exécutive d’ONU Femmes Phumzile Mlambo-Ngcuka, ont invité les leaders mondiaux à en faire davantage pour assurer l’égalité des sexes et promouvoir l’autonomisation des femmes.

« En ce qui me concerne, cela va de soi. Nous devrions prendre position pour les droits des femmes et créer des sociétés plus équitables... Non ? L’attention positive que nous recevons en ce moment est, selon moi, un motif d’encouragement à en faire plus et à participer à un mouvement mondial en vue de nous attaquer à cette question dans chaque pays du monde au même moment », a déclaré M. Trudeau. « Il faut y voir non un mouvement de femmes, mais un mouvement mondial... nous devons inciter les gens à franchir le pas ».

Féministe déclaré, M. Trudeau a été très largement salué l’année dernière pour sa réponse toute simple à la question de savoir pourquoi il avait nommé un conseil des ministres composé pour la moitié de femmes. « Parce que nous sommes en 2015, » avait-il répondu. Lors de la rencontre de haut niveau de mercredi, le Premier ministre Trudeau a expliqué que pour être en mesure de nommer ce conseil des ministres, ses collaborateurs s’étaient mis à la recherche de femmes prêtes à se présenter comme candidates. Il a également fait état de la poursuite d’efforts continus visant à garder des femmes à des postes de leadership et à favoriser un meilleur équilibre entre vie professionnelle et vie privée sur le lieu de travail.

« À un dirigeant mondial qui me dit : « J’en serais ravi, mais je ne le peux pas avec la configuration actuelle »… Je réponds « Eh bien, qu’allez-vous faire pour changer cette configuration et convier ces femmes extraordinaires qui ne parviennent pas à devenir les leaders que nous souhaitons les voir devenir » ? » a déclaré le Premier ministre Trudeau. « Telle est la voie que le monde doit adopter, et telle est la voie que nous allons lui faire adopter - ensemble ».

Au cours d’un entretien franc et intime, il a déclaré que le Canada avait encore un certain chemin à parcourir pour réduire les inégalités salariales et affronter la violence à l’égard des femmes, particulièrement les femmes autochtones. De son côté, la Directrice exécutive d’ONU Femmes a souligné l’importance d’instituer des lois nationales pour mettre fin à la discrimination, pour réaliser les nouveaux Objectifs de développement durable d’ici à 2030 et pour établir une conduite politique ferme « afin de changer radicalement le paysage actuel ».

Canadian Prime Minister Justin Trudeau participates in an "Armchair Conversation on Gender Equality" on 16 March 2016. Photo: UN Women/Ryan Brown
Photo: ONU Femmes/Ryan Brown

« Chez ONU Femmes, nous insistons sur le fait que la lutte pour l’égalité des sexes n’intéresse pas seulement les femmes. Elle intéresse tout le monde, et particulièrement ceux qui occupent des postes de pouvoir et d’autorité. Elles et ils ont à mener ce combat de front », a déclaré Mme Mlambo-Ngcuka. « Le Premier ministre est habilité à nommer un cabinet composé pour 50 pour cent de femmes et 50 pour cent d’hommes. Nos leaders doivent user des pouvoirs dont ils disposent ».

Soulignant l’importance d’une participation plus nombreuse d’hommes à la cause de l’égalité des sexes, le Premier ministre Trudeau a déclaré : « Comment expliquer que chaque fois que je me déclare féministe, Twitter explose et les flux de médias montent en puissance ? De tels propos ne devraient pas susciter de réactions ». 

Mme Mlambo-Ngcuka a remercié le Premier ministre canadien pour son leadership en matière d’égalité des sexes et l’a solennellement déclaré champion le plus récent de la campagne HeForShe, une initiative d’ONU Femmes distinctive visant à impliquer davantage d’hommes dans cette cause. « Notre lutte est de grande envergure. Elle doit être diversifiée. La mobilisation et la collaboration avec des hommes et des garçons ont été une stratégie critique pour ONU Femmes, a-t-elle déclaré.

Animée par Sade Baderinwa, journaliste titulaire d’un prix Emmy travaillant pour la Chaîne 7 du diffuseur WABC, cette discussion formait le premier volet d’une rencontre de haut niveau en deux parties sur l’égalité des sexes et sur un appel mondial à l’action en faveur de l’égalité salariale sous l’’égide d’ONU Femmes dans le cadre de la 60e session de la Commission de la condition de la femme CSW60). 

La seconde partie a été marquée par la projection de messages vidéo de la part de Sigmundur Davíð Gunnlaugsson, Premier ministre d’Islande, et de M. Stefán Löfven, Premier ministre de Suède, et par une table ronde animée réunissant Renana Jhabvala, de l’Association des travailleuses indépendantes (SEWA), Jill Shenker, organisatrice internationale de la National Domestic Workers Alliance, et Abby Wambach, médaille d’or olympique, gagnante de la Coupe du monde de football féminin et icône de ce sport aux États-Unis.

Se faisant l’écho des déclarations du Premier ministre Trudeau et de Mme Mlambo-Ngcuka à propos de la nécessité d’un effort collectif, Abby Wambach a déclaré : « Il nous faut simplement joindre nos forces pour mener ce combat, parler d’une seule voix géante, et faire adopter davantage de politiques afin qu’aucune de ces injustices ne continue à se produire ».

Canadian Prime Minister Justin Trudeau greets U.S. football icon Abby Wambach at UN Women's High-Level Event on Gender Equality and Global Call to Action on Equal Pay. Photo: UN Women/Ryan Brown
Photo: ONU Femmes/Ryan Brown

 

[Visionner le webcast archivé]