Dans les propos de Irlanda Pop : « Les gens ont voté pour moi car ils aspiraient à un changement »

Date : mercredi 1 août 2018

Irlanda Pop. Photo: UN Women/Ryan Brown

Irlanda Pop est maire de Lanquin, une municipalité du département d’Alta Verapaz au Guatemala. Elle est l’une des dix femmes occupant actuellement des fonctions de maire dans le pays, et la seule autochtone. Élue en 2015 pour un mandat de quatre ans, Irlanda Pop a eu à surmonter de graves attaques politiques et ne cesse de lutter contre la discrimination dont elle est l’objet en raison de son identité autochtone, et parce qu’elle est une femme. ONU Femmes a permis à Irlanda Pop de participer au IVe Sommet ibéro-américain des agendas locaux sur le genre qui s’est tenu à Cuenca, Équateur, au mois de mai 2018. Elle y a animé un échange entre des dirigeantes de diverses communautés indigènes de la région portant sur la participation politique des femmes d’ascendance autochtone, et sur la manière de faire face à la violence qui existe à l’égard des femmes en politique. ONU Femmes soutient l’implication et la participation de premier plan des femmes en politique et dans la consolidation de la paix au Guatemala, à travers plusieurs initiatives, notamment son programme vedette sur l’autonomisation et le leadership des femmes en politique.

Quote

Je suis une autochtone, née dans cette ville. Quand j’ai eu 18 ans, je suis allée au bureau municipal pour obtenir ma carte d’identité. J’ai dû attendre toute la journée, les ladinos [1] ne faisaient pas cas de gens comme nous. Et c’est pourquoi, après cette journée, ma décision était prise : je voulais entrer en politique et représenter mon peuple.

En mars 2015, je me suis présentée au poste de maire de Lanquin. Les gens ont d’abord été surpris. C’était la première fois dans ma ville qu’une femme se présentait, et de surcroît une femme autochtone. Tout le monde a dit que je n’avais aucune chance de gagner. J’étais une femme, et en plus sans mari et sans enfants.

J’ai été la cible de nombreuses attaques. Ils disaient (les gens qui étaient contre moi) que je ne pouvais pas diriger les affaires municipales parce que j’étais une femme. Comment pouvais-je administrer et donner des ordres aux autres ? Ils m’ont traitée de lesbienne et ont dit que je n’aimais pas les hommes. Ils ont demandé aux gens de ne pas voter pour moi et ont utilisé les médias sociaux pour me discréditer.

Et pourtant, j’ai quand même gagné l’élection — par 15 000 voix d’avance — contre un candidat homme qui avait été maire pendant 16 ans !

Quand j’ai pris mes fonctions en janvier 2016, il y avait un différend concernant la zone de Semuc Champey (une destination touristique populaire où se trouve un monument naturel) que j’ai essayé de résoudre. Le 8 février (2016), des hommes armés de bâtons et de machettes ont débarqué dans mon bureau. L’un de mes collègues m’a poussée par la fenêtre pour que je puisse m’échapper. J’ai été blessée et emmenée à l’hôpital. Lorsque je suis revenue à Lanquin en mars, ils ont essayé de me tirer dessus.»

Notes

[1] Au Guatemala, « Ladinos » se réfère à la population hispanophone d’origine hispanique, mélangée à des éléments autochtones, qui s’habillent dans un style communément considéré comme “occidental”.