Examen de haut niveau sur les femmes, la paix et la sécurité : 15e anniversaire de la résolution 1325 du Conseil de sécurité

The Bangui National Forum took place in the capital of the Central African Republic (CAR) from 4 to 11 May, and concluded with the adoption of the Republican Pact for Peace, National Reconciliation and Reconstruction. The Secretary-General said in a statement that the Pact’s recommendations reflect the aspirations of the people of CAR to put conflict behind them once and for all and to build a more peaceful and democratic country.
Photo: UN Photo/Catianne Tijerina

Vidéos | Médias et discours | Webdiffusions | Photo-montage | Reportages | Rejoignez la conversation | Evénements | Rapport du Secrétaire général

Il y a 15 ans, en octobre 2000, le Conseil de sécurité des Nations Unies a adopté la résolution historique 1325 (2000), mobilisant l’attention sur l’impact différentiel des conflits armés sur les femmes, sur leur exclusion des processus de prévention et de résolution des conflits et de maintien et de consolidation de la paix, ainsi que sur les liens inextricables entre l’égalité des sexes et la paix et la sécurité à l’échelle internationale.

Depuis l’adoption de la résolution 1325, l’insécurité et les conflits ont persévéré dans toutes les régions du monde et, ces dernières années, le phénomène s’est transformé et pose des difficultés croissantes. Les cycles de fragilité et d’insécurité perdurent dans certaines régions, exacerbés dans certains cas par les catastrophes naturelles et les crises humanitaires.

Le nombre de réfugiées, réfugiés et de personnes déplacées dans leur propre pays est plus élevé que jamais auparavant dans toute l’histoire des Nations Unies : fin 2014, le nombre de victimes de déplacements forcés est passé à 59,5 millions — l’un des chiffres les plus élevés jamais enregistrés [1]. Beaucoup de ces personnes seront déplacées pendant 17 ans — la durée moyenne actuelle des déplacements.

À cela s’ajoute l’émergence de nouvelles menaces, parmi lesquelles la plus grave est l’intensification des actes d’extrémisme et de terrorisme violents. Avec pour toile de fond les contextes de conflits et d’États fragiles, les droits des femmes et des filles s’en trouvent directement affectés, depuis les mariages forcés et les crimes sexuels et sexistes systématiques jusqu’aux restrictions en matière d’éducation, d’accès aux soins de santé et de participation à la vie publique. Cette intensification de la violence représente peut-être l’une des plus grandes menaces de notre époque pour la paix et la sécurité dans le monde. Elle touche les femmes et les filles de manière à la fois unique et disproportionnée.

Aujourd’hui, plus que jamais, il est urgent que la communauté mondiale recherche des solutions efficaces aux crises actuelles et qu’elle les mette en œuvre. Ces 15 dernières années ont toutefois clairement démontré que les femmes constituent une ressource essentielle pour la promotion de la paix et de la stabilité.

Les résultats des recherches mis en évidence dans la prochaine étude mondiale indiquent que la participation et l’inclusion des femmes améliorent l’efficacité de l’assistance humanitaire, renforcent les initiatives visant à protéger nos forces de maintien de la paix, contribuent à la conclusion et à la mise en œuvre de négociations de paix et d’une paix durable et accélèrent la reprise économique.

L’expérience des missions de maintien de la paix des Nations Unies démontre qu’il est essentiel de disposer de femmes militaires pour gagner la confiance des communautés et coordonner les opérations de maintien de la paix afin de mieux répondre aux besoins des communautés en matière de protection. L’étude compile également des éléments factuels qui illustrent comment les négociations de paix influencées par les femmes ont beaucoup plus de chances de déboucher sur un accord et de perdurer. En effet, les chances que l’accord dure 15 ans augmentent jusqu'à 35 pour cent [2]. De plus en plus d’éléments démontrent également que les femmes sont les mieux placées pour reconnaître les signes avant-coureurs d’une radicalisation dans leurs familles et communautés et pour prendre des mesures visant à l’éviter.

Pourtant, la participation et le leadership des femmes continuent d’être perçus comme une mesure optionnelle ou ad hoc et d’être entravés par le manque d’engagements financiers et de volonté politique et les obstacles institutionnels.  

Afin d’évaluer les progrès réalisés et d’accélérer les mesures, l’examen de haut niveau 2015 se déroulera lors du Débat public du Conseil de sécurité sur les femmes, la paix et la sécurité le 13 octobre 2015. L’étude mondiale sur la mise en œuvre de la résolution 1325 sera lancée les 12 et 14 octobre 2015. 

La commémoration de l’anniversaire de la résolution 1325 du Conseil de sécurité des Nations Unies offre à la communauté internationale une occasion historique de mettre l’accent sur la question des femmes, de la paix et de la sécurité, de s’assurer que la rhétorique autour de la résolution 1325 correspond à la réalité sur le terrain et que la participation des femmes est systématiquement promue et mise en œuvre, constituant un outil à part entière de développement de sociétés pacifiques et inclusives.

Les femmes entre la guerre et la paix : 15 ans de photographies

Veuillez voir le montage fotographique sur Medium »


Vidéos



Médias et discours

Événements et webdiffusions

Regardez le lancement de l’étude mondiale sur la résolution 1325 qui sera diffusé en direct ici le 14 octobre 2015 à 12 h 00.

Regardez la webdiffusion du débat public en direct ici le 13 octobre 2015 à 10 h 00.

Regardez la conférence de presse sur l’étude mondiale sur la résolution 1325 qui sera diffusée en direct ici le 12 octobre 2015 à 11 h 00.

Reportages

A Syrian mother prepares her child for school before going to work at the ‘Women and Girls Oasis’ programme. (UN Women/Christopher Herwig)

Programme de travail permet l’automisation des réfugiées syriennes
Plus de 5 000 femmes et filles syriennes visitent des espaces sûrs 'Oasis’ dans le camp de Za'atari chaque mois, et plusieurs ont gagné indépendamment des revenus par le biais d’un programme de travail d'ONU Femmes en Jordanie.(Seulement disponible en anglais)


Les maliennes exigent la parité au sein des organes de mise en œuvre de l’Accord de Paix
Avant et après avoir atteint un accord de paix en Juin de cette année, les femmes activistes ont fait pression sur les décideurs pour qu'elles puissent jouer un rôle égal dans sa mise en œuvre.


Photo: UNICEF/Shehzad Noorani

Garantir que les femmes jouent un rôle actif dans les interventions d’urgence et dans la réduction des catastrophes
Un gros plan sur le travail d’ONU Femmes pour s’assurer que les besoins des femmes soient pris en compte et qu’elles aient leur mot à dire dans le cadre des actions humanitaires et de la planification de la prévention des catastrophes dans le monde entier.


Around Nigeria’s general elections, the Women’s Situation Room received more than 7,000 calls from the public and election monitors combined, reporting incidents ranging from voting complaints to gender-based violence

Les « salles de gestion de crise » pour les femmes promeuvent des élections pacifiques en Afrique
Alors que les pays de l'ensemble du continent africain se préparent aux élections qui se dérouleront au cours des prochains mois, les femmes ont un rôle proactif pour garantir des élections pacifiques et une participation significative, par le biais des « salles de gestion de crise » pour les femmes.


Les femmes prennent les rênes pour bâtir la paix en Colombie
Avec le soutien d'ONU Femmes et d’autres partenaires, les voix de femmes expertes, victimes d’actes de violence et négociatrices ont été incluses dans un processus de paix avec une perspective de genre sans précédent. Les négociations visent à mettre fin à l’un des plus longs conflits armés internes au monde.


Prior to the opening of the open debate, Suaad Allami greets María Cristina Perceval, Permanent Representative of Argentina to the UN and President of the Security Council for October. Photo: UN Women/Ryan Brown

Selon les termes de Suaad Allami : le sort des réfugiées irakiennes
Avocate et militante irakienne primée en faveur des droits des femmes et originaire de Madinat al-Sadr à Bagdad, Suaad Allami a été invitée à prendre la parole lors du Débat public du Conseil de sécurité sur les femmes, la paix et la sécurité de cette année. Elle nous donne un aperçu de la manière dont des milliers de femmes et filles irakiennes surmontent les difficultés du déplacement.


Balkans panel discussion

Les femmes des Balkans font avancer la paix et la politique
Avec le soutien d’ONU Femmes, les femmes leaders dans les Balkans mettent le genre au centre de la politique et poursuivent l’autonomisation des femmes dans le but de ramener la paix et la stabilité dans la région.


Les femmes Casques bleus prennent les commandes pour mettre fin à la violence basée sur le genre
En Inde, un projet pilote vise à former les officières militaires participant à des missions de maintien de la paix pour les aider à lutter contre la violence sexuelle et basée sur le genre.


Iruza Kakava outside her home in western Georgia

Accroissement des possibilités pour les femmes géorgiennes déplacées dans leur pays
Après une vie au cours de laquelle elle a beaucoup perdu, une femme géorgienne proactive dirige aujourd’hui une garderie, un centre informatique, un moulin et des programmes de formation professionnelle pour les jeunes, de chez elle, tout en siégeant également au gouvernement local.


Se prononcer sur la violence basée sur le genre au cours des conflits : un entretien avec Patrick Cammaert
Éminent expert international, le général de division Patrick Cammaert explique à ONU Femmes pourquoi il est si essentiel d’attribuer à davantage de femmes des rôles dans le maintien de la paix et pourquoi toutes les forces de maintien de la paix des Nations Unies doivent être formées pour identifier et agir face aux actes de violence sexuelle et basée sur le genre dans les conflits.


Rejoignez la conversation

Rejoignez la conversation en ligne sur les femmes, la paix et la sécurité ! Suivez @UN_Women sur Twitter et utilisez #1325at15 sur Twitter pour faire part de vos réflexions.

Les 12 et 13 octobre 2015, rejoignez ONU Femmes, le Global Network of Women Peacebuilders (GNWP) et les partenaires pour un marathon sur Tweeter ! Utilisez #1325means pour rejoindre la conversation.

Vous pouvez télécharger un dossier des médias sociaux contenant des images et des messages en anglais, en espagnol et en français ici.

Publication
Passer de la parole à des actes impliquant les femmes pour assurer une paix durable

Phumzile Mlambo-Ngcuka. (Photo: Marco Grob.)

Dans une lettre ouverte pour marquer l'anniversaire de la résolution 1325 du Conseil de sécurité, la Directrice exécutive d'ONU Femmes, Phumzile Mlambo-Ngcuka dit qu'il nous incombe d’œuvrer en faveur de changements tangibles de la situation de femmes affectées par des conflits, et de résoudre le problème de la sous-utilisation flagrante de femmes dans les efforts visant à prévenir de tels conflits. Et aussi

Examen de haut niveau

Pour en savoir plus sur l’examen de haut niveau 2015 et sur l’étude mondiale concernant la résolution 1325 du Conseil de sécurité sur les femmes, la paix et la sécurité, cliquez sur le lien.

Atténuer les guerres et les conflits, autonomiser les femmes
Fatou Bensouda

Mme Fatou Bensouda, originaire de la Gambie, a été élue par consensus procureure de la Cour pénale internationale (CPI) en décembre 2011. Ancien chef du Bureau des avis juridiques du Tribunal pénal international des Nations Unies pour le Rwanda et ancienne procureure-adjointe de la CPI, elle a joué un rôle prépondérant dans d’importantes affaires de droit pénal au niveau international au cours des trois dernières décennies. Lisez son article