Mme Bachelet parle des défis à venir et donne des recommandations pour avancer sur la voie de la démocratie en Egypte

Date : 25 March 2011

La Directrice exécutive d'ONU Femmes, Mme Bachelet, lors d'une table ronde avec les militants et la société civile au Caire, discute du rôle des femmes pour ce qui est de tracer le chemin vers une transition démocratique. (Photo: ONU Femmes)

La Directrice exécutive d'ONU Femmes, Mme Bachelet, lors d'une table ronde avec les militants et la société civile au Caire, discute du rôle des femmes pour ce qui est de tracer le chemin vers une transition démocratique. (Photo: ONU Femmes)

Le Caire—Au cours de la visite en Egypte d'une délégation de haut niveau des Nations Unies conduite par le Secrétaire général Ban Ki-moon du 19 au 21 mars, la Directrice exécutive d'ONU Femmes, Michelle Bachelet, a discuté avec les militantes, jeunes dirigeants et représentants de la société civile des défis qui attendent le pays, à la lumière de son récent soulèvement politique, ainsi que du rôle pratique et stratégique que les femmes doivent jouer pour tracer la voie vers la démocratie et l'égalité des sexes en Egypte.

« Je crois véritablement en les capacités des femmes égyptiennes à changer leur société » a indiqué Mme Bachelet au cours d'une table ronde sur le thème Les femmes dans la transition démocratique : le chemin vers la démocratie. Ce même jour, elle a rencontré des jeunes activistes lors d'une autre table ronde, afin de discuter de la manière dont ONU Femmes peut aider les jeunes au cours de cette transition.

Dans son intervention devant des dirigeantes et des représentants de la société civile, Mme Bachelet a souligné que l'instauration d'un système démocratique exigeait à la fois des changements institutionnels et socioéconomiques. Elle a ajouté que, pour assurer la justice sociale, les femmes devaient être représentées aux niveaux politiques, et que pour autonomiser les femmes, une réflexion stratégique et pratique devait prendre le pas sur la théorie pour faire face aux problèmes qui se posent sur le terrain, tels que la pauvreté et le chômage.

« Nous continuerons à appuyer les organisations de femmes, mais ces dernières doivent travailler à identifier des porte-drapeaux des droits de la femme parmi les hommes » a affirmé Mme Bachelet.

« Je suis très optimiste sur l'arrivée des changements » a déclaré Abdo Abou El Ella, de la Fondation El Shehab, au cours de la table ronde avec les jeunes. Comme beaucoup d'autres au cours de cette manifestation, cette dernière a également évoqué le besoin d'un mouvement social fort et d'une approche participative.

D'autres militants ont abordé certains des défis à venir, tels que la nécessité de surmonter les perceptions patriarcales enracinées de longue date chez les femmes, et ont cité leurs propres expériences personnelles au niveau de l'inégalité entre les sexes.

« Nous voulons aller au-delà des questions des femmes, car ces dernières sont des questions de société » a estimé Anissa Hassouna, Directrice exécutive de la Fondation Magdi Yacoub.

Dans ses remarques de clôture, Mme Bachelet a adressé des conseils et des encouragements, en évoquant ses propres expériences politiques.

« La seule manière de ne pas perdre le pouvoir et de ne pas céder à la déception est de demeurer soudés et de fixer des objectifs » a estimé Mme Bachelet. « Gagnez des petites batailles : elles montreront que vous êtes sur le bon chemin pour gagner la guerre ».