Préserver l’équilibre entre les affaires et la nature au Mexique

Date: 20 Apr 2012

Porte d'entrée de l'hôtel Taselotzin à Cuetzalan, au Mexique, qui montre que l'on peut concilier les affaires et la nature (Crédit photo : ONU Femmes /Lourdes Grobet)

L'hôtel Taselotzin est un établissement bien coté dans les guides et les sites Internet touristiques sur le Mexique. Pour en arriver là, le chemin n'a toutefois pas été aisé.

« L'idée d'ouvrir un hôtel est venue des membres de notre organisation Maseualsiuamej Mosenyolchicauani (femmes autochtones agissant ensemble). Nous avons commencé à prendre des cours de comptabilité et d'anthropologie, et à participer à des ateliers de travail sur la manière de servir les clients. Nous comptons désormais 14 membres, et l'hôtel fête ses 11 ans » raconte Juana Maria Nicolasa Chepe, Directrice de l'établissement.

Dans la chaude et pluvieuse Sierra Norte de Puebla, à l'Est de la ville de Mexico, voilà des années que les femmes autochtones ont pris la tête du changement au sein de leurs communautés. Leur culture, leur héritage et leur sagesse ancestrale forment la base de leurs activités quotidiennes, et les membres de l'organisation Maseualsiuamej Mosenyolchicauani ont utilisé ces traditions pour btir des projets novateurs qui sont générateurs de revenus, tout en s'appuyant sur les principes de la durabilité.

Au Mexique, près de 7 millions de personnes parlent une langue autochtone. Selon le recensement de 2005, les taux de participation à l'économie mexicaine de la population parlant une langue autochtone sont de 70,4 pourcent pour les hommes et de seulement 21,7 pourcent pour les femmes.

ONU Femmes aide les femmes autochtones à promouvoir leurs droits, en renforçant les capacités institutionnelles de la Commission nationale pour le développement des peuples autochtones, grce à un accord de partenariat signé en 2008 avec le gouvernement mexicain. L'accord met l'accent sur l'élaboration de politiques publiques favorisant l'autonomisation aux niveaux économique et politique. Il vise en outre à démontrer la contribution des femmes autochtones à leurs communautés et à la société au sens large, dans l'esprit du Buen Vivir ( bon vivre ), une approche holistique qui englobe leurs relations à la terre, au territoire et à l'environnement.

Deux membres de l'organisation de femmes autochtones Maseualsiuamej Mosenyolchicauanij, qui gère l'hôtel Taselotzin (crédit photo : ONU Femmes /Lourdes Grobet)

L'hôtel Taselotzin, qui est géré complètement par les membres de Maseualsiuamej Mosenyolchicauani, recycle les déchets organiques, dispose d'un système de collecte des eaux de pluie, utilise ses matières organiques pour fertiliser le jardin, a ménagé des espaces verts pour assurer de l'air pur et prépare des repas avec des légumes cultivés localement.

La conception architecturale de l'hôtel est discrète, maintenant un équilibre avec la nature. L'hôtel Taselotzin promeut également l'autonomisation de la communauté, en générant des emplois pour les familles locales et en assurant le partage des profits entre les membres de l'organisation.

Proposée comme service supplémentaire aux visiteurs, la médecine naturelle est une autre des forces de l'hôtel. Sierra Norte de Puebla est un centre de production de plantes médicinales, plusieurs communautés de femmes autochtones cultivant et distribuant les herbes pour gagner leur vie.

Actuellement, la plupart des femmes autochtones et des organisations de cette région utilisent la médecine traditionnelle pour la vie de tous les jours. La pratique est profondément enracinée dans leur culture, et elles luttent pour sa survie. « Nous considérons que nous menons une lutte difficile, mais que si nous maintenons notre base culturelle bien établie, tout le monde en récoltera les bénéfices. La culture doit être notre force » souligne Cecilia Avila Francisco, de l'organisation Maseualsiuat Xochiltajkitni.

Utilisant leurs connaissances et culture traditionnelles, les femmes autochtones de Sierra Norte de Puebla ouvrent la voie à un développement économique durable au sein de leurs communautés.