Sahel: La pleine participation des femmes est essentielle a la résolution des conflits et au redressement économique

Date : 09 April 2013

Bruxelles

Communiqué de presse

Bruxelles, 9 avril 2013 – Plus de 40 femmes du Sahel se sont réunies aujourd’hui pour souligner l’importance de la contribution des femmes en faveur du redressement économique, de la stabilité politique et de la prévention des conflits. Elles ont aussi examiné les moyens de renforcer le rôle des femmes dans ces domaines.

Organisée par l’Union européenne, le Bureau de l’Envoyé spécial pour le Sahel et ONU Femmes, la Conférence sur le leadership des femmes au Sahel a rassemblé, aujourd’hui à Bruxelles, des participantes de l’Algérie, du Burkina Faso, du Tchad, du Mali, de la Mauritanie, du Niger, du Sénégal, ainsi que des représentants de l’Union africaine et de la Communauté Economique des Etats d’Afrique de l’Ouest (CEDEAO).

La Conférence est une première étape afin de faire entendre les voix des femmes et d’intégrer leurs perspectives dans la recherche de solutions aux problèmes que connait le Sahel.

« Les femmes du Sahel ont un rôle déterminant à jouer pour mettre le Sahel sur la voie de la stabilité, » a affirmé l’Envoyé spécial du Secrétaire général pour le Sahel, Romano Prodi. « Je veux puiser dans le potentiel qu’elles ont à offrir pour accélérer les progrès au Sahel. Les discussions qui se sont tenues aujourd’hui et les recommandations des participantes nous aideront dans notre recherche de solutions durables pour le Sahel. »

Catherine Ashton, Haute Représentante de l’Union européenne pour les affaires étrangères et la politique de sécurité et vice-présidente de la Commission européenne a déclaré: « Partout à travers le monde lorsque les femmes prospèrent, les sociétés prospèrent aussi; lorsque les femmes souffrent, les sociétés souffrent également. Cela est également vrai pour le Sahel et c’est pour cette raison que nous avons aujourd’hui rencontré des femmes dirigeantes de la région – une région où les efforts africains et internationaux sont essentiels pour trouver une solution aux crises. Les discussions d’aujourd’hui ont aidé à mettre en forme une vision commune afin de renforcer le rôle des femmes dans la stabilité politique et la prospérité économique du Sahel. C’est un pas important pour la Conférence de haut niveau des donateurs sur le développement du Mali qui sera organisée par l’Union européenne, la France et le Mali le 15 mai prochain à Bruxelles. »

Afin de multiplier les opportunités permettant aux femmes de participer pleinement à la recherche de solutions au Sahel, les participantes à la Conférence, issues à la fois d’institutions gouvernementales et de la société civile, ont décidé d’établir un groupe consultatif qui fournira des informations et facilitera les consultations avec la communauté internationale et les institutions régionales. En accord avec la nécessité, mise en avant par les participantes, d’adopter une approche régionale pour tous les pays du Sahel, les conclusions de la réunion seront également présentées à la Conférence de haut niveau des donateurs sur le développement du Mali, le 15 mai à Bruxelles.

« Il est clairement établi que pour que la paix soit durable et qu’elle dépasse la simple signature d’un accord, cette paix doit s’inscrire dans des principes de justice et d’inclusion, » a souligné Lakshmi Puri, Directrice par intérim d’ONU Femmes et Sous-Secrétaire général. « Il ne peut y avoir de stratégie pour répondre aux multiples crises du Sahel sans la pleine participation des femmes. Cela a été souligné par plusieurs résolutions des Nations Unies, par la communauté internationale ainsi que par les organisations de femmes elles-mêmes. J’espère que cette Conférence mènera à des efforts concrets pour augmenter la participation des femmes et des experts sur les questions de genre dans la résolution des conflits et les transitions vers la paix, le redressement économique, la démocratie et la stabilité, » a-t-elle ajouté.

Parmi les recommandations formulées pour renforcer les efforts en faveur de la paix, la sécurité et le développement du Sahel, les participantes ont mis en avant la nécessité qu’au moins 30% de femmes prennent part aux prises de décisions et à la politique, y compris à travers l’adoption de mesures positives. Elles ont aussi appelé les gouvernements nationaux, les organisations régionales et la communauté internationale à soutenir une participation accrue des femmes dans la résolution des conflits. Elles ont également demandé un meilleur accès aux compétences entrepreneuriales. S’agissant des ressources, les participantes ont plaidé pour un financement durable et prévisible des initiatives dédiées à l’autonomisation des femmes et l’égalité entre les sexes.

Liens connexes :

Rapport de synthèse

Résumé des conclusions – Sahel

Les femmes présentent leurs recommandations pour la paix dans la région du Sahel (en anglais)