Nous sommes engagées pour une paix durable, la reconstruction et le développement, affirment les femmes du Mali

Date: 15 May 2013

Bruxelles

A l’occasion de la Conférence des donateurs pour le Mali qui se tient à Bruxelles le 15 mai, co-présidée par l’Union européenne (UE) et la France, des femmes maliennes présentent leurs recommandations appelant à une plus grande participation dans la résolution du conflit et le redressement économique.

« Nous accordons une importance capitale à cette conférence des donateurs et fondons tout notre espoir sur ses assises du 15 Mai et nous souhaitons la prise en compte de nos recommandations issues de la rencontre précédente de Bruxelles qui a regroupé plus de 40 femmes du Sahel à l’initiative de Mme. Ashton, M. Prodi et Mme. Puri», a déclaré Mme. Aziza Mint Mohamed, première maire adjointe de la ville de Tombouctou au Mali.

« Nous espérons que le document final soit accompagné politiquement par le gouvernement et soutenu par les partenaires techniques et financiers. Nous sommes conscient aussi de l’enjeu et les défis que représentent le Mali dans la zone sahélo sahélienne, en Afrique et dans le monde », a-t-elle ajouté.

Mme. Mint Mohamed et Aïssata Lam, initiatrice de la Jeune Chambre de Commerce de Mauritanie (JCCM), se sont rendues à la Conférence des donateurs pour le Mali afin d’adresser un appel à la communauté internationale. La déclaration a été produite par les groupes de femmes de la société civile lors d’une série de consultations soutenues par ONU Femmes.

L’origine de cette déclaration provient des conclusions de la Conférence sur le leadership des femmes au Sahel qui s’est tenue le 9 avril dernier, où plus de 40 femmes du Sahel étaient venues à Bruxelles pour souligner l’importance de la contribution des femmes à la résolution du conflit. De retour au Mali, les participantes se sont à nouveau réunies et le 26 avril elles ont finalisé les recommandations lues aujourd’hui.

Les principales demandes sont :

    1- La représentativité des femmes dans les instances de prise de décision, notamment aux postes électifs et nominatifs, doit être promue par le gouvernement du Mali et les partenaires internationaux si nous voulons bâtir un Mali plus juste et équitable. Aujourd’hui, les femmes représentent seulement 10 pour cent des parlementaires bien loin du seuil critique de 30 pour cent et de la parité.

    2- La promotion des droits des femmes et la prise en charge des femmes et filles victimes de violences basées sur le genre, doit être un élément central dans les actions visant à instaurer une paix durable au Mali et dans le Sahel.

    3- L’accès aux ressources et l’indépendance économique des femmes tout en promouvant les compétences entrepreneuriales des femmes, leurs accès aux marchés, aux crédits, en particulier dans les zones rurales doivent être assurés pour une meilleure contribution au développement économique et la lutte contre la crise alimentaire au Mali.

    4- La pleine participation des femmes dans le processus de résolution des conflits aux niveaux communautaire et national doit être encouragée par le gouvernement et les partenaires internationaux.

    5- L’amélioration de la qualité mais aussi l’accès et la participation des femmes aux services publics sont nécessaires – y compris la scolarisation des filles, la santé, la justice et la sécurité intérieure.

    6- La prise en compte des besoins prioritaires et stratégiques des femmes dans les plans et budgets sera déterminante pour la réduction des inégalités de genre dans le pays. Les femmes demandent l’octroi à hauteur de 15 pour cent de tous les fonds de soutien pour leurs actions concernant le processus de sortie de crise.

« Les femmes sont confrontées à des défis complexes et multiples. Seules l’application et la mise en œuvre de toutes ses recommandations permettrons de relever ces défis ensembles », a conclu Mme. Mint Mohamed.

Liens connexes :

Appel des femmes du Mali

Les femmes présentent leurs recommandations pour la paix dans la région du Sahel

Rapport de synthèse

Résumé des conclusions de la conférence du Sahel

Vidéo: Entretien avec Mme. Aziza Mint Mohamed (en français)

Sahel: La pleine participation des femmes est essentielle a la résolution des conflits et au redressement économique

Toutes les nuits les filles recoivent la visite d’un nouvel homme, d’un « nouveau mari » : Saran Keïta Diakité raconte