ONU Femmes - Entité des Nations Unies pour l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes

Rapports et suivi

ONU Femmes procède à des études et à des collectes de données régulières afin de mesurer les progrès accomplis pour la condition des femmes au sein du système des Nations Unies. Ainsi, nous pouvons identifier les difficultés et contrôler l'efficacité des actions prises. Les conclusions de ces études sont utilisées pour informer les organes interinstitutions et les entités des Nations Unies, ainsi que pour concevoir l'aide que nous leur apportons dans la recherche de la parité entre les sexes. Les activités essentielles à la collecte d'informations sont décrites ci-dessous.

Rapport du Secrétaire général

Tous les deux ans, ONU Femmes participe à la préparation du Rapport bisannuel du Secrétaire général sur l'amélioration de la condition des femmes. Ce rapport donne les informations les plus récentes sur la proportion des nominations, des promotions et des départs de femmes pour chaque entité des Nations Unies et pour le système dans son ensemble. Les données servent à identifier les tendances par niveau de personnel, par localisation (siège ou hors siège) et par type de contrat (permanent, à durée déterminée ou temporaire). Le rapport se penche également sur les politiques et les pratiques mises en place dans les diverses entités et analyse les principaux obstacles aux progrès.

Le rapport et ses recommandations sont présentés au Troisième comité de l'Assemblée générale et à la Commission de la condition de la femme. Ils y alimentent les débats et les résolutions qui permettent aux Nations Unies de continuer à faire progresser la condition des femmes.

Voir les rapports précédents et leurs annexes sur Internet.

Plan d'action à l'échelle du système des Nations Unies pour l'égalité des sexes et l'autonomisation des femmes

Le Plan d'action à l'échelle du système des Nations Unies pour l'égalité des sexes et l'autonomisation des femmes (ONU-SWAP) offre des indicateurs de mesure au système des Nations Unies pour évaluer ses progrès en matière de genre, y compris en matière de parité entre les sexes en interne. Trois indicateurs aident plus particulièrement à forger une compréhension commune de la voie à suivre vers la parité entre les sexes et des exigences minimales auxquelles chaque entité devrait se conformer. Ils facilitent l'analyse des points forts et des points faibles ainsi que l'identification des ressources et des capacités nécessaires.

Ces indicateurs sont les suivants :

  • Les entités ont atteint une représentation égale des femmes dans les classes P4 et supérieures, y compris aux niveaux les plus hauts de l'organisation, dans les bureaux extérieurs, dans les comités et fonds liés à l'entité et au niveau des services généraux ;
  • Les coordonnateurs de l'équilibre entre les sexes ou leur équivalent au niveau du siège, des bureaux régionaux et nationaux, sont choisis parmi le personnel des classes P4 et supérieures ; ils font l'objet de mandats écrits et allouent un minimum de 20 pour cent de leur temps de travail aux fonctions de coordonnateur ; des fonds spéciaux leur sont alloués pour financer leur mise en réseau ;
  • La culture de l'organisation soutient sans réserve la promotion de l'égalité des sexes et de l'autonomisation des femmes par la promulgation et la mise en œuvre de politiques et de pratiques liées au genre adéquates ; les hauts fonctionnaires font preuve de leadership et sont des chantres de la représentation équitable des femmes.

Enquêtes

Des entretiens de départ réguliers et des enquêtes au sein du personnel aident grandement à comprendre la culture de l'organisation, les raisons des départs et les mesures à prendre pour y remédier. L'expérience qualitative du personnel féminin et de celles ou ceux qui sont chargés d'améliorer la condition des femmes est vitale pour comprendre la manière de générer davantage de possibilités d'avancement ainsi que pour lutter contre la discrimination.

La coordonnatrice des Nations Unies pour les femmes réalise des enquêtes parmi le personnel sur des questions liées à l'équilibre entre les sexes. Par exemple, une enquête de 2010 sur l'équilibre entre travail et vie privée a révélé un manque de connaissance des formules flexibles d'organisation du travail, mais un intérêt très marqué pour leur utilisation. Tout ceci a conduit à la réunion d'un groupe d'experts à propos des politiques, des pratiques et du potentiel de l'intégration entre travail et vie privée. Ce groupe a proposé une stratégie travail-vie privée et un plan d'action pour le système des Nations Unies  qui a conduit un certain nombre d'entités à essayer de nouvelles formules flexibles d'organisation du travail.

Réunions de groupes d'experts

ONU Femmes organise des réunions d'experts pour analyser les dernières recherches de pointe et les développements politiques les plus récents en matière de représentation équitable des femmes. Les réunions offrent des occasions importantes de débattre des nombreux défis existants et d'apprendre les bonnes pratiques des parties prenantes et des partenaires. Les dernières réunions ont été axées sur l'intégration travail-vie privée (en anglais) et sur la violence basée sur le genre sur le lieu de travail (en anglais).