Discours de Michelle Bachelet lors de la seconde réunion de haut niveau du Conseil d’administration d’ ONU Femmes

Date: 05 Dec 2011

Remarques de Michelle Bachelet lors de la seconde réunion de haut niveau du Conseil d'administration d'ONU Femmes. New York, 5 décembre 2011.

[Vérifier à l' écoute]

Madame la Présidente,

Distingués délégués,

C'est un plaisir de me trouver parmi vous aujourd'hui pour cette deuxième session ordinaire du Conseil d'administration d'ONU Femmes. Nous avons un ordre du jour ciblé pour cette session. Le principal sujet pour nous est d'examiner le tout premier Budget institutionnel d'ONU Femmes. En outre, nous examinerons le projet de programme de travail du Conseil d'administration pour 2012.

Je veux vous parler aujourd'hui de notre budget dans un contexte plus large, et partager avec vous la réflexion qui le sous-tend. Je voudrais vous faire part en préambule de notre appréciation pour le travail du Comité consultatif pour les questions administratives et budgétaires, qui nous a fourni ses remarques et apporté son appui.

Vous savez tous que nous approchons de la fin de la première année d'existence d'ONU Femmes. Une année peut sembler long, mais nous demeurons toutefois une nouvelle organisation encore en construction. Nous avons présenté des budgets dans le passé qui ont été, dans les faits, des mesures bouche-trous destinées à traverser la période de création. Il s'agissait de budgets de nécessité.

Par contraste, je suis extrêmement heureuse de vous présenter aujourd'hui notre premier budget édifié sur la base de notre Plan stratégique. Il est également, notre premier budget élaboré avec l'engagement de la nouvelle haute direction nouvellement nommée d'ONU Femmes. C'est un outil stratégique qui reflète l'intention stratégique du mandat d'ONU Femmes, telle que stipulée dans les résolutions fondatrices de l'Assemblée générale, et du Plan stratégique d'ONU Femmes (UNW/2011/9), tel qu'approuvé par vous-mêmes, Conseil d'administration. Il s'agit, pour nous, du véritable budget fondateur d'ONU Femmes.

Les bons budgets servent d'abord et avant tout de déclaration de politique et de vision, de traduction financière des intentions stratégiques. Ce budget stipule la manière dont nous atteindrons des résultats et aurons un impact sur l'égalité des sexes et l'autonomisation des femmes. Il s'agit de disposer d'une organisation qui obtient des résultats grce à une haute expertise technique, à l'accroissement des ressources, aux partenariats, à l'échange de connaissances, au plaidoyer et à l'influence, ainsi qu'au renforcement des capacités. Il s'agit de faire en sorte qu'ONU Femmes se concentre d'abord et avant tout sur le changement de la vie des femmes et des filles sur le terrain.

Il s'agit de catalyser l'action pour être utile dans l'expérience quotidienne, en mettant un accent particulier sur leur autonomisation politique et économique, basée sur un cadre de droits de l'homme. Il s'agit d'une vision d'ONU Femmes qui reflète les meilleures pratiques dans tous les aspects de ses activités, avec une gestion financière prudente et solide, une utilisation des fonds transparente, et qui investit dans ses ressources humaines en tant qu'atout le plus important.

Mon ambition est que les discussions du Conseil soient ouvertes, franches et se caractérisent par une fructueuse collaboration. C'est ainsi que nous travaillerons ensemble de manière efficace. C'est dans cet esprit que nous ne nous faisons pas d'illusion à ONU Femmes sur l'envergure de la tche qui est devant nous pour réaliser cette vision. ONU Femmes continue de renforcer ses activités, et ce budget constitue un pas en avant à cet égard. Il reflète notre intention affirmée et partagée de devenir un type d'organisation qui obtient les résultats que d'innombrables femmes et filles, et le monde entier, attendent de nous, et que nous attendons de nous-mêmes.

Réalisations

Bien que nous soyons une nouvelle organisation, nous affichons déjà des résultats. Dans le contexte des développements de la région arabe, nous avons été en mesure d'identifier rapidement l'expertise et l'expérience essentiels venant du monde entier pour l'Egypte et la Tunisie, assurant l'accès à des bonnes pratiques pour ce qui est de promouvoir l'égalité des sexes en matière de renforcement des institutions, y compris de la réforme électorale et de l'élaboration de la constitution.

Le Progrès des femmes dans le monde d'ONU Femmes de cette année s'est focalisé sur l'accès à la justice. Il a bénéficié d'une attention importante des médias, et d'une large palette d'acteurs. Notre rôle normatif demeure solide, et nous commençons à voir comment cette fonction normative se combine avec notre travail opérationnel et politique en vue de produire quelque chose de mieux et ayant un impact supérieur.

ONU Femmes, par exemple, avec le PNUD et un certain nombre d'autres Etats membres, a organisé une manifestation parallèle de haut niveau sur la participation politique des femmes au sein de l'Assemblée générale. Celle-ci a réuni des femmes Chefs d'Etat et de gouvernement, ainsi que des femmes ministres, de toutes les régions du monde.

La Déclaration commune issue de cette manifestation, une déclaration que j'ai signée avec d'autres, a été mentionnée dans de nombreuses déclarations au cours du débat général de l'Assemblée générale, et a inspiré une nouvelle résolution appelant à prendre des mesures plus fermes au niveau de la participation politique des femmes, qui a été adoptée par la Troisième Commission.

ONU Femmes a pris des mesures fortes en vue de positionner l'égalité des sexes et l'autonomisation des femmes au centre des discussions en matière de sécurité alimentaire. Pour progresser, nous sommes partenaires des trois agences alimentaires basées à Rome pour élaborer un plan d'action visant à renforcer l'autonomisation économique des femmes rurales.

Madame la Présidente,

Distingués délégués,

Même dans le domaine comparativement plus récent de la coordination, nous voyons déjà des résultats. Un projet de plan d'action à l'échelle du système est aujourd'hui élaboré, suite aux consultations que nous avons organisées entre juin et novembre dans tout le système des Nations Unies. Ces dernières incluent des indicateurs clairs et concrets par rapport auxquels les différentes parties du système des Nations Unies peuvent s'évaluer elles-mêmes, et être tenues pour responsables de leurs résultats pour ce qui est de promouvoir l'égalité des sexes et l'autonomisation des femmes. Ce plan d'action passera devant le Conseil des Chefs de secrétariat en avril 2012, et nous assurera une fondation plus solide que jamais auparavant pour promouvoir l'intégration de l'égalité des sexes et la responsabilité à cet égard au sein du système des Nations Unies.

ONU Femmes fait également des avancées pour ce qui est d'appuyer la cohérence au niveau du système des Nations Unies et d'Unis dans l'action, en mettant l'accent sur Unis dans l'action pour les femmes. Le mois dernier à Montevideo, lors de la réunion d'Unis dans l'action, j'ai énergiquement plaidé afin qu'une priorité soit donnée par les Equipes de pays à l'autonomisation des femmes et à l'égalité des sexes dans les Cadres de l'aide au développement des Nations Unies, et ai pu constater qu'un appui solide se manifestait à cet égard. L'esprit de travail d'équipe et d'unité a été encourageant, et ouvre le chemin à une amélioration de l'efficacité des Nations Unies, et à de meilleurs résultats pour les femmes et les filles.

J'ai également le plaisir de souligner que l'égalité des sexes et l'autonomisation des femmes sont mis en exergue dans l'accord obtenu la semaine dernière lors du Quatrième Forum de haut niveau sur l'efficacité de l'aide de Busan. ONU Femmes a travaillé étroitement avec ses partenaires, dont la société civile, pour la préparation de ce forum dans le cadre duquel j'ai présidé une session extraordinaire sur l'égalité des sexes.

Ces exemples donne une idée de ce que nous faisons et de ce que nous voulons qu'ONU Femmes soit. Ils reflètent une organisation qui travaille étroitement avec ses partenaires, les soutenant et les encourageant à faire plus et à faire mieux. Ils nous montrent que si l'on utilise de bonnes approches, et si on l'aborde de manière appropriée, il y a une véritable volonté qui se dégage au sein du système des Nations Unies pour faire mieux au niveau collectif, et une appréciation pour le rôle qu'ONU Femmes peut jouer en vue d'aider le système dans son ensemble à le faire.

Forts des résultats enregistrés, nous avons également accompli des progrès pour ce qui est de mettre en place les composantes d'une organisation efficace. Nous avons commencé par exemple à renforcer notre présence sur le terrain, mis en place une nouvelle structure de gestion et rassemblé des parties autrefois séparées du système des Nations Unies travaillant pour l'égalité des sexes sous un leadership unique, et sous un seul toit dans un même bureau. Surtout, je me sens autorisée à vous dire que je ne dirige plus une fédération peu structurée de quatre entités séparées.

Budget

Madame la Présidente,

Permettez-moi maintenant d'aborder plus spécifiquement la manière dont ce budget répond à cette vision d'ONU Femmes en tant qu'organisation dynamique et efficace. Tout bon budget est une traduction financière de ce que nous espérons réaliser, et notre intention a été de formuler ce que nous vous présentons aujourd'hui dans le document que vous avez devant vous (UNW/2011/11).

Notre Plan stratégique stipule un certain nombre de priorités, tant au niveau du développement que des résultats de gestion. La restructuration et le renforcement de l'efficacité d'ONU Femmes sur le terrain aux niveaux régional et national[1] sont également décrits comme sa plus haute priorité.

Sur la base de l'évaluation des ressources nécessaires pour obtenir les résultats stipulés dans le Plan stratégique, ONU Femmes propose un Budget institutionnel pour 2012-2013 de 140,8 millions de dollars. Ce budget propose de consacrer 86,3 pourcent des ressources totales aux activités de développement. Pour être clair, ce budget marque une augmentation par rapport au budget de 2011, mais il n'est pas, estimons-nous, une base de référence appropriée pour une nouvelle organisation. C'était un budget de transition. C'est notre premier budget en tant que nouvelle organisation.

Cette augmentation est principalement causée par le financement de postes supplémentaires sur le budget institutionnel - 139 au total. Un tiers environ de ces derniers reflètent des fonctions qui sont déjà en train d'être mises en œuvre, soit par le biais de postes couverts dans le cadre du Budget de programme, soit couvertes par les Accords de services spéciaux. Dans ces cas, déplacer les postes vers le Budget institutionnel nous permet de placer les fonctions essentielles dans une fondation financière appropriée, de refléter de manière plus transparente l'utilisation des fonds, et d'offrir des contrats plus justes et concurrentiels pour ces fonctions, permettant l'accès à des candidats de plus haut niveau.

Trois-quarts de ces nouveaux postes se trouvent sur le terrain, ce qui est en tous points conforme à la priorité indiquée du Plan stratégique. Cela fera passer le nombre de présences d'ONU Femmes dans les pays ayant une capacité minimum de financement par le budget institutionnel à 55 d'ici la fin 2013.

Ce concept de capacité minimum se justifie par l'exercice d'Evaluation des capacités sur le terrain entrepris à la fin de l'an dernier et au début de cette année, sur lequel je vous ai donné des informations lors de nos précédentes réunions. La conclusion tirée de cet exercice a été simple. Pour qu'ONU Femmes soit en mesure de s'acquitter de son mandat dans quelque pays que ce soit, il a besoin d'une certaine capacité minimum. Cela ne veut pas dire que nous avons une approche unique. Nous reconnaissons plutôt que nous avons un mandat complexe qui associe nos propres domaines programmatiques, ainsi que la responsabilité de coordonner et d'ajouter de la valeur au travail de nos partenaires au niveau de l'égalité des sexes, notamment de nos partenaires au sein de la famille des Nations Unies.

Notre mandat exige également que nous renforcions nos capacités et appuyions le renforcement des systèmes et institutions nationaux ainsi que la coopération Sud-Sud et triangulaire en vue de promouvoir l'autonomisation des femmes et l'égalité des sexes. Pour faire tout cela, nous avons besoin d'au moins trois recrues, y compris une qui puisse agir comme représentant à un niveau comparable à celui de l'Equipe de pays de l'ONU.

Nous recherchons ce niveau car c'est une question de statut. Au lieu de cela, nous pensons qu'un certain niveau d'expérience, d'expertise et d'autorité de base est exigé pour exercer son leadership dans le domaine de l'égalité des sexes chez une variété de partenaires. Nous avons besoin de l'effectif adéquat pour catalyser de meilleurs résultats et réaliser ce qui est attendu de nous. Nous ne pouvons pas chercher à coordonner nos partenaires, ou à plaider auprès des donateurs pour qu'ils appuient nos activités, si notre personnel a toujours le niveau le plus junior autour de la table et ne possède pas les qualifications requises pour faire le travail attendu.

Madame la Présidente,

Distingués délégués,

Ce budget n'est qu'une première étape. Nous sommes attachés, si les ressources nous le permettent, à accroître les capacités chaque fois que cela est exigé par nos partenaires nationaux. Nous sommes attachés à renforcer les capacités nationales. Nous savons que cela prendra du temps, et que nous ne pouvons espérer répondre à toutes les demandes d'appui dans le court et même moyen terme. Mais nous construisons lentement, et établissons ici un précédent vis-à-vis de la manière dont ONU Femmes se développera et fonctionnera dans le temps.

Le quart restant des nouveaux postes se trouve au Siège d'ONU Femmes. Et ici, une fois encore, vous reconnaîtrez les thèmes que j'ai indiqués, et qui reflètent les priorités du Plan stratégique, en tant que base d'orientation pour les changements que nous proposons. Vous verrez ainsi des postes qui appuient notre rôle comme avocat. Nous cherchons à renforcer nos capacités au niveau de la mobilisation des ressources, avec l'intention non seulement d'augmenter les ressources financières en faveur d'ONU Femmes, mais aussi d'augmenter toutes sortes de ressources, financières ou autres, tant pour ONU Femmes que pour ses partenaires.

Il existe des dispositifs pour renforcer nos capacités financières et budgétaires, de manière à pouvoir assurer une gestion exemplaire des fonds qui nous sont confiés. Vous verrez des postes stratégiques pour les ressources humaines, afin que nous puissions avoir une main-d'œuvre qui peut être à la hauteur des défis et exigences de notre nouveau mandat. Et dans le domaine politique, vous verrez des capacités pour les domaines prioritaires du Plan stratégique, avec des nouveaux postes au niveau de la recherche et de la collecte de données, et pour la participation politique des femmes.

Dans tous ces domaines, les fondations sur lesquelles nous btissons, héritées des quatre entités précédentes qui ont été intégrées dans ONU Femmes, accusent des carences significatives. J'ai dit de nombreuses fois que le mandat d'ONU Femmes ne se réduit pas seulement à l'amalgame des quatre entités précédentes. Les attentes qui sont placées sur nous, et notre Plan stratégique, vont bien au-delà.

Les capacités dont nous avons héritées n'ont pas été conçues pour obtenir les résultats que nous sommes désormais chargés d'obtenir. Voilà pourquoi nous considérons que ce budget est notre premier véritable budget en tant qu'ONU Femmes. C'est notre référence, au sein de laquelle nous établissons notre point de départ et formulons les capacités minimums absolues dont nous avons besoin pour faire ce qu'on nous a demandé de faire.

Globalement, s'il est en augmentation, ce budget est également prudent. Nous avons révisé nos propres estimations de revenus pour la période biennale de 900 à 700 millions de dollars, prenant en compte le fait qu'en dépit des succès extrêmement encourageants obtenus au niveau de la collecte de fonds, le climat économique a des conséquences négatives sur nous comme sur d'autres. Celui-ci nous pousse à renforcer systématiquement nos partenariats - avec les gouvernements, la société civile et le secteur privé, alors que nous nous efforçons de faire plus avec moins. Néanmoins, nous avons des raisons d'être optimistes au niveau de la mobilisation des ressources.

Aujourd'hui, nos ressources financières sont plus importantes que les budgets combinés des quatre entités qui nous ont précédées. Mais, c'est aussi important de le souligner, nous sommes en train de progresser au niveau de l'élargissement de notre base de donateurs. Là où, dans le passé, les contributions faites aux quatre entités antérieures étaient dominées par seulement deux principaux donateurs, nous comptons désormais de nombreux donateurs qui assurent une part importante de notre financement. Cinq pays apportent des contributions supérieures à 10 millions de dollars, plusieurs autres étant en passe d'atteindre ce seuil, et j'ai l'espoir que davantage de nations deviendront des donateurs à deux chiffres.

Encore plus encourageante, non seulement en terme de dollars mais aussi de ce que cela représente, est l'émergence de nouveaux donateurs qui marquent leur engagement en faveur de notre mandat par le biais de leurs contributions. Ces derniers incluent la République de Corée, et de manière plus récente les Emirats arabes unis, le Nigéria, l'Indonésie, le Gabon et l'Inde. Je suis confiante et reconnaissante pour l'appui que nous recevons du monde entier. Et je lance un appel puissant aux Etats membres afin qu'ils traduisent davantage leur engagement en faveur de l'égalité des sexes et de l'autonomisation des femmes par une augmentation de leur contribution en faveur d'ONU Femmes pour 2012 et au-delà.

Efficacité et efficience

Madame la Présidente,

Permettez-moi de passer maintenant à la question importante de l'efficience et de l'efficacité, que je considère comme une priorité essentielle. Depuis qu'ONU Femmes a été créé, deux initiatives majeures ont été lancées au niveau des entreprises destinées pour améliorer la manière dont nous menons à bien nos affaires. La première a été l' évaluation des capacités sur le terrain, qui a guidé notre compréhension en matière de la manière dont nous fonctionnerons au niveau des pays. Cette initiative a justifié le budget que nous présentons aujourd'hui ainsi que l'expansion significative de la présence sur le terrain que nous prévoyons d'effectuer.

La seconde, l'examen de l'architecture régionale, est en cours, et guidera notre compréhension de la manière dont nous pouvons mieux fonctionner aux niveaux régional et du pays, ainsi que les manières dont nous relierons les différents niveaux de l'organisation en vue de réaliser les meilleurs résultats.

La troisième sera l'initiative d'efficacité organisationnelle, en vue de devenir plus intégrés et efficaces. Si ce budget stipule certains domaines dans lesquels nous avons réalisé des économies de coûts, tels que sur les loyers ou dans les domaines des TI, nous sommes très clairs sur le fait que si elles représentent un bon début, elles sont modestes. De nombreuses manières, il y a des défis uniques qui découlent de la poursuite de l'efficacité dans une organisation qui est à la fois nouvelle, mais qui est également composée en grande partie d'entités qui sont venues avant elle et avaient des pratiques et des cultures d'entreprises différentes.

C'est la pleine et ouverte reconnaissance de cela que j'ai appelé de mes vœux pour l'initiative d'efficacité organisationnelle. C'est un effort prioritaire que nous avons entrepris pour simplifier, harmoniser et renforcer les systèmes, politiques et procédures. L'initiative se penchera sur tous les aspects de la manière dont ONU Femmes mène ses affaires. Elle examinera les processus financiers et budgétaires, en vue d'explorer les manières de réduire les fardeaux administratifs, particulièrement sur le terrain, et de mettre en commun des capacités quand cela est possible. Elle examinera les ressources humaines et proposera des moyens par lesquels ONU Femmes peut mieux investir dans son personnel, en vue de renforcer les capacités nécessaires pour obtenir les résultats du Plan stratégiques.

Nous attendons l'initiative, à propos de laquelle nous garderons le Conseil informé, en vue de mener un bien un travail dans des domaines que nous pouvons encore améliorer, tels que la gestion financière et budgétaire, l'établissement de rapports et l'audit, le renforcement des structures de gouvernance internes, la technologie de l'information, et la communication et la gestion des connaissances.

L'examen de l'architecture régionale sera intégré à l'initiative d'efficacité organisationnelle, en vue d'identifier la manière dont les fonctions qui sont à l'heure actuelle dispersées entre le Siège et les niveaux régional et de pays pourraient être soit rationalisés, soit consolidés. Nous ferons rapport au Conseil d'administration sur les résultats et recommandations de l'examen de l'architecture régionale.

Toutefois, là où nous pouvons identifier des mesures pouvant être prises immédiatement, nous les prendrons. En tant que l'une des mesures immédiates, j'ai entamé le processus consistant à déplacer les capacités régionales plus près du terrain, en transférant les fonctions régionales pour les Etats arabes en Egypte.

Prochaines étapes

Madame la Présidente,

Distingués membres du Conseil,

Nous avons présenté un document qui reflète notre mandat et le Plan stratégique, ainsi que la vision que nous avons du type d'organisation que nous devons être pour répondre à ceux-ci. Nous voyons ce budget comme notre premier budget, reflétant la capacité minimum requise. Nous avons mis en exergue notre désir de réaliser des améliorations au niveau de l'efficacité organisationnelle, et avons mis des mesures en place pour nous attaquer à ces priorités.

Nous attendons avec impatience vos commentaires, vos questions, vos suggestions et idées, tant pendant cette réunion que dans le cours de notre travail ensemble. ONU Femmes est son personnel ainsi que ses partenaires autour du monde partagent un engagement. Un engagement de remplir la promesse de l'égalité des droits des hommes et des femmes, tels qu'inscrite dans la Charte des Nations Unies. Vous, en tant que membres du Conseil d'administration, êtes des partenaires essentiels. Je vous remercie encore de votre appui, et attends avec impatience nos discussions.


[1] Para 30.