Discours de Michelle Bachelet au Centre des femmes de Sakai

Date : 12 November 2012

Discours de Michelle Bachelet au Centre des femmes de Sakai.

[Seul le texte prononcé fait foi]

Bon après-midi. Je suis ravie de me trouver parmi vous aujourd'hui. Je souhaiterais remercier les principaux organisateurs de la manifestation de ce jour, Mme Noriko Yamaguchi, Conseillère honoraire du Bureau de liaison d'ONU Femmes au Japon, et Mme Sumiko Takiguchi, Responsable du Centre des femmes de Sakai.

Je souhaite rendre hommage à l'excellent travail réalisé par le Centre des femmes pour former des femmes de tous ges. J'exprime toute ma gratitude au Centre des femmes de Sakai, ainsi qu'à la ville de Sakai qui accueille si chaleureusement le Bureau de liaison d'ONU Femmes au Japon.

Cette visite au Japon a été exceptionnelle. J'ai eu l'honneur de participer à l'impressionnante cérémonie d'illumination de la Tour de Tokyo, destinée à attirer l'attention sur la question cruciale de la fin de violence à l'égard des femmes et des filles.

J'ai eu l'occasion de m'entretenir avec des représentants gouvernementaux et de discuter de nos importants partenariats ainsi que des moyens d'aller de l'avant tous ensemble.

J'ai également rencontré les dirigeants du secteur privé. Le Japon est l'un des principaux partenaires des Principes d'autonomisation des femmes visant à promouvoir l'autonomisation et les opportunités des femmes sur le lieu de travail. Je salue la présence de certains de ces dirigeants parmi nous aujourd'hui, et je les remercie de leur leadership en la matière.

Depuis mon arrivée, j'ai également eu le privilège de participer à une cérémonie du thé au lycée de Shibuya. J'ai appris que Sakai est l'un des principaux centres de cérémonie du thé au Japon (Sen no Rikyu).

J'ai véritablement apprécié la chaleur et l'hospitalité du Japon, et suis heureuse d'en avoir appris davantage sur votre culture. Je souhaiterais ainsi exprimer toute ma gratitude au gouvernement et au peuple japonais. Je vous remercie de votre soutien à ONU Femmes et me réjouis à l'avance du renforcement de notre collaboration.

Il existe tant de domaines où nous pouvons travailler ensemble. Nous œuvrons de concert pour mettre fin à la violence à l'égard des femmes et des filles. J'ai à ce propos appris que le maire de la ville de Sakai était le tout premier au monde à avoir signé l'initiative Dites NON à la violence à l'égard des femmes. Au nom d'ONU Femmes, permettez-moi de vous exprimer ma profonde gratitude à cet égard.

Au cours de mes voyages autour du monde, j'ai rencontré de nombreux dirigeants gouvernementaux et officiels, dirigeants religieux et communautaires, et hommes, femmes et jeunes qui travaillent sans relche à mettre fin à la violence à l'égard des femmes.

Une dynamique croissante se fait jour. Plus de 125 pays, dont le Japon, ont mis en place des lois pour lutter contre la violence domestique. Le Japon s'est également doté d'une législation pour combattre la traite et la violence sexuelle.
Dans chaque région, la lutte pour l'égalité continue.

Du Japon à l'Allemagne, de la Malaisie au Mexique, de la Tunisie à la Tanzanie, dans chaque pays, les femmes, les hommes et les jeunes continuent de défendre la liberté, l'égalité et la démocratie.

Voir certains obstacles voler en éclat au cours des Jeux olympiques d'été de Londres a été un motif de fierté pour tous. Pour la première fois de l'histoire des Jeux, les femmes ont fait partie des équipes de toutes les nations participantes, et ont concouru dans toutes les disciplines sportives. L'ensemble des 204 nations en compétition ont compté des femmes au sein de leurs équipes. Un nouveau record mondial a été battu.

Le monde sportif est un élément important et un facteur d'inspiration de notre monde en général.

Je suis ravie de me trouver aujourd'hui aux côtés de l'équipe de football féminine Nadeshiko de la Petite Ligue japonaise. Et je suis fière d'annoncer qu'ONU Femmes unit ses forces à celle du Comité international olympique pour promouvoir la participation des femmes dans le sport et l'autonomisation des femmes par le biais de celui-ci.

ONU Femmes et le CIO mettront à profit ce partenariat pour promouvoir des messages communs sur l'égalité des sexes au cours de la Journée internationale de la femme de mars prochain et de la Journée olympique du 23 juin. Nous nous engagerons également auprès d'autres associations sportives telles que la FIFA, la Fédération internationale de natation et les Jeux olympiques de la jeunesse, pour identifier les questions sociales mondiales relatives à l'égalité des sexes et à l'autonomisation des femmes et des filles.

Notre mobilisation commune permettra de favoriser la parité des sexes dans le sport ainsi que d'utiliser le sport pour promouvoir l'égalité des sexes au sein des communautés. Il existe des preuves irréfutables de la relation entre la participation sportive et le renforcement de l'estime de soi et des compétences en matière de leadership.

Les programmes sportifs peuvent renforcer le processus d'autonomisation en remettant en question les normes liées au genre, en réduisant les restrictions et en offrant aux filles et aux femmes une plus grande mobilité, un meilleur accès aux espaces publics et davantage d'opportunités de développement physique, intellectuel et social.

Le sport peut également fournir aux filles et aux femmes des modèles auxquels elles peuvent s'identifier, leur permettre d'élargir la perception de leurs possibilités, et leur apporter des compétences et une expérience en matière de leadership qu'elles pourront utiliser tout au long de leur existence.

Le fait de regarder des athlètes féminines participer à des événements sportifs de haut niveau peut transformer la perception que les hommes et les femmes ont des capacités des filles et des femmes. Un médaillé olympique ou un champion du monde exacerbe la fierté et l'unité nationales, et donne un sentiment d'accomplissement. Quand cette athlète est une femme, elle fournit une démonstration visible de ce que celles-ci sont en mesure de réaliser.

Les femmes à travers le monde méritent des règles du jeu équitables.

Cela est vrai dans le monde du sport comme dans le milieu professionel.

Comme je l'ai précédemment mentionné, le Japon est un chef de file sur le plan des Principes d'autonomisation des femmes. 157 des 466 signatures, soit un tiers d'entre elles, ont été recueillies auprès d'entreprises japonaises. C'est réellement extraordinaire.

Maintenant qu'une telle base de soutien à nos Principes est désormais établie au sein de la communauté des affaires japonaises, nous nous réjouissons de la possibilité de renforcer notre collaboration, en vue d'encourager les entreprises qui ont signé la Déclaration de soutien à prendre des mesures concrètes en faveur de l'intégration et de l'application de ces 7 principes.

Il serait formidable de voir d'autres entreprises japonaises mettre à profit ces principes en les utilisant comme cadre d'analyse de leurs politiques, pratiques et initiatives existantes, et comme source d'inspiration pour lancer de nouvelles mesures.

Les entreprises peuvent suivre et évaluer les progrès qu'elles réalisent à cet égard en établissant des points de référence et des objectifs concrets, et en mettant en place des cadres de contrôle et d'établissement des rapports. Nous voudrions également qu'elles nous fassent partager leurs rapports d'activité afin que nous puissions identifier les exemples de bonnes pratiques pour les faire connaître aux autres.

Nous espérons que d'ici à un an, 25 pour cent au moins des entreprises participantes auront commencé à faire rapport sur leurs activités.

Nous progressons, partout dans le monde. Et nous savons que l'égalité ne peut être réalisée seule, par ONU Femmes ou toute autre institution. L'égalité dépend de chacun d'entre nous : du gouvernement qui réforme ses lois, de l'entreprise qui favorise l'égalité des salaires et des chances, de la mère et du frère qui apprennent à leur fille et à leur fils que tous les êtres humains doivent être traités sur un pied d'égalité, des athlètes qui font preuve d'équité et d'excellence.

Nous sommes tous parties prenantes à la solution, et ONU Femmes se réjouit à l'avance de travailler avec l'ensemble d'entre vous.

Merci de votre attention.