ONU Femmes - Entité des Nations Unies pour l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes

Le leadership et la participation des femmes sont essentiels pour élaborer les réponses aux problèmes de développement et aux crises mondiales récentes

Error:

Date: 28 February 2012

Toutes les activités de Mme. Bachelet au SCCF56 »

Discours de la Directrice exécutive d'ONU Femmes, Michelle Bachelet, au cours de la manifestation parallèle de la Commission de la condition de la femme (CSW) consacrée à l' « Accélération des progrès en faveur de l'autonomisation économique des femmes rurales », co-organisée par ONU Femmes, la Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO), le Fonds international pour le développement agricole (FIDA) et le Programme alimentaire mondial (PAM), le mardi 28 février 2012.

Excellences, Mesdames et Messieurs les ministres, Chefs de délégations, collègues et amis,

Permettez-moi tout d'abord de remercier la FAO, la FIDA et le PAM d'avoir co-organisé cette manifestation. Mes remerciements vont également aux gouvernements du Bangladesh et du Canada qui parrainent notre réunion aujourd'hui. Merci enfin au gouvernement du Canada d'avoir dirigé le « Groupe de contact informel pour les femmes rurales » ici à New York. Nous apprécions tous le travail de ce Groupe, et la contribution qu'il ne manquera pas d'apporter pour garantir que l'autonomisation des femmes rurales continue de se voir accorder la priorité dans l'ordre du jour mondial au-delà de la session de la CSW de cette année. Je pense en particulier au mois de juin prochain, les femmes rurales étant touchées de plein fouet par les changements climatiques et les formes non durables d'agriculture, mais nous aurons aussi bien d'autres occasions à l'avenir de traiter de ce point important.

Cela a déjà été dit de nombreuses fois ici à la CSW, et à des occasions antérieures, mais c'est un point important qu'il convient de répéter. Parce que le monde continue de ne pas reconnaître pleinement ce que nous savons être une vérité essentielle du développement et du progrès humain. Pour parler simplement, les femmes sont des agents essentiels du changement, et cela est aussi vrai, sinon davantage, pour les femmes rurales que pour toute femme où qu'elle se trouve. Leur leadership et leur participation sont essentiels pour élaborer les réponses aux problèmes de développement et aux récentes crises mondiales.

Cette vérité se vérifie partout. A titre d'exemple, au moment où la reprise mondiale connaît un ralentissement, nous prenons de plus en plus conscience du besoin de croissance inclusive, pour faire face aux inégalités, et pour aspirer à un résultat plus juste que celui qui est devenu, et deviendra de plus en plus s'il n'est pas contrôlé, la norme. Cet engagement en faveur de l'égalité et de l'inclusion doit commencer par les femmes, notamment rurales, qui figurent parmi les plus désavantagées, et en leur donnant les moyens de jouer le rôle qui est le leur.

En réalité, le problème n'est pas seulement que l'on n'arrive pas à réaliser le potentiel des femmes rurales. Nous ne parvenons pas non plus à les protéger de nombreux problèmes auxquels elles sont confrontées quotidiennement, des menaces pour leur sécurité personnelle jusqu'aux difficultés d'accès aux services de base tels que les soins de santé et l'éducation, en passant par les obstacles à surmonter lorsqu'elles désirent être économiquement actives, et aux entraves qui les freinent lorsqu'elles cherchent à être politiquement actives.

Nous devons examiner ces problèmes dans le plus large contexte possible. Il n'a pas été accordé une attention suffisante à l'impact des politiques économiques sur les femmes rurales. A titre d'exemple, dans de nombreux pays, l'investissement dans l'agriculture pour l'exportation a dominé les politiques agricoles au détriment de l'investissement dans la production pour les marchés locaux. Avez-vous souvent vu quelqu'un examiner quelles sont les implications d'une telle décision pour les femmes ? Trop souvent, les décideurs politiques considèrent qu'il existe des politiques indépendantes des considérations de genre, alors que nous savons qu'il n'en est rien.

Parce que nous reconnaissons qu'il est impératif d'autonomiser les femmes rurales, ONU Femmes et les agences des Nations Unies basées à Rome - la FAO, le FIDA et le PAM - se rassemblent pour joindre leurs forces et mettre au point une réponse au niveau mondial en vue de promouvoir l'autonomisation économique des femmes et des filles. Celle-ci consistera à contribuer à renforcer les initiatives qui se sont révélées efficace et à renforcer les partenariats avec les partenaires locaux dans un certain nombre de pays.

Notre plan d'action commun permet de renforcer les avantages que chacun de nous possède. En sa qualité de leader au niveau de l'égalité des sexes et de l'autonomisation des femmes au sein du système des Nations Unies, ONU Femmes examinera le développement rural dans ses dimensions les plus diverses et d'une manière holistique, cohérente et coordonnée, et s'appuiera sur son expertise dans les domaines de l'autonomisation économique des femmes ; de la participation politique des femmes ; de l'efficacité de l'aide et des systèmes de gouvernance, institutions et budgets tenant compte des questions de genre ; des droits fondamentaux des femmes et des femmes dans les contextes postconflictuels ; ainsi que de la violence à l'égard des femmes et du VIH/sida.

Permettez-moi de partager certains des éléments concrets du plan d'action. Nous aiderons les gouvernements à éliminer les goulots d'étranglement en vue de promouvoir l'autonomisation économique des femmes, la réduction de la pauvreté et la sécurité alimentaire - que ces blocages soient juridiques ou administratifs. Nous favoriserons des approches participatives, les consultations avec les parties prenantes et l'appui aux organisations rurales et de femmes afin d'assurer que les priorités des femmes sont prises en compte dans les politiques à tous les niveaux : macroéconomique, du développement rural et agricole. Et nous nous appuierons sur les initiatives concrètes déjà menées à bien par nos quatre agences au niveau du pays, telles que les initiatives « Achats au service du progrès » et « Vivres contre travail ».

Cette manifestation nous donne à tous l'opportunité d'engager la discussion et de faire des suggestions concrètes sur des initiatives qui marchent en vue de renforcer l'autonomisation économique des femmes. Je veux vous assurer que nous vous écoutons avec attention, et que ce que vous dites aujourd'hui nous servira à vous aider à renforcer notre plan d'action commun.

Je souhaiterais conclure par quelques commentaires sur les discussions en cours autour des Objectifs de développement durable qui doivent être adoptés à Rio. Personne ne conteste le fait que les changements climatiques, la dégradation de l'environnement et les chocs climatiques, y compris les sécheresses, la désertification, la déforestation, les catastrophes naturelles, les déchets toxiques et la pollution, font peser une lourde pression sur les femmes et les hommes petits exploitants agricoles. Cela va de pair avec les problèmes actuels, qui s'aggravent, de l'insécurité alimentaire.

Il apparaît par conséquent essentiel d'établir un lien solide entre ce que nous discutons ici à la CSW et ce qui sera examiné à Rio. Les femmes rurales peuvent potentiellement contribuer pleinement et de manière substantielle au développement durable, à la gestion des ressources naturelles et environnementales ainsi qu'à la préservation, la protection et la réhabilitation. Elles ont un rôle important à jouer en tant que leaders et participantes à l'élaboration des politiques économiques et au sein des institutions de prise de décisions. Elles peuvent contribuer de manière importante à la conception et à la mise en place des investissements dans les infrastructures rurales et à l'utilisation de technologies et méthodes écologiquement rationnelles.

Aujourd'hui lors de cette réunion, comme si souvent au cours de la CSW, je suis frappée par l'énergie et la détermination dont nous faisons preuve. Il ne fait aucun doute qu'il n'existe pas d'autre manifestation sur l'agenda des Nations Unies qui bénéficie d'une telle énergie et une telle passion. Les problèmes auxquels les femmes rurales sont confrontées sont immenses, l'envergure du potentiel et des opportunités gchées accablante. Mais c'est au cours de manifestations comme celles-ci que l'on se rappelle que nous nous attaquons à ces problèmes avec une entité véritablement unique. Je me réjouis à l'avance de nos discussions et de notre collaboration.