Le nouveau rôle des femmes rurales du Tadjikistan dans le domaine de la fourniture de services

Date: 21 Feb 2012

Au Nord du Tadjikistan, dans le village de Qal'achai Mazor du district d'Isfara, l'histoire de Savrukhon Kholmatova n'est que trop ordinaire. Mère de quatre enfants, c'est également elle qui s'occupe de ses trois nièces et neveux handicapés. Pour Savrukhon, subvenir aux besoins de ses enfants et de ses dépendants orphelins, dont la mère a disparu jeune des suites d'une maladie, et le père dans un accident de chantier ferroviaire, relève d'une lutte quotidienne. L'absence de certificats de naissance de ses neveux et nièces, qui n'a pas permis de demander des pensions d'invalidité, rend la situation encore plus problématique.

Women's Watch Groups, such as this one in Sughd Oblast, Tajikistan, bring together women leaders in rural communities to advocate for their needs.

Les groupes de surveillance de femmes,tel que celui de Sughd Oblast, au Tadjikistan, permettent de réunir les femmes dirigeantes des communautés rurales en vue de faire face à leurs besoins. (Photo: ONU Femmes/Mavjuda Nazirova.)

Un nouveau programme visant à améliorer l'accès à la protection sociale dans les zones rurales des jamoats (conseils locaux) de Kulkent, Navgilem, Shahrak, et Chorkuh jamoats commence à faire changer les choses. Appuyée par ONU Femmes et s'attachant à mobiliser les femmes rurales, l'initiative vise à constituer des Groupes de surveillance de femmes, qui contrôlent la situation des foyers les plus vulnérables et identifient les moyens d'améliorer l'accès à la protection sociale. Au cours de la première phase du programme, les Groupes de surveillance ont rendu visite à plus de 499 foyers, pour parler aux familles et évaluer leurs besoins. Ayant déjà activement participé aux affaires locales, Bashorat connaissait bien la situation difficile dans laquelle vivent de nombreuses familles de son district rural. Avec le Groupe de surveillance des femmes, elle a décidé d'aider la famille de Savrukhon Kholmatova à retrouver les extraits de naissance de ses enfants handicapés, nécessaires pour obtenir les documents appropriés pour bénéficier des avantages sociaux.

Après avoir fait preuve d'une grande persévérance, les extraits de naissance des enfants ont pu être retrouvés dans les archives du département de l'état civil du district, et ont pu être réédités gratuitement. Confronté au manque de transports publics dans les zones rurales, qui empêche la mobilité et l'accès aux services médicaux, le Groupe de surveillance a fait pression sur les autorités afin qu'elles commencent à faire réaliser des examens médicaux au sein des résidences, pour autoriser les pensions d'invalidité. Les efforts ont payé, et les nièces et neveux de Savrukhon Kholmatova ont reçu des certificats médicaux confirmant leur statut d'handicapés et leurs droits aux avantages sociaux. Le Groupe de surveillance a également mobilisé la communauté locale afin d'appuyer financièrement un foyer de neuf personnes et l'aider à satisfaire ses besoins de base.

Grce à tous ces changements en cours dans ces zones rurales du Tadjikistan, les Groupes de surveillance des femmes commencent lentement à être reconnus dans plusieurs districts comme des plateformes importantes pour le leadership des femmes, pouvant potentiellement avoir un impact très concret sur les communautés. Au total, sept Groupes de surveillance ont été formés au Tadjikistan, avec l'appui du Programme sur le genre et la gouvernance démocratique d'ONU Femmes. En travaillant avec les gouvernements locaux à fournir des services, les Groupes de surveillance de femmes jouent aujourd'hui un rôle crucial en aidant les fournisseurs de services à comprendre les besoins des zones rurales et la manière dont les services de protection sociale doivent être reconstitués pour répondre au mieux à ces besoins.