Mettre l’égalité des sexes au centre du développement global

Date: 28 Mar 2012

Le développement durable ne pourrait pas être réalisé sans la pleine participation des femmes. Alors que les responsables gouvernementaux se sont rencontrés en mars dernier afin de préparer la prochaine Conférence des Nations Unies sur le développement durable, appelée Rio +20, ONU Femmes a de son côté organisé une réunion de dialogue avec le « Women's Major Group » - un groupe officiel de femmes qui promeut les priorités des femmes concernant le développement durable - notamment soutenue par les gouvernements du Brésil et de la Suisse. Les négociations se sont focalisées sur une meilleure intégration de l'égalité de sexes à l'agenda global du développement après 2015 (la date limite prévue pour les Objectifs du millénaire pour le développement) - ainsi que sur les Objectifs de développement durable (ODD), qui ont été récemment proposés par le gouvernement de la Colombie en tant que cadre global d'action à adopter lors de Rio +20.

Quatre principes clés ont été approuvés et considérés comme cruciaux pour l'agenda global pour le développement durable:

Egalité: les objectifs doivent être formulés en tenant compte de l'égalité des sexes et s'attaquer, entre autres, aux préjugés et à la discrimination basée sur le sexe, la classe, la race et l'ethnicité, en vue de toucher ceux qui en ont le plus besoin.

Holistiques et intégrés: les objectifs doivent s'appuyer sur des synergies dans différents secteurs et domaines thématiques, et être en mesure de répondre aux défis mondiaux et régionaux du monde d'aujourd'hui. Cela exige des approches multisectorielles et des formes de collaboration solides parmi les acteurs des secteurs sociaux, économiques et environnementaux.

Participatifs et inclusifs: les objectifs doivent émerger d'une participation et d'une appropriation solides à tous les niveaux de décisions : local, national, régional et mondial. Ce n'est que lorsque le processus sera aux mains de la population - des femmes comme des hommes - et des décisionnaires qu'une appropriation et une responsabilité véritables pourra s'opérer afin d'atteindre les progrès et résultats exigés. Des consultations élargies doivent se tenir avec les principaux groupes de parties prenantes, y compris les groupes majeurs qui seront présents à Rio +20.

Mise en œuvre: les objectifs doivent être alignés sur les déclarations et cadres normatifs existants. Il convient de mettre l'accent sur des mécanismes forts et efficaces pour le financement, l'application, le contrôle et l'évaluation, en vue de permettre des résultats durables.

« Les Objectifs de développement durable et l'ordre du jour du développement pour l'après 2015 recouvre une vision commune : fixer des objectifs qui feront changer les choses dans la vie des gens et le monde dans lequel nous vivons », a indiqué la Directrice des politiques d'ONU Femmes, Saraswathi Menon, dans un discours prononcé lors du dialogue [link].

« Le processus d'identification des objectifs et le processus de leur réalisation doivent être inclusifs sinon ils ne seront facteurs d'aucune transformations et n'auront pas d'impact sur la vie des populations », a-t-elle ajouté.

Les participants présents lors de ce dialogue appartiennent à un large éventail d'agences des Nations Unies, de représentants gouvernementaux et d'organisations non gouvernementales (ONG) du monde entier, comme par exemple le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) ou encore le « Development Alternatives with Women for New Era » (DAWN).

Les panélistes ont souligné que les décisions quotidiennes des femmes influent de manière significative sur le développement durable. Beaucoup sont souvent conscientes de ces questions, mais ne savent pas comment les traiter, et ont besoin d'un soutien, a noté Mme Menon. Elle a également évoqué l'organisation d'une réunion avec les femmes rurales du Ghana, qui luttent pour leur survie en vendant du poisson fumé sur le marché informel.

« En réponse à une question sur les priorités qu'elles indiqueraient à l'intention des décisionnaires politiques mondiaux, elles ont mentionné la promotion de la propreté des océans et d'un secteur de la pêche qui permettrait d'assurer la subsistance des générations futures sur le long terme », a-t-elle indiqué. « Les femmes reconnaissent l'importance de la durabilité dans tous les aspects de leur vie quotidienne ».

Une des autres conclusions essentielles de la manifestation a été le besoin de combiner les objectifs et ordres du jour du développement en un seul processus, plutôt que de multiplier des voies parallèles. Un grand nombre d'intervenants ont également souligné le besoin de s'appuyer sur l'expérience des Objectifs du millénaire pour le développement (OMD), notamment sur la mise en œuvre de l'OMD 3, relatif à l'égalité des sexes et à l'autonomisation des femmes.

Un groupe de travail informel a été lancé au terme de la réunion en vue de garantir que les questions de genre soient au centre des priorités de l'agenda global pour le développement durable, notamment lors de Rio +20, en juin 2012.