Égalité des sexes et autonomisation des femmes: le pouvoir d’un développement durable réussi

Date: 09 Aug 2012

Remarques de la Directrice exécutive adjointe d'ONU Femmes, Lakshmi Puri, au cours de la réunion ministérielle de haut niveau « Égalité des sexes et autonomisation des femmes : le pouvoir derrière la réussite du développement durable », organisée à Rio de Janeiro le 20 juin 2012.

Excellences,
Mesdames et Messieurs,

Bon après-midi à tous. C'est un grand plaisir de participer à cette réunion de haut niveau organisée à l'occasion de Rio+20. Au nom d'ONU Femmes, je souhaiterais remercier le Programme des Nations Unies pour l'environnement (PNUE), partenaire important, de m'avoir invitée à m'exprimer ici aujourd'hui.

Nous avons tous ici un message à faire entendre haut et fort au monde : les femmes jouent un rôle crucial sur le plan du développement durable dans ses trois dimensions : économique, sociale et environnementale. Tout comme la vôtre, l'organisation à laquelle j'appartiens s'attache à assurer que les résultats de cette conférence reflètent pleinement les considérations de genre dans le contexte du développement durable.

Votre engagement en faveur de la promotion de l'égalité des sexes et de l'autonomisation des femmes est le type de leadership transformationnel qui est nécessaire pour amplifier la voix des femmes et renforcer leur influence au niveau des politiques et actions prises en faveur du développement durable.

Comme vous le savez, trop de femmes et de filles assument le fardeau de la gestion de la pénurie de nourriture, d'eau et d'énergie, ce qui réduit leurs opportunités d'accéder à l'éducation, de trouver un travail décent et de s'engager politiquement. Cette situation perpétue le transfert intergénérationnel de la pauvreté et de l'impuissance. Celle-ci est encore aggravée par l'impact des crises économiques et financières, l'instabilité des prix de l'énergie et des aliments et les changements climatiques, qui ont touché disproportionnellement les femmes et les filles à travers le monde.

La flambée des prix alimentaires mondiaux, une première fois en 2008 puis en 2011, a plongé des millions de personnes supplémentaires dans la pauvreté. On estime que les coûts alimentaires pour la seule période comprise entre 2010 et 2011 ont maintenu 49 millions de personnes dans la pauvreté et conduit à l'augmentation de la malnutrition.

Malgré certaines perspectives positives concernant la chute des prix alimentaires en raison de bonnes récoltes et de l'augmentation des stocks, qui devrait conduire à une réduction du nombre de personnes souffrant de la faim dans le monde en 2012, comme l'a annoncé la FAO, la crise alimentaire continue de menacer sérieusement la vie de millions de personnes. Les rôles dévolus aux deux sexes selon des traditions profondément ancrées font que les femmes doivent souvent assumer la plus grande partie des difficultés qui en découlent, en tant que cultivatrices et transformatrices des aliments, responsables de l'alimentation de leur famille.

Au niveau mondial, 884 millions de personnes n'ont toujours pas accès à l'eau potable, parmi lesquelles huit sur dix vivent dans les régions rurales. Ce sont le plus souvent les femmes et les filles qui se voient confier la tche de collecter l'eau, tandis que la participation des femmes à la gestion des ressources en eau demeure faible.

Au niveau énergétique, 20 pour cent de la population mondiale n'a pas accès à une source d'électricité fiable, et plus d'un tiers dépend du bois, de la paille, du charbon de bois ou du fumier pour la cuisson et le chauffage. Cette situation touche les femmes pauvres de manière excessive, les obligeant à consacrer un nombre disproportionné d'heures à des tches domestiques très prenantes à forte intensité de travail, telles que la lessive et la vaisselle, la collecte de carburant et la préparation des repas.

Le manque de sources d'énergie propres et abordables est également dommageable à la santé des femmes et des enfants, et est responsable de plus de 85 pour cent des deux millions de décès annuels attribués à la pollution atmosphérique à l'intérieur des habitations, causée par des combustibles solides tels que le charbon et le bois utilisés pour la cuisson.

Il existe un consensus sur le fait que la promotion de l'égalité des sexes et l'autonomisation des femmes sont la voie à emprunter pour réaliser le développement durable. Dans son Rapport sur le développement humain 2012, la Banque mondiale a mis en exergue les gains de productivité, le renforcement des perspectives de croissance et l'amélioration des résultats pour la nouvelle génération résultant d'un meilleur accès des femmes aux actifs productifs.

Le rapport affirme que « l'autonomisation en tant qu'actrices économiques, politiques et sociales peut changer les choix politiques et rendre les institutions plus représentatives d'une large gamme de voix ». La représentation égale des femmes et des hommes dans les mécanismes de prise de décisions est essentielle, et amène des dividendes au niveau du développement dans toutes les dimensions de la durabilité : sociale, économique et environnementale.

Ici à Rio et dans d'autres forums, ONU Femmes s'est activement mobilisée en faveur de l'inclusion d'une perspective de genre dans les normes, standards et politiques internationaux. ONU Femmes a récemment rejoint l'Équipe spéciale de haut niveau sur la sécurité alimentaire mondiale et ONU-Eau en vue d'amplifier la voix des femmes au sein de ces forums. Ces initiatives illustrent notre engagement politique dans les processus-clés liés au développement durable. Nous avons également des partenariats dans 75 pays en vue de traduire ces accords en réalités au niveau local.

Nous sommes fiers d'avoir appuyé en 2011 le tout premier Prix de l'égalité des sexes SEED, décerné dans le cadre de l'Initiative SEED, qui est cofondée par le PNUE et le PNUD.

Le gagnant - un « Programme de gestion des déchets solides et de mobilisation de la communauté » lancé au Népal - est une initiative de collecte des déchets et de recyclage touchant plus de 1.000 foyers et entreprises, dirigée par un comité environnemental de femmes. Elle assure également des formations et a mis en place une coopérative d'épargne et de crédit permettant de mobiliser des emprunts pour 150 femmes membres.

Ici à Rio, nous nous sommes engagés à poursuivre notre partenariat avec SEED, et nous sommes impatients de trouver d'autres projets sources d'inspiration associant les dimensions de genre et de durabilité.

ONU Femmes s'appuiera sur les résultats de Rio+20 en vue de continuer à :

  • Plaider auprès des gouvernements en vue d'une croissance économique inclusive qui réduise les inégalités économiques et sociales, promeuve la protection environnementale et autonomise économiquement les femmes afin qu'elles puissent participer à la croissance et en bénéficier ;
  • Appuyer le leadership et la participation des femmes à la prise de décisions à tous les niveaux, y compris par un appui aux réformes électorales et à l'élaboration des constitutions ;
  • Promouvoir l'accès des femmes aux opportunités de formation dans les domaines non-traditionnels, tels que la technologie solaire, en partenariat avec « le Barefoot College of India » ; et positionner les femmes au niveau de la croissance et des emplois verts ;
  • Avec la FAO, le FIDA et le PAM, aider les gouvernements à améliorer la sécurité alimentaire et nutritionnelle des femmes rurales, renforcer leur accès et leur contrôle sur la terre et autres ressources productives, services et revenus, et réduire leur charge de travail ;
  • Renforcer les engagements, les actions et les investissements en faveur de l'égalité des sexes et de l'autonomisation des femmes dans l'ensemble du système des Nations Unies par le biais d'une mise en œuvre effective du Plan d'action à l'échelle du système sur la politique du Conseil des chefs de secrétariat sur l'égalité des sexes et l'autonomisation des femmes ;
  • Renforcer notre partenariat avec « la Global Alliance for Clean Cookstove » et ONU-Eau.

Demain, ONU Femmes organise un Sommet de haut niveau des femmes Chefs d'État et de gouvernements, au cours duquel elles lanceront un Appel à l'action en vue d'intégrer l'égalité des sexes et l'autonomisation des femmes dans tous les cadres du développement durable. Leur leadership rejoindra vos efforts, dans un mouvement courageux visant à faire avancer l'agenda de l'égalité des sexes dans le contexte du développement durable. ONU Femmes est fière de participer à cet effort.

Je me réjouis à l'avance de vous revoir là-bas demain, et vous remercie de votre attention.