« J’ai pu acheter un matelas et souscrire une assurance santé pour moi et ma famille » -- agricultrice rwandaise

En six mois d’école pratique d’agriculture, plus de 350 agricultrices et agriculteurs ont suivi une formation sur la nutrition, les techniques agricoles modernes et ont pu développer des compétences commerciales tout en créant des coopératives et des groupements d’épargne.

Date : mercredi 1 octobre 2014

Photo:Stephanie Oula/ONU Femmes

Kigali, Rwanda – Par un mardi ensoleillé dans le district de Nyaruguru, dans la Province du Sud du Rwanda, 75 femmes et hommes arborant leurs plus beaux habits se sont rassemblés pour recevoir leur diplôme du programme Champ École Paysan, soutenu par ONU Femmes. Elles et ils font partie des 350 agricultrices et agriculteurs qui ont suivi six mois de cours pour apprendre les techniques agricoles modernes qu’elles et ils pourront mettre en pratique pour cultiver le blé et les pommes de terre irlandaises.

« Les opportunités qui s’ouvrent à vous, en tant qu’agricultrice ou agriculteur isolé/e, ou en tant que groupe d’agricultrices et agriculteurs, ne sont pas comparables », a déclaré Donata Nukabayiza, diplômée du programme. « Il est très difficile, en tant que simple agricultrice d’obtenir des subventions ou même des ressources comme l’engrais. Mais le fait d’être en groupe nous donne plus de poids. Il est beaucoup plus facile car les terres sont remembrées, et vous pouvez obtenir des conseils, des services agricoles ou des emprunts.

Vous pouvez organiser et élaborer un plan d’affaires en tant que groupe ou coopérative. »

Les programmes deChamps Écoles Paysans/annes, rendent l’enseignement agricole pratique et facile. Ils sont axés sur les observations personnelles des participants et les exercices pratiques menés sur le terrain et encouragent les discussions. Les cours sont ajustés en fonction des zones agricoles, des écosystèmes, des précipitations et de la durée de la saison de culture. Les sessions hebdomadaires aident alors les participants à prendre des décisions éclairées sur des questions comme, notamment, la lutte contre les ravageurs et à gérer leurs cultures tout au long de la saison. 

Ce programme spécial est dirigé par la Fédération Imbaraga, une organisation non gouvernementale d’agricultrices et agriculteurs locaux, soutenue financièrement et techniquement par ONU Femmes/One UN au Rwanda et financée par les gouvernements de Corée, d’Espagne et de Norvège. Des agricultrices et agriculteurs pauvres et vulnérables, de tous âges et de tous niveaux de scolarité ont été choisis dans deux districts (Nyaruguru et Kirehe). Quatre-vingt dix pourcent d’entre eux sont des femmes.

Des agricultrices et agriculteurs non membres participent également à des cours hebdomadaires axés sur les discussions, visant à accroître la sensibilité de la communauté dans son ensemble.

Femmes faisant la queue pour la photo de remise des diplômes du programme Champ École Paysan/anne. Photo:Stephanie Oula/ONU Femmes
Les écoles dispensent également des formations en entrepreneuriat et enseignent d’importantes compétences commerciales et financières. Chaque groupe a mis en commun des fonds pour créer un programme de crédit.

Disposant de fonds allant de 470 000 à 650 000 RWF (690 00 à 954 00 USD), les membres peuvent emprunter de l’argent issu du fonds commun, à un taux d’intérêts bas de l’ordre de 2 pourcent.

Dans un premier temps, les femmes ont reçu un soutien très limité de la part des membres masculins de leur propre famille. Néanmoins, lorsque ces derniers ont constaté les connaissances et les compétences que les femmes acquéraient, ils les ont davantage soutenues. Certains maris ont même contribué au fonds d’épargne du groupe.

Plusieurs femmes affirment que depuis qu’elles ont rejoint les Champs Écoles Paysans/annes, la productivité agricole a augmenté et l’accès aux soins de santé s’est amélioré, puisque les membres peuvent souscrire collectivement une assurance santé pour les membres de leur famille et eux-mêmes. L’acquisition de connaissances nutritionnelles et de compétences renforcées par le biais de formations a également été bénéfique aux familles.

« J’ai pu acheter un matelas et souscrire une assurance santé pour moi et ma famille, et j’ai également pu financer les frais de scolarité de mes enfants avec l’argent de mon prêt », a indiqué Christine Karuyumbu.

En constituant des coopératives, leur manière de travailler a radicalement changé : les 14 groupes Champs Écoles Paysans/annes existants sont désormais davantage axés sur les affaires, débouchant sur une multitude d’autres opportunités. À l’issue de la formation en entrepreneuriat, un groupe envisage de lancer la production de semences de pommes de terre en vue de les commercialiser. Un autre groupe envisage d’acheter un cochon à chaque membre du fonds, pour promouvoir l’élevage du petit bétail.

La cérémonie de remise des diplômes s’est déroulée avec pour toile de fond des gazouillis d’enfants, comme pour rappeler qu’un grand nombre de femmes présentes dans la salle sont à la fois agricultrices et mères de famille. En raison du manque d’infrastructures et de services, les femmes vivant en milieu rural consacrent davantage de temps aux tâches ménagères que leurs homologues vivant en milieu urbain. Parmi les femmes diplômées, plusieurs affirment qu’elles ont pu assister aux cours parce que les classes n’avaient lieu qu’une demi-journée par semaine, une planification sensible au genre qui leur a permis d’assumer leurs responsabilités domestiques.

« Nous pourrons davantage fêter nos diplômes ce soir », affirme Amélie, esquissant un sourire timide. Et une fois nos diplômes en poche ?  « Nous continuerons à épargner pour s’épauler les unes les autres, pour devenir des agricultrices professionnelles, et pour multiplier les effets positifs », a-t-elle ajouté, avec ses collègues bien déterminées à poursuivre l’effet d’entraînement de l’autonomisation des femmes dans leurs communautés. 

Ce projet est soutenu par le financement des activités de base d’ONU Femmes, l’équipe One UN au Rwanda, et le projet financé par les gouvernements de Corée, d’Espagne et de Norvège.

Liens :
http://www.unwomen.org/en/news/stories/2014/5/in-rwanda-ed-gains-insight-into-greenhouse-agriculture
http://www.unwomen.org/fr/news/stories/2014/2/congolese-refugees-living-with-hiv