L'autonomisation des agricultrices au Rwanda par les technologies mobiles

Date: : jeudi 13 octobre 2016

Farmers in Rwanda use the mobile platform to connect to the agricultural supply chain via text messages.
Photo: ONU Femmes

Si vous allez à Gasovu, un petit village du district de Muhanga dans la province du Sud du Rwanda, et que vous passez près des champs de maïs aux alentours de midi, vous verrez des agricultrices assises en cercle, utilisant leurs smartphones pendant leur pause. Pour autant, elles ne sont pas en train de vérifier les mises à jour sur Facebook ou les dernières déclarations sur Twitter ; elles s'informent sur la météo et la situation des marchés, des informations cruciales pour la culture et la vente de leur production. Les nouvelles technologies sont en train de révolutionner leurs compétences agricoles et commerciales.

« Avant, nous avions beaucoup de mal à connaître la superficie exacte de nos terrains », explique Christine Mukarukundo, une productrice de maïs et membre de la coopérative Tuzamurane de Cyeza, située dans le district de Muhanga. « Du coup, les agriculteurs étaient dans l'incapacité de prévoir leur niveau de production, rendant difficile toute négociation avec les acheteurs et les institutions financières. »

Grâce à la plateforme numérique adaptée aux téléphones mobiles Buy from Women (Achetez auprès des femmes), les agriculteurs peuvent désormais connaître la superficie exacte de leurs terrains et prévoir leur production. La plateforme relie les petits exploitants agricoles (hommes et femmes) à la chaîne d'approvisionnement et à la chaîne de valeur agricoles et leur transmet par SMS des informations essentielles sur la météo, les dernières opportunités et les cours du marché.

Farmers in Gasovu, Muhanga District, a small village in Rwanda’s Southern Province. Photo:  UN Women
Photo: ONU Femmes

Cette plateforme innovante a été lancée en juin 2016 par ONU Femmes, en partenariat avec le projet PPP (Patient Procurement Platform) du Programme alimentaire mondial, et devrait être mise en place dans dix coopératives au cours des neuf prochains mois. Au total, 699 femmes –issues de deux coopératives agricoles du district de Gatsibo dans la province de l'Est et d'une coopérative du district de Muhanga dans la province du Sud ‑ se sont déjà inscrites. Le processus d’inscription à la plateforme inclut une cartographie des parcelles des agricultrices et agriculteurs, laquelle sert ensuite de base aux prévisions de rendement.

La plateforme permet de renforcer la capacité des agricultrices et agriculteurs à produire des excédents commercialisables, de transmettre des informations financières en temps réel et d’améliorer l’accès des agriculteurs aux marchés – ce constat se vérifie surtout pour les agricultrices, traditionnellement écartées de certaines étapes de la chaîne de valeur. Désormais, tous les agriculteurs, les femmes comme les hommes, sont mieux placés pour négocier avec les acheteurs et les institutions financières. D’ailleurs, certaines coopératives participantes ont déjà conclu des contrats par anticipation avec des acheteurs réputés, comme la Rwanda Grains and Cereals Corporation.

« Auparavant, il nous arrivait de signer des contrats avec des acheteurs et de ne pas être capables de les respecter, principalement pour des raisons d’approvisionnement, car les agriculteurs vendaient parallèlement une partie de leur production. Maintenant, avec ce système, chacun sait à l'avance quelle quantité il ou elle doit fournir à la coopérative et tout le monde est motivé pour respecter ses engagements et produire des excédents », explique Beatrice Mukanoheli, une autre membre et conseillère de la coopérative Tuzamurane de Cyeza.

Par ailleurs, grâce aux informations que fournit la plateforme en temps réel, les agriculteurs sont à même d’intégrer la variabilité du climat dans leurs décisions en ajustant les dates d’ensemencement et en utilisant au mieux les engrais.

Ambassador Pan Hejun of China (pictured at left) visited the Buy from Women programme site along with UN officials. Photo: UN Women/Tumaini Ochieng
Photo: ONU Femmes/Tumaini Ochieng

Actuellement en phase pilote, ce projet a financièrement été soutenu par le gouvernement chinois. Lors de sa visite sur le site du programme, l'ambassadeur chinois M. Pan Hejun a déclaré : « la Chine s'engage à fournir un soutien technique au Rwanda, notamment en ce qui concerne le développement technologique dans le secteur de l'agriculture. L'agriculture est un secteur important de l'économie, tant pour la Chine que pour le Rwanda. »

En mettant l'accent sur l'autonomisation des femmes, le programme sensibilise également les agriculteurs aux questions d'égalité des sexes, avec pour intention de combler les inégalités entre les sexes dans le secteur de l'agriculture et de garantir la participation équitable des femmes à chaque étape de la chaîne de valeur, y compris aux moments décisifs des négociations et des prises de décision. ONU Femmes envisage d'étendre ce programme à d’autres régions du Rwanda après la saison des récoltes et à l’issue de l'évaluation du programme l'année prochaine.