Les gouvernements approuvent de nouveaux rôles pour la Commission de la condition de la femme

La Commission de la condition de la femme réorganise ses méthodes de travail pour rehausser la barre en matière de promotion de l’égalité, de l’autonomisation et des droits des femmes.

Date : vendredi 20 mars 2015

La Commission de la condition de la femme a conclu aujourd’hui sa 59e session annuelle par un accord avec les États membres des Nations Unies concernant les mesures pour stimuler ses initiatives en faveur de la promotion de l’égalité des sexes et de l’autonomisation des femmes.

Les gouvernements participant à la réunion ont convenu de nouvelles méthodes de travail pour que la Commission continue à fixer les normes relatives à la Déclaration et le Programme d’action 1995 de Beijing et pour renforcer son rôle dans la formulation des politiques et la coordination d’actions à l’échelle mondiale en matière de mise en œuvre. Ils ont affirmé les contributions essentielles de la Commission dans le façonnement du programme majeur de développement durable pour l’après-2015, dont l’adoption par un sommet mondial de chefs d’États et de gouvernements est prévue en septembre 2015.

En tant qu’organe principal des Nations Unies de promotion des engagements intergouvernementaux en faveur de l’égalité des sexes et de suivi du Programme d’action de Beijing, la Commission poursuivra l’harmonisation de son travail avec celui du Conseil économique et social et du nouveau Forum politique de haut niveau des Nations Unies. Ceci renforcera les initiatives d’intégration de l’égalité des sexes à travers l’ensemble des actions et des débats mondiaux sur le développement durable.

Comme maintenant un grand nombre de membres de gouvernement participent à la Commission, les États membres ont convenu de créer un segment ministériel qui démarrera lors de la prochaine session en 2016. Il est destiné à donner une plus grande visibilité aux préoccupations actuelles et à offrir des possibilités de démontrer un engagement politique de haut niveau pour accélérer les progrès vers l’égalité des sexes, l’autonomisation des femmes et la réalisation pleine des droits humains des femmes.

Félicitant les États membres, la société civile et le système des Nations Unies pour « l’énergie, le dynamisme et la perspicacité de la session », la directrice exécutive d’ ONU Femmes, Phumzile Mlambo-Ngcuka, a déclaré dans son discours : « Nous sommes tous bien conscients qu’il n’y a pas de remède miracle pour la réalisation de l’égalité des sexes, de l’autonomisation des femmes et des droits humains des femmes et des filles. Compte tenu du chemin que nous avons parcouru, nous savons que d’autres défis nous attendent. Nous savons que nous devons continuer à travailler, de manière systématique et sans relâche, pour instaurer une transformation dans nos familles, nos sociétés, nos économies et nos espaces politiques et publics », a-t-elle ajouté.

Les gouvernements ont convenu de cibler davantage les efforts sur le thème de l’examen annuel de la Commission. Pour l’avenir, des études de cas démontreront les enseignements qui ont été retirés de la mise en œuvre des engagements pris lors des sessions antérieures de la Commission. Le Secrétaire général publiera un rapport ciblé concernant les progrès réalisés, en s’appuyant sur les données nationales et d’autres contributions. Le processus permettra de combler les écarts entre les promesses annoncées et le changement mesurable et d’offrir des preuves concrètes sur la manière dont les normes internationales peuvent être utilisées pour transformer de manière significative la vie des femmes et des filles.

La 59e session comprenait un éventail de tables rondes et de panels de haut niveau portant sur des sujets essentiels, depuis le renforcement des financements pour l’égalité des sexes aux responsabilités des hommes et des garçons, en passant par une amélioration des données ventilées par sexe. Les discussions sur les enseignements qui ont été retirés des objectifs du Millénaire pour le développement renforceront le façonnement du programme de développement pour l’après-2015.

Pour des informations complémentaires sur la Commission de la condition de la femme, consultez le site: http://www.unwomen.org/fr/news/in-focus/csw

Contact avec les médias :

Oisika Chakrabarti, tél. : +1 646 781-4522 ; courriel : oisika.chakrabarti[at]unwomen.org

Sharon Grobeisen, tél. : +1 646 781-4753 ; courriel : sharon.grobeisen[at]unwomen