Mettre un terme à la faim et faire progresser la sécurité alimentaire– autonomiser les femmes en zone rurale

Date : 13 October 2011

Message de la Directrice exécutive d'ONU Femmes Michelle Bachelet à l'occasion de la Journée internationale de la femme rurale, le 15 octobre 2011

Mettre un terme à la faim et faire progresser la sécurité alimentaire- Autonomiser les femmes en zone rurale. Prioriser les femmes n'est pas un choix. C'est une nécessité.

La Journée internationale de la femme cette année devrait nous remémorer les contributions décisives apportées par les femmes rurales en faveur du progrès social et économique, dans la lutte contre la pauvreté, la faim et la malnutrition. Alors qu'aujourd'hui bien nombre de pays rencontrent des difficultés avec la sécurité alimentaire, il est temps, plus que jamais, d'autonomiser les femmes rurales.

Dans certains pays, les femmes constituent plus de 70 pour cent de la main-d'œuvre agricole, et représentant ainsi plus de 43 pour cent des agriculteurs dans le monde.

Toutefois, malgré leur lourde charge de travail et leur participation à la productivité, les femmes rurales continuent de subir des discriminations, qui sont non seulement un manque de justice, mais qui limitent également les gains dans des secteurs d'activité clés.

Si les femmes fermières disposaient d'un accès égal aux ressources et aux opportunités, elles stimuleraient les progrès dans la lutte contrela faim, la sécurité alimentaire et dans les domaines de la santé et de l'éducation.

De plus, l'Organisation pour l'alimentation et l'agriculture souligne que si les femmes fermières se voyaient attribuer le même accès aux ressources telles que les graines, le crédit et les engrais, les impacts seraient significatifs. Les rendements générés par les femmes fermières pourraient augmenter de 20 à 30 pour cent, avec un accroissement allant jusqu'à 4 pour cent de la production agricole dans les pays en développement. Ceci aurait pour conséquence de réduire de 100 millions à 150 millions le nombre de personnes souffrant de la faim.

Assurer l'accès des femmes à la terre et aux autres ressources exige des changements au niveau des lois et des institutions afin de mettre un terme à la discrimination d'une part, et la mise en œuvre de politiques publiques en faveur de la promotion de l'égalité des sexes, d'autre part. L'engagement des organisations au sein des communautés et la participation des femmes rurales dans la prise de décision sont également indispensables.

La Commission sur le statut des femmes qui se réunira l'an prochain se focalisera sur l'autonomisation des femmes rurales.

ONU Femmes se réjouit à l'idée d'intensifier sa collaboration avec le système de l'ONU et ses autres partenaires afin d'éradiquer les obstacles qui excluent les femmes rurales et d'améliorer la mise en œuvre de lois et politiques visant à promouvoir leurs droits, opportunités et leur participation.

En cette Journée internationale, je rends hommage aux femmes rurales et appelle la communauté mondiale à reconnaitre les contributions apportées par les femmes rurales pour notre bien-être collectif. Le moment est venu de libérer entièrement le potentiel des femmes comme vecteur de progrès pour la société et la planète. Prioriser les femmes n'est pas un choix. C'est une nécessité.