Allocution principale prononcée par Lakshmi Puri à l’ assemblée urbaine mondiale de la jeunesse 2012

Date : 02 September 2012

Allocution principale prononcée par Lakshmi Puri, Sous-Secrétaire générale des Nations Unies et Directrice exécutive adjointe d'ONU Femmes à la séance conjointe d'ouverture des Assemblées de la jeunesse et du genre. Le 2 septembre 2012, à Naples.

[Vérifier à l'écoute]

Madame la Directrice exécutive d'ONU-Habitat, Joan Clos,

Mesdames et Messieurs,

Bonjour à toutes et à tous. Je suis heureuse de m'adresser à vous au nom d'ONU Femmes, l'Entité des Nations Unies pour l'égalité des sexes et l'autonomisation des femmes.

Je tiens à commencer par remercier le gouvernement italien, ONU-Habitat et tous les partenaires d'avoir organisé et d'accueillir les Assemblées de la jeunesse et de l'égalité des sexes ainsi que le Sixième Forum urbain mondial, qui a pour thème stratégique « l'Avenir urbain ».

Je tiens aussi à féliciter les organisateurs d'avoir donné la priorité à la jeunesse et à l'égalité des sexes en en faisant deux thèmes majeurs des travaux du présent Forum urbain mondial.

Comme vient de le déclarer Son Excellence Monsieur le Ministre Arvinn Gadgil, il est important de travailler non seulement pour les jeunes et les femmes, mais aussi avec les jeunes et les femmes. Je suis moi aussi d'avis que nous devons regarder les villes de plus en plus comme un microcosme de nos pays respectifs et que cela nous offre à la fois des opportunités et des défis.

Nous allons aborder aujourd'hui toute une série de questions : autonomisation économique, changements climatiques, gouvernance urbaine, emploi, eau et assainissement, sécurité de la propriété foncière, énergie et mobilité.

Nous nous assurerons ensemble que les priorités que nous aurons identifiées lors de ces assemblées soient communiquées au Forum urbain mondial et à ses multiples parties prenantes, notamment aux universités, aux entreprises, aux parlementaires et à la société civile. Non seulement nos messages d'aujourd'hui façonneront-ils les recommandations du Forum, mais ils auront également des incidences sur les problématiques et les personnes sur lesquelles nous cherchons à influer, ainsi que sur d'autres processus et en particulier sur les cadres de développement de l'après-2015.

Les jeunes, femmes et hommes, sont aujourd'hui confrontés à des défis dans un monde qui change. La question que j'aimerais poser aujourd'hui est donc celle-ci : comment font-ils pour relever ces défis et pour orienter les changements dans une direction positive ?

Nous vivons actuellement une période unique de l'histoire. Jamais auparavant le monde n'avait-il compté autant d'adolescents et de jeunes, avec quelque 1,2 milliard de jeunes de 15 à 24 ans et 1,85 milliard de jeunes de moins de 14 ans, ces deux groupes représentant 44 pourcent de la population du globe. Et l'on estime que d'ici 2030, la majorité de la population urbaine aura moins de 18 ans, plus de la moitié étant des adolescentes et des filles.

Alors que le monde fait face à de multiples défis interreliés et à des crises financières, économiques, alimentaires, énergétiques, environnementales et autres, les jeunes femmes et les jeunes hommes constituent une immense ressource en tant qu'agents du changement pour btir des villes sûres et pour agir en faveur de la durabilité environnementale, du développement, des droits de la personne et de l'égalité des sexes. Leur quête d'autoréalisation peut faire d'eux une fontaine d'énergie et une source d'idées novatrices et de changements positifs.

Les jeunes, femmes et hommes, sont aussi ceux qui sont les plus exposés aux chocs provenant des fluctuations de l'économie, au creusement des inégalités intranationales et entre les pays, et aux impacts des changements climatiques. Ils continuent de faire face à des difficultés et à des obstacles qui limitent leur participation aux processus décisionnels affectant leur existence. C'est ici un problème de déni de droits, mais aussi une perte de potentiel que le monde ne peut pas se permettre.

Les adolescentes et les jeunes femmes connaissent des défis particuliers et sont souvent doublement défavorisées du fait d'une discrimination fondée sur le sexe et sur l'ge. Elles peuvent avoir à faire face au mariage précoce et forcé, à des grossesses précoces, au harcèlement et aux violences, et aux limitations culturelles en matière de mobilité et de participation à la vie de l'ensemble de la communauté. Les stéréotypes sexistes sont restrictifs et néfastes pour les femmes ainsi que pour les hommes, du fait qu'ils empêchent l'individu de réaliser son plein potentiel au service de sa famille, de sa communauté et de son pays.

Les jeunes sont confrontés à des obstacles en raison du manque d'ouverture des processus politiques, des préjugés relatifs à leur expérience et à leurs capacités, et du manque de sensibilité à leurs besoins et à leurs priorités.

Mais en même temps, les jeunes femmes et les jeunes hommes sont aussi des éléments contribuant aux solutions. Ils ont manifesté à de multiples reprises leur engagement et leur capacité de s'organiser, de plaider en faveur du changement et de contribuer à la résolution de tous les problèmes qui les concernent, eux et leur bien-être, y inclus aux réformes politiques.

Revendiquer le droit de participer aux processus décisionnels en politique, en économie ou en planification urbaine est un acte qui relève du respect des droits fondamentaux de la personne et de la démocratie.

Aucun processus de consultation ne peut être considéré comme démocratique et inclusif s'il ne fait pas de place aux opinions des jeunes hommes ainsi que des jeunes femmes. Les jeunes doivent pouvoir passer d'une participation formelle à l'expression de leurs droits, de leurs besoins et de leurs attentes.

Les institutions doivent être tenues de répondre pleinement de leurs actes devant les jeunes, femmes et hommes. Les droits de ceux-ci doivent être reconnus officiellement de par la loi et donner lieu à des actions gouvernementales et institutionnelles concrètes. La participation effective doit devenir un indicateur de développement important.

La génération actuelle de jeunes, femmes et hommes, est plus éduquée et mieux placée que les générations précédentes pour faire usage des nouvelles technologies de l'information et des communications, participer aux groupements sociaux et contribuer au dialogue et aux décisions sur les questions qui les concernent. Vous avez pour vous la force du nombre et le potentiel de remettre en question les modes traditionnels de pensée et de conduite des affaires.

Vos contributions et vos idées peuvent infléchir le discours dominant ainsi que modifier les modalités de l'élaboration de ce discours.

Avec votre potentiel et votre créativité, vous détenez la clé de la résolution des défis actuels dans toute leur complexité, tels que la lutte contre les changements climatiques, l'accès aux services essentiels et l'établissement de villes sûres, rationnelles et durables pour tous.

Mesdames et Messieurs,

Le Forum urbain mondial et les Assemblées de la jeunesse et de l'égalité des sexes tiennent leurs assises peu après la conférence Rio+20 et pendant que se déroulent des débats sur les futurs objectifs du développement durable et sur l'élaboration d'un cadre de développement pour l'après-2015.

Dans le document issu de la conférence Rio+20, les États Membres ont insisté sur « l'importance de la participation active des jeunes aux processus décisionnels, les questions envisagées ici ayant de lourdes incidences sur les générations actuelles et futures, et la contribution des enfants et des jeunes étant indispensable à la réalisation du développement durable » (paragraphe 50).

Ils ont également souligné le fait que les femmes ont un rôle essentiel à jouer dans l'instauration d'un développement durable. Ils ont reconnu leur rôle directeur à plusieurs reprises dans le document final de la Conférence et ont insisté sur le fait que l'égalité des sexes et l'autonomisation des femmes constituent un moteur du développement durable dans chacun des trois domaines de celui-ci, économie, société et environnement, domaines d'une importance vitale pour notre avenir urbain.

C'est à nous à présent d'aller de l'avant et de réaliser cette vision.

Il faut, dans la définition du programme de développement de l'après-2015 et dans l'élaboration des objectifs de développement durable, établir la connexion entre les villes durables, les femmes et les jeunes.

Le Secrétaire général Ban Ki-moon a fait de l'autonomisation des femmes et du travail avec les jeunes et pour les jeunes un domaine prioritaire de son second mandat. Le système des Nations Unies élaborera un plan d'action ayant pour objet de renforcer la focalisation sur les programmes pour les jeunes au sein de toute l'Organisation.

Occuperont une place prioritaire dans ce plan les domaines suivants : emploi, entrepreneuriat, inclusion politique, citoyenneté et protection des droits, et éducation, y inclus en matière de santé reproductive.

ONU Femmes maintiendra ses efforts visant à accélérer les progrès en matière d'égalité des sexes et d'autonomisation des femmes. Elle a déjà mobilisé le système des Nations Unies dans son ensemble pour formuler des politiques et des programmes plus efficaces en faveur de l'égalité des sexes.

Une visée centrale de la stratégie d'ONU Femmes consiste à accroître le rôle des femmes en tant que dirigeantes et avocates pour le changement et d'amplifier la voix des femmes dans tous les processus qui affectent leur existence. Au moyen de multiples plates-formes de plaidoyer et de communication, nous faisons une différence au niveau des pays ainsi qu'au niveau régional et mondial.

Nous nous employons à renforcer les normes et les règles internationales relatives à l'égalité des sexes et à l'autonomisation des femmes, et à faire en sorte qu'il soit tenu pleinement compte des questions de genre dans le développement urbain. Nous sommes à l'œuvre dans 75 pays pour que ces engagements deviennent des réalités dans la vie des femmes et des filles.

Dans nos activités, nous travaillons aussi avec les jeunes. Par le biais de notre campagne « Dites NON - Tous UNiS pour mettre fin à la violence à l'égard des femmes », nous encourageons ceux-ci à accroître la sensibilisation et l'engagement chez leurs pairs et dans leurs communautés.

De concert avec l'université des femmes de Duksung, ONU Femmes a organisé récemment à Séoul (République de Corée) le Congrès mondial sur le partenariat pour les jeunes femmes. Cet événement a réuni 100 dirigeantes et 1 000 étudiantes universitaires venues de 20 pays d'Afrique et d'Asie, auxquelles il a offert des possibilités de réseautage et de formation de partenariats internationaux.

Une réunion récente de multiples parties prenantes consacrée à l'engagement des enfants et des jeunes durant l'après-2015 a mobilisé des organisations de la société civile, le système des Nations Unies et des États Membres pour appuyer la participation des jeunes aux activités de définition des processus post-2015.

La jeunesse est une partie prenante clé de l'avenir urbain. Il n'y aura pas de véritable avenir sans la participation des jeunes femmes et des jeunes hommes qui façonneront le développement de villes, lesquelles doivent être sûres et durables pour toutes et tous, qui fourniront des ressources pour l'autonomisation économique, l'infrastructure et les services et qui forgeront des alliances et des partenariats.

Mon poète préféré, Robert Frost, a dit : « Les jeunes iront à l'école pour y apprendre l'avenir ». Au cours du présent forum, nous nous attacherons toutes et tous à partager nos expériences, à interagir avec nos jeunes et à tirer des enseignements mutuels de nos interactions, de manière à pouvoir ensuite tirer parti de cet élan et façonner notre avenir.

J'attends avec impatience l'ouverture de nos débats et je vous remercie.